La réforme du mode de scrutin divise le Parti Québécois

Le chef du Parti Québécois, Pascal Bérubé
Photo: Graham Hughes Archives La Presse canadienne Le chef du Parti Québécois, Pascal Bérubé

Le projet de réforme du mode de scrutin provoque des dissensions non seulement dans les rangs de la Coalition avenir Québec, mais aussi dans ceux du Parti québécois.

L’élue péquiste Lorraine Richard juge « inimaginable » de représenter adéquatement les citoyens de la circonscription de Duplessis si celle-ci s’agrandissait dans la foulée de l’instauration d’un mode de scrutin proportionnel mixte compensatoire régional.

« Ce ne serait pas plus difficile, ce serait inimaginable », a-t-elle déclaré en marge du caucus présessionnel du Parti québécois à Salaberry-de-Valleyfield, mercredi.

Mme Richard fera part de ses « réserves » à l’égard de la réforme du mode de scrutin après le dépôt du projet de loi modifiant le mode de scrutin à l’Assemblée nationale. Rappelons que la ministre responsable de la réforme des institutions démocratiques, Sonia LeBel, s’est engagée à dévoiler un projet de loi instaurant un mode de scrutin proportionnel mixte compensatoire régional d’ici la fin du mois. « Ce qui me préoccupe le plus, c’est que les citoyens des régions comme ceux du comté de Duplessis qui est immense, mais qui est très très peu populeux perdent un certain pouvoir de représentativité à l’Assemblée nationale », s’est contentée de dire Mme Richard mercredi.

Pour arrimer davantage le vote populaire recueilli et la proportion de sièges obtenue à l’Assemblée nationale par un parti politique, Mme LeBel proposerait d’élire 80 « députés de circonscription » et 45 « députés de liste » au Parlement. Le nombre de « députés de circonscription » passerait ainsi de 125 à 80, ce qui nécessiterait l’agrandissement des circonscriptions actuelles, hormis celles des Îles-de-la-Madeleine et d’Ungava. Précisément, Mme LeBel calquerait la carte électorale québécoise sur la carte électorale canadienne qui compte 78 circonscriptions, en y ajoutant une circonscription pour les Îles-de-la-Madeleine et une circonscription pour Ungava. Les 45 « députés de liste » seraient élus en fonction du vote obtenu par leur formation politique dans chacune des 17 régions administratives du Québec.

Le député de Bonaventure, Sylvain Roy, appréhende un effritement du lien entre les élus et les Québécois advenant l’agrandissement des 80 circonscriptions restantes et l’arrivée de pas moins de 45 députés de liste au Parlement. La loyauté de ces derniers serait, selon lui, tiraillée entre leurs électeurs et leur formation politique, qui les aura inscrits sur leur liste de candidats. Il s’agit d’un enjeu « théorique et psychopolitique », a convenu l’élu péquiste à la presse mercredi. « Est-ce que cette réforme peut engendrer une problématique d’accès au député ? […] On aurait peut-être des députés qui seraient éloignés des enjeux régionaux », a poursuivi M. Roy, tout en ajoutant : « Je ne suis pas contre la réforme. Je veux juste qu’on ait le maximum d’éléments sur les impacts que ça peut avoir surtout sur les régions du Québec. »

L’élu gaspésien souligne que l’« accès au député est [déjà] difficile » dans les grandes circonscriptions.

Sous l’égide du Mouvement Démocratie Nouvelle (MDN), la CAQ, le PQ, Québec solidaire et le Parti vert se sont engagés au printemps 2018 à déposer un projet visant à instaurer un nouveau mode de scrutin dans les 365 premiers jours suivant une défaite du Parti libéral du Québec.

« On a signé. On respecte nos engagements. […] Notre signature tient toujours », a déclaré le chef parlementaire du PQ, Pascal Bérubé, mercredi. Cela dit, il n’a pas rejeté l’idée de soumettre la proposition de nouveau mode de scrutin du gouvernement caquiste à un référendum. « S’il est vraiment sérieux dans ce qu’il entreprend, il va prendre les dispositions pour qu’en 2022, ce soit un nouveau mode de scrutin [qui soit en vigueur] », a-t-il ajouté.

« On veut une réforme du mode de scrutin. On ne change pas là-dessus », a poursuivi le député de Rimouski, Harold LeBel. Selon lui, l’Assemblée nationale s’en trouverait « éventuellement » davantage « représentative de courants politiques […] nouveaux ».

Dissensions au Parti Québécois sur la réforme du mode de scrutin

LE COURRIER DE LA COLLINE

Chaque jeudi, l'équipe du Devoir à Québec résume l'essentiel de la semaine parlementaire. Retrouvez aussi la note de Michel David, notre chroniqueur politique. Inscrivez-vous, c'est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.