La CAQ embarrassée par le troisième lien

Mercredi, le ministre de l’environnement, Benoit Charette, a laissé entendre que le projet du troisième lien allait servir le développement durable en générant des revenus permettant de réduire les émissions de gaz à effet de serre. 
Photo: Françis Vachon Le Devoir Mercredi, le ministre de l’environnement, Benoit Charette, a laissé entendre que le projet du troisième lien allait servir le développement durable en générant des revenus permettant de réduire les émissions de gaz à effet de serre. 

Les efforts du gouvernement Legault pour se présenter comme un parti pro-environnement ont de nouveau été ternis mercredi par sa défense inconditionnelle du projet de troisième lien.

Mardi, les élus de la Coalition avenir Québec (CAQ) ont voté en faveur d’une motion de Québec solidaire déclarant l’urgence climatique. La motion, qu’ont soutenu aussi les autres partis, réclamait qu’on « harmonise l’ensemble [des] choix politiques avec cette situation de crise en prenant tous les moyens nécessaires afin de réduire rapidement et radicalement nos émissions de gaz à effet de serre. »

Or, durant la période de questions, le premier ministre, François Legault, a dû défendre son appui au projet de troisième lien qui, de l’avis de nombreux experts, risque de favoriser l’étalement urbain, le recours à la voiture et les émissions de GES.

Le premier ministre a rétorqué qu’il soutenait plusieurs projets de tramway, dont celui de Québec et qu’il avait reconduit le crédit d’impôt sur les autos électriques. « Mais pour faire circuler des autos électriques, ça va prendre des routes », a-t-il ajouté en avançant que le troisième lien pourrait favoriser la mise en place de tramways sur la Rive-Sud. « Je suis quelqu’un de pragmatique. Je ne suis pas un pelleteux de nuages, pour être bien clair », a-t-il conclu.

Rappelons que la CAQ a promis en campagne électorale de construire un troisième lien à l’est de Québec. Le projet est très populaire dans la région, même si aucune étude récente n’en a encore mesuré les coûts, l’utilité et les conséquences environnementales potentielles.

Un outil économique

Plus tôt en matinée, son ministre de l’environnement, Benoit Charette, avait laissé entendre que le projet du troisième lien allait servir le développement durable en générant des revenus permettant de réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Lorsqu’on lui a fait remarquer que le projet de troisième lien risquait de ternir la crédibilité de sa position sur l’urgence climatique, il a rétorqué que ses critiques comprenaient mal le concept de développement durable.

« Comme société, il faut se rappeler les principes du développement durable et c’est là où certains perdent beaucoup de points dans leurs critiques. Le développement durable qui est reconnu par les Nations unies […] précise qu’il faut le faire ce développement économique là de façon réfléchie. Sans ce développement économique là, on se prive d’outils pour ensuite s’attaquer aux changements climatiques », a répondu M. Charette, en soulignant que le troisième lien allait favoriser le développement économique de la Rive-Sud et au-delà.

Lors de la même mêlée de presse, le ministre a mis en cause la crédibilité de plusieurs de ses critiques en matière d’environnement, reprochant aux oppositions, au militant Dominic Champagne et à un journaliste de Radio-Canada de ne pas « maîtriser » les dossiers.

« Il faut se méfier à ce moment-ci des groupes et des individus qui font des déclarations à l’emporte-pièce qui ne font que rebuter les gens qui sont prêts à agir pour l’environnement », a-t-il dit.

À l’approche des grandes manifestations de vendredi sur le climat, le gouvernement Legault est critiqué de toutes parts en matière d’environnement.

« Mardi prochain, ça va faire un an qu’ils sont au gouvernement. On constate qu’au niveau de l’environnement, le seul bilan qu’ils ont c’est d’avoir changé de ministre dans les 100 premiers jours », a notamment déclaré la députée libérale Marie Montpetit mercredi.

Le ministre Charette est en train d’élaborer un Plan d’électrification et de changements climatiques, mais sa présentation est prévue seulement pour janvier.

Ce plan, a expliqué le ministre Charette, vise notamment à multiplier les incitatifs pour encourager les entreprises à verdir leurs façons de faire. « Jamais le gouvernement n’aura autant accompagné entreprises et citoyens », a-t-il annoncé à ce propos.