Cadeaux aux familles et dépenses en hausse

Le ministre des Finances, Eric Girard, mise sur la «bonne» situation économique et financière du Québec pour accélérer la croissance des dépenses.
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Le ministre des Finances, Eric Girard, mise sur la «bonne» situation économique et financière du Québec pour accélérer la croissance des dépenses.

Le ministre des Finances, Eric Girard, mise sur la situation financière enviable du Québec pour accélérer la croissance des dépenses à 7,9 % pour l’année en cours — du jamais vu en 20 ans — et devancer la concrétisation d’une panoplie de promesses électorales. Les familles sont sans conteste les grandes gagnantes de la mise à jour économique et financière présentée jeudi.

« La performance économique est remarquable et elle nous permet de poser des gestes pour les Québécois dès maintenant », a déclaré M. Girard, souriant, lors d’une conférence de presse dans la salle des assises de l’édifice Gérard-D.-Lévesque, dans le Vieux-Québec.

Le gigantesque drapeau québécois, qui lui avait servi de décor l’an dernier, avait cédé la place à 12 drapeaux de taille moyenne alignés derrière lui.

 
4,8 milliards
C’est le surplus budgétaire qui restera après un versement de 3,5 milliards au Fonds des générations

Quelque 140 000 familles n’auront plus à verser la contribution additionnelle pour les services de garde subventionnés qui avait été instaurée par le gouvernement Couillard en 2015 et qui était modulée en fonction du revenu. Ce retour au tarif universel de 8,25 $ par jour sera rétroactif au 1er janvier 2019.

Le gouvernement Legault augmente l’« allocation famille » de 750 $ pour une famille ayant deux enfants et de 1500 $ pour une famille ayant trois enfants dès janvier prochain.

Le gouvernement caquiste honore ses promesses électorales phares plus tôt que prévu, s’est enorgueilli M. Girard.

À lire aussi

L'éditorial de Robert Dutrisac:  La partie facile

Il éliminera également un motif d’irritation pour les patients et leur famille en plafonnant les tarifs de stationnement dans les différents établissements de santé au printemps 2020. Les deux premières heures seront gratuites et le tarif maximal sera plafonné à 7 $ ou 10 $ par jour, selon les régions. Vingt-cinq millions de dollars sont prévus pour financer cette mesure en 2019-2020. Un montant qui augmentera à 120 millions de dollars l’année suivante.

Le gouvernement répond aussi à une critique de la protectrice du citoyen en versant d’ici juin 2020 le crédit d’impôt pour la solidarité à tous les prestataires de l’assistance sociale qui y ont droit, peu importe s’ils ont produit une déclaration de revenus ou non. Environ 40 000 prestataires de plus en bénéficieront, estime le ministère des Finances.

« Ce qu’on voit, c’est qu’il y a beaucoup de personnes qui ne reçoivent rien », a regretté le député libéral et ancien ministre des Finances, Carlos Leitão.

Coup de pouce des États-Unis

M. Girard est tout de même capable de dégager un surplus de 4,8 milliards de dollars après un versement de 3,5 milliards au Fonds des générations en 2018-2019. C’est presque le double de ce qui avait été énoncé dans le budget en mars. Une marge de manoeuvre due à une croissance des dépenses anticipées beaucoup plus faible que ce que les prévisions laissaient présager. « Nous avons commencé l’année en anticipant 75 points de hausse de taux de la Réserve fédérale américaine, a signalé le ministre. Or, nous avons observé une baisse de 75 points de base. […] Ça réduit les intérêts sur la dette de 1,3 milliard de dollars et c’est cet argent-là qu’on prend pour [le] donner aux Québécois. »

La performance économique est remarquable et elle nous permet de poser des gestes pour les Québécois dès maintenant

Il profite de la santé de l’économie québécoise pour réduire le poids de la dette. Dans cet esprit, le gouvernement devance de six ans l’objectif de réduction de la dette brute à 45 % du produit intérieur brut (PIB), comme le stipule la loi, pour mieux faire face à un éventuel ralentissement de l’économie.

Le Québec semble être à l’abri, pour l’instant, du ralentissement de la croissance économique mondiale. La progression du PIB réel s’établira à 2,4 % en 2019, soit 0,6 point de pourcentage de plus par rapport aux prévisions inscrites dans le budget de mars dernier. Une progression supérieure à celle enregistrée au Canada pour une deuxième année consécutive, a souligné M. Girard. Le gouvernement s’attend toutefois à ce que le ralentissement de l’économie mondiale prévu durant la deuxième moitié de 2020, réduise la hausse du PIB réel à 1,8 %. Il anticipe tout de même un taux d’inflation à 2,2 % en 2019 et en 2020, soit une hausse de 0,5 % par rapport à 2018.

Surplus pour le climat

Maintes fois critiqué pour la mollesse de ses engagements en matière d’environnement, le gouvernement Legault promet maintenant des millions de dollars pour lutter contre les changements climatiques. « Il est fort possible que les revenus de la bourse du carbone soient insuffisants et que nous allions devoir allouer des sommes supplémentaires », a indiqué M. Girard.

7,9%
C’est le taux de croissance des dépenses que prévoit le ministre des Finances pour l’année 2019-2020

Il prévoit donc d’utiliser une portion du surplus de 1,4 milliard prévu en 2019-2020 pour financer des mesures qui serviront au Plan d’électrification et de changements climatiques promis par le gouvernement pour 2020. Impossible toutefois de connaître le montant précis qui pourrait être alloué à l’effort climatique. L’enveloppe servira également à prémunir le Québec en vue d’un éventuel ralentissement de l’économie ou à réduire la dette.

Le Parti québécois a accusé le gouvernement Legault de cacher l’ampleur réelle de ses surplus, une technique empruntée au Parti libéral du Québec. « On se fait dire grosso modo, en début d’année financière, que les finances seront serrées et, oups ! comme par magie, au cours de l’année, on découvre des surplus », a critiqué le député péquiste Martin Ouellet.

Le gouvernement de la CAQ peut aujourd’hui s’empiffrer dans le buffet des surplus parce que les libéraux ont mis les Québécois au régime

Cet écart entre les surplus anticipés et les surplus réels illustre la nécessité de nommer un directeur parlementaire du budget comme chien de garde des finances, selon Québec solidaire. « Encore une fois, on est dans un feu d’artifice de chiffres, de surplus budgétaires et de prévisions, a déploré le député Vincent Marissal. Une chatte n’y retrouverait pas ses petits, c’est presque de l’astrologie, tellement c’est ésotérique. »

Aux yeux du premier ministre, François Legault, le point sur la situation économique et financière du Québec est « la cerise sur le sundae » au terme d’une semaine durant laquelle son plan en immigration a été attaqué de toutes parts.

2 commentaires
  • Mario Jodoin - Abonné 8 novembre 2019 00 h 15

    Crédit d’impôt pour la solidarité

    «Le gouvernement répond aussi à une critique de la protectrice du citoyen en versant d’ici juin 2020 le crédit d’impôt pour la solidarité à tous les prestataires de l’assistance sociale qui y ont droit, peu importe s’ils ont produit une déclaration de revenus ou non. Environ 40 000 prestataires de plus en bénéficieront, estime le ministère des Finances.»

    Il aurait été bon de préciser que ce n’est pas le total du crédit d’impôt pour solidarité qui sera versé aux 40 000 personnes assistées sociales qui n’ont pas produit de déclaration de revenus pour 2018, mais seulement la composante TVQ (soit 292$ pour une personne seule sur les 998$ que représente le crédit). Ce genre de mesure risque en plus d'être interprétée comme un message que les personnes assistées sociales n'ont plus besoin de remplir leur déclaration de revenus et donc de leur faire perdre des sommes importantes.

  • Bernard LEIFFET - Abonné 8 novembre 2019 07 h 47

    Et les personnes les plus âgées là-dedans?

    Il apparaît que les personnes âgées et retraitées ne comptent plus pour ce gouvernement! C'est avoir une opinion aussi tordue que celle de l'immigration! Capitalisme au bout, vous pouvez bien crever maintenant, on n'a plus besoin de vous et on n'a pas les moyens (!) de vous offrir des services à domiciles! Tout ce qu'on vous offre ce sont des coûts moins élevés pour vos frais de stationnement, comme si toutes les personnes âgées avaient les moyens de se rendre à l'hôpital! Venez en région éloignée...mais c.est vrai que la CAQ et les régions éloignées ne font pas bon ménage!
    Après avoir vu les propos de François Legault à la TV et le démenti de Michel Leblanc de la Chambre de commerce de Montréal, il est clair que ce n'est pas à des salaires élevés que le PM pensent! Tout est foutaise, on dit une chose, le lendemain on se contredit, c'est pourtant un québécois de souche! À cette vitesse là, dans combien de minutes viendra la prochaine bourde? Et dire que des péquistes sont au sein d'un gouvernement étouffé par ses promesses électorales. La lune de miel est vraiment terminée et ce qui s'est passé avec les étudiants et travailleurs étrangers est loin d'être effacé tant en politique intérieure qu'extérieure!