L’agronome Louis Robert livre son message aux élus

Les Apiculteurs et apicultrices du Québec critiquent l’utilisation systémique de néonicotinoïdes, qui menace les pollinisateurs.
Photo: Annik MH de Carufel Archives Le Devoir Les Apiculteurs et apicultrices du Québec critiquent l’utilisation systémique de néonicotinoïdes, qui menace les pollinisateurs.

C’est parce que l’État a été faible que l’industrie des pesticides a réussi à s’ingérer dans le travail des agronomes et dans la recherche en agriculture, a affirmé le lanceur d’alerte Louis Robert aux élus en fin de soirée mardi. Son témoignage était attendu à la commission parlementaire mise sur pied après son congédiement pour étudier l’impact de ces produits sur la santé et l’environnement.

«Est-ce que les lobbies sont trop puissants ? Je ne crois pas, a-t-il dit. Nous n’avons pas résisté au lobby. Nous sommes devenu le complice.» Dès le début de son témoignage, l’agronome a précisé qu’il n’était «pas en croisade contre qui que ce soit» et qu’il n’était motivé par «aucun esprit de vengeance» envers le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ) ou les fabricants de pesticides.

Il serait simple, selon lui, de « débarrasser le système » de l’ingérence de l’industrie pour réduire l’utilisation des pesticides de 30 à 40 % sur cinq ans. Pour y parvenir, il recommande entre autres aux élus de séparer la vente de ces produits toxiques et des services-conseils fournis par les agronomes comme il est interdit au médecin de vendre les médicaments qu’il prescrit. « Le service-conseil intégré dans la vente du produit fait en sorte que la valeur marchande du service-conseil est tout le temps gardée basse », a-t-il expliqué. Les producteurs agricoles pourraient faire appel à des agronomes indépendants par l’entremise de clubs agricoles déjà financés en partie par le gouvernement et par des cotisations.

Les vendeurs de pesticides comme la Coop fédérée ne devraient pas non plus siéger aux conseils d’administration d’organisme de recherche comme le Centre de recherche sur les grains (CEROM) qui avait été au coeur de la controverse dévoilée par M. Robert. « Il faut se poser la question : qu’est-ce que la Coop fédérée retire de cette participation-là, a-t-il demandé. Je suis à peu près certain que toute activité d’une société impliquée dans le commerce d’intrants ne dépense pas son argent, ses salaires, ses contributions pour le bien public. J’ai mes petits doutes là-dessus. »

Le MAPAQ devrait également embaucher de nouveaux agronomes spécialisés en transfert technologique afin d’informer les agriculteurs sur l’ensemble des méthodes disponibles pour lutter contre les infestations d’insectes nuisibles et de mauvaises herbes.

Le ministère a réintégré l’agronome en août après avoir été sévèrement blâmé dans un rapport de la protectrice du citoyen sur la façon qu’il l’avait traité. M. Robert avait levé le voile sur l’ingérence de l’industrie des pesticides au Centre de recherche sur les grains (CEROM) en fournissant une note interne du ministère au Devoir et à Radio-Canada. Des chercheurs et des ex-employés avaient alors dénoncé faire l’objet de pressions dans le cadre de leurs études sur les néonicotinoïdes, un produit tueur d’abeilles.

M. Robert était à la fois content et sceptique avant son passage en commission parlementaire. « Je pense que déjà qu’il y ait des enjeux qui soient discutés dans les médias et en commission parlementaire, c’est déjà un gigantesque pas en avant, a-t-il souligné en mêlée de presse. Je suis un petit peu sceptique quant à l’aboutissement : est-ce qu’on va vraiment avoir des solutions éprouvées qui vont nous amener sur le chemin de la réduction draconienne des pesticides ? Ça, j’ai plus de doutes là-dessus. »

Réduction rapide exigée

Plus tôt dans la journée, les apiculteurs québécois ont invité Québec à réglementer là où Ottawa a échoué pour qu’il y ait moins de produits toxiques dans les champs. « On demande qu’il y ait une réduction rapide et très importante de l’utilisation des pesticides parce que du poison, ça reste du poison », a affirmé le premier vice-président des Apiculteurs et apicultrices du Québec, Raphaël Vacher, lors de la commission parlementaire sur les pesticides.

La valeur de ses pertes annuelles se chiffre à un million de dollars depuis qu’il a démarré son entreprise en 2006. La pire année a été 2015 quand il a perdu 80 % de ses ruches. « Je ne connais aucune autre production agricole qui serait capable de soutenir des pertes aussi élevées année après année », a-t-il remarqué.

Le syndicat suggère que tous les pesticides utilisés de façon systémique soient soumis à une prescription agronomique pour en diminuer l’usage. C’est ce qui est arrivé avec l’atrazine, un puissant herbicide utilisé dans la culture du maïs, dont les ventes ont diminué de 40 % depuis qu’il est contrôlé. Un résultat que le ministère de l’Environnement avait jugé « très encourageant » lors des premières auditions de la commission sur les pesticides en mai.

« Nous, c’est clair, on n’a jamais demandé l’arrêt total de l’utilisation des pesticides, a précisé l’une des administratrices du syndicat, Julie Fontaine. On ne veut juste pas que soit utilisé en champ ce qui n’a pas à être utilisé. »

C’est le cas de l’enrobage systémique des grains avec des néonicotinoïdes qui protègent les plantes des insectes nuisibles en les rendant toxiques. « [L]e gros du problème avec les pollinisateurs, c’est que maintenant toutes les parties de la plante deviennent toxiques et, par lessivage, ces produits-là sont bus, ingérés par les plantes sauvages qui elles aussi deviennent toxiques. Il y a un effet boule de neige et là on se ramasse avec du pollen qui est contaminé. »

L’Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire (ARLA) qui relève de Santé Canada « est la porte d’entrée » des pesticides dans les champs québécois. Or, l’homologation de ces produits s’appuie sur les études effectuées par l’industrie. « Le Québec se doit de continuer sa réglementation pour qu’elle soit plus efficace, plus restrictive parce que le fédéral ne fait pas sa job et c’est nous qui en subissons les conséquences », a constaté Mme Fontaine.

« La prescription agronomique est nécessaire, elle doit demeurer et elle doit être étendue », a-t-elle ajouté. Cette recommandation est similaire a celle qui avait été suggérée la veille par l’Ordre des agronomes du Québec.

Son président Michel Duval réclame une prescription agronomique pour l’ensemble des 1200 pesticides autorisés en milieu agricole. Or, plusieurs problèmes ont été identifiés en commission parlementaire sur la façon dont ils appliquent la réglementation. Présentement, cinq molécules inscrites au Code de gestion des pesticides requièrent une prescription agronomique pour pouvoir être utilisées, mais tous les autres demeurent en vente libre.