Réforme ratée du PEQ: le ministre Jolin-Barrette avoue avoir été «ébranlé»

Le ministre de l’Immigration, Simon Jolin-Barrette, lors de son allocution devant la Chambre de commerce du Montréal métropolitain
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Le ministre de l’Immigration, Simon Jolin-Barrette, lors de son allocution devant la Chambre de commerce du Montréal métropolitain

Le ministre de l’Immigration, Simon Jolin-Barrette, a dit, vendredi, à la tribune de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain (CCMM) avoir appris sa leçon du fiasco de sa première tentative de réforme du Programme de l’expérience québécoise (PEQ) : il consultera « tous » les acteurs du milieu des affaires et de l’éducation avant de soumettre un nouveau règlement au Conseil des ministres.

Le président de la CCMM, Michel Leblanc, n’était pas pour autant prêt à faire comme si de rien n’était. « Le lien de confiance, c’est quelque chose qui se construit », a-t-il affirmé, deux semaines après l’abandon d’un règlement resserrant l’accès au PEQ ― voie expresse pour obtenir un certificat de sélection du Québec ― à des diplômés de certains programmes d’études.

D’humeur badine, M. Jolin-Barrette a avoué avoir été tenté d’enfiler son « coton ouaté » au fil des dernières semaines, tellement « il a venté fort » contre son projet de réforme de l’immigration. « Mes cheveux ont presque bougé », a-t-il laissé tomber, après être monté sur la scène de la CCMM, escorté de son garde du corps. « J’ai même parfois envie d’être en coton ouaté », a-t-il ajouté.

Le ministre a aussi affirmé, sourire en coin, que « tout l’épisode » ayant culminé avec l’abandon de son règlement modifiant les critères d’admission au PEQ « aura permis au programme une renommée qui est immédiate ».

La controverse aura aussi coûté au haut fonctionnaire Alain Dupont le poste de sous-ministre adjoint, a appris Le Devoir. M. Dupont avait supervisé l’élaboration de la « Liste des domaines de formation admissibles au PEQ » qui a mis dans l’embarras le gouvernement caquiste. Des programmes de formation saugrenus y apparaissaient comme celui de « sciences domestiques » qui était jadis offert aux jeunes femmes afin de les maintenir dans leurs rôles de ménagère, de mère et d’épouse.

« J’ai décidé, nous avons décidé de retourner à la table de travail pour améliorer la réforme pour prendre en compte les différents commentaires », a poursuivi M. Jolin-Barrette devant le parterre de gens d’affaires.

Au même moment, des agents de sécurité du Palais des congrès et des policiers du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) montaient la garde à plusieurs endroits dans le Palais des congrès, où la CCMM avait donné rendez-vous à l’élu caquiste.

Photo: Graham Hughes La Presse canadienne Des dizaines de manifestants s’étaient réunis devant le Palais des congrès, à Montréal, où le ministre de l’Immigration donnait une conférence devant les membres de la Chambre de commerce.

À l’extérieur, des dizaines de manifestants avaient promis de « perturber l’exercice de communication politique » de l’« idéologue des politiques xénophobes » de la Coalition avenir Québec et instigateur des « réformes catastrophiques en immigration ». « Comme il s’est moqué de nous avec sa réforme, nous lui rendons la pareille en lui faisant sa fête », pouvait-on lire sur l’un de leurs tracts.

Trêve

Le dirigeant de la CCMM, Michel Leblanc, a, lui, appelé à une trêve avec le gouvernement caquiste. « On a fait entendre nos doutes et le ministre a fait marche arrière. C’est ce qu’on espère d’un gouvernement, c’est qu’il fasse cela à l’occasion. Et quand il le fait, on ne lui lance pas la pierre », a-t-il souligné, avant d’inviter ses membres à « travailler » avec l’équipe de Simon Jolin-Barrette.

M. Leblanc a promis d’« expliquer » à M. Jolin-Barrette « pourquoi » la liste des domaines d’études admissibles au PEQ doit être exhaustive. « Les entreprises veulent plusieurs types d’individus, pas seulement des individus avec une formation ultra-spécifique », a-t-il fait remarquer aux médias.

Comment le gouvernement québécois s’assurera-t-il que, par exemple, un étudiant en sociologie maîtrisant le mandarin — qui s’avérerait un atout de taille pour une entreprise québécoise désirant conquérir le marché chinois — puisse participer au PEQ ?, a-t-il demandé.

M. Jolin-Barrette n’a pas écarté l’idée d’inscrire tous les programmes menant à un diplôme d’études collégiales (DEC), de baccalauréat, de maîtrise ou encore de doctorat à la nouvelle Liste des domaines de formation admissibles au PEQ comme les cégeps et les universités le lui demandent. « Dans un premier temps, je vais les rencontrer. Je vais les consulter, je vais échanger, je vais entendre leurs préoccupations. Je me laisse le temps de bien refaire le travail », a-t-il affirmé, avant de répéter qu’il entend « sélectionner les personnes immigrantes en fonction des besoins du marché du travail ».

Le directeur général de l’organisme Accueil liaison pour arrivants (ALPA), René Fréchette, a pour sa part demandé au ministre que « la nouvelle mouture du programme réponde à la fois aux besoins du marché du travail, mais aussi aux besoins des individus qui sont derrière tout cela ». « Ce qui construit une société riche, c’est la diversité : la diversité de formations, la diversité de provenances, la diversité de cultures », a affirmé M. Féchette, qui prête main-forte à quelque 4000 personnes immigrantes par année.

À voir en vidéo