Le Conseil du patronat préconise une hausse de l’immigration

«Nous estimons que les seuils d'immigration proposés ne sont pas suffisants pour répondre aux besoins en main-d’oeuvre», estime le Conseil du patronat du Québec.
Photo: Pedro Ruiz Le Devoir «Nous estimons que les seuils d'immigration proposés ne sont pas suffisants pour répondre aux besoins en main-d’oeuvre», estime le Conseil du patronat du Québec.

Le Québec aurait besoin d’accueillir environ 10 000 immigrants supplémentaires chaque année pour contrer la pénurie de main-d’oeuvre, plaide le Conseil du patronat (CPQ), alors que des organismes d’aide aux nouveaux arrivants mettent en garde le ministre Simon Jolin-Barrette contre un usage purement économique de l’immigration.

Une douzaine d’élus étudient depuis lundi les nouveaux seuils d’immigration présentés par le ministre en juin. Après les avoir réduits à 40 000 en 2019, le gouvernement caquiste prévoit les augmenter progressivement au cours des prochaines années pour accueillir entre 49 500 et 52 500 nouveaux arrivants en 2022. Il compte ainsi faire passer l’immigration économique — travailleurs qualifiés et gens d’affaires — de 59 % en 2020 à 65 % en 2022, tout en gelant le nombre de réfugiés admis au Québec et en misant sur une faible augmentation du nombre de personnes admises en fonction du programme fédéral de regroupement familial.

« Nous estimons que les seuils proposés ne sont pas suffisants pour répondre aux besoins en main-d’oeuvre », écrit le CPQ dans le mémoire qu’il présentera en commission parlementaire mardi.

L’organisme qui représente les employeurs québécois prévoit, en s’appuyant sur des chiffres d’Emploi-Québec, qu’il faudra pourvoir 314 000 postes d’ici 2026, en raison de nombreux départs à la retraite et de la croissance économique.

« Tout en étant conscients des efforts accrus qu’il faudra déployer sur le plan de l’intégration et du meilleur arrimage entre les candidats à l’immigration et les besoins du marché du travail, nous serions plus enclins à viser au minimum 60 000 admissions annuelles d’ici 2022 afin d’amener, dans toutes les régions, les travailleurs dont elles ont besoin pour prospérer », souligne-t-il.

Le ministre de l’Immigration n’a pas voulu s’avancer. « Le gouvernement va faire son choix avant le 1er novembre prochain, mais actuellement, on est en mode écoute », a dit M. Jolin-Barrette à son arrivée en commission parlementaire. En vertu de la loi, le gouvernement doit déposer son document final de planification de l’immigration pour les trois prochaines années avant cette date.

Le PQ préoccupé

« La situation est vraiment alarmante et préoccupante », a dénoncé le député libéral Monsef Derraji, qui est d’accord avec les demandes du CPQ.

« Nous, on trouve que c’est un peu trop, a indiqué pour sa part le député solidaire Andrés Fontecilla. On pense qu’il faut revenir à un chiffre raisonnable, soit le chiffre de 52 000 avant la baisse arbitraire, démagogique du seuil d’immigration à 40 000. »

Le Parti québécois réclame pour sa part des données scientifiques pour justifier les seuils d’immigration du gouvernement caquiste. « Clairement, il y avait un objectif électoraliste derrière ça parce qu’on pose la question “ça a été quoi les calculs, quelle méthodologie a été utilisée pour arriver à ce 40 000-là” et on n’a toujours pas de réponse », a déploré la députée Méganne Perry Mélançon.

La Table de concertation des organismes au service des personnes réfugiées et immigrantes, qui représente 150 groupes, craint qu’une immigration axée uniquement sur les besoins économiques favorise la venue de nouveaux arrivants homogènes.

« Le document actuel est très utilitariste, on veut répondre à un besoin, c’est du moyen terme, a déploré Dominique Lachance, l’une de ses représentantes, au sortir de la commission parlementaire. Il faudrait mesurer les impacts et regarder de façon systémique comment garder ces populations-là et les aider à s’intégrer à long terme. »

Par exemple, le gouvernement ne prévoit rien pour aider les immigrants actuels à surmonter certains obstacles auxquels ils se butent, comme le racisme.

« Le fait qu’on doive changer son prénom pour que son CV passe, c’est très cohérent par rapport à la situation », a affirmé sa collègue Eva Lopez, en ajoutant ce genre de cas survient à répétition. Le regroupement estime qu’il faut plus qu’un emploi pour qu’un immigrant réussisse son intégration dans sa société d’accueil.

LE COURRIER DE LA COLLINE

Chaque jeudi, l'équipe du Devoir à Québec résume l'essentiel de la semaine parlementaire. Retrouvez aussi la note de Michel David, notre chroniqueur politique. Inscrivez-vous, c'est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

6 commentaires
  • Mario Jodoin - Abonné 13 août 2019 00 h 58

    Regroupement familial

    «Le document actuel est très utilitariste, on veut répondre à un besoin»

    Tout à fait. Un des exemples les plus éloquent des conséquences de cette absence de vision est de vouloir réduire à la fois le nombre d'immigrants et le pourcentage des personnes admises sous le volet du regroupement familial. Si on accepte, par exemple, un étudiant ou un travailleur étranger déjà ici, il est inadmissible de refuser l'accueil des membres de leur famille, si ces personnes satisfont aux critères d'admissibilité.

  • Gilles Bonin - Inscrit 13 août 2019 07 h 42

    J'ai comme

    une curieuse impression. Au lieu, comme semble vouloir le faire le gouvernement, de penser une immigration adaptée et pouvant ou capable de réussir une harmonieuse intégration dans la société francophone d'accueil qu'est le Québec, de nombreux groupes «corporatistes» - parti libéral, go-gauche «crinquée», avocats d'immigration, patronat, etc..., réclament en litanies incessantes et lassantes l'augmentation du nombre d'immigrants , du toujours plus avec le moins d'exigences possibles, tous branchés, ou presque, sur les besoins en main-d'oeuvre comme une incantation magique et passe-partout - je soupçonne même que ces cris d'urgence n'appellent que du «cheap labor» camouflé.

  • Jean-Pierre Marcoux - Abonné 13 août 2019 08 h 38

    Racisme, xénophobie et autres blablablas

    D'abord, on pourrais-tu arrêter de faire peur au monde et d'accuser à tort et à travers les gens??? Il y a quelques semaines, lors de commentaires sur le sujet, un monsieur a traité le gouvernement de la CAQ de «suprémaciste». Avec ce qui vient de se passer à El Paso aux États-Unis, on souhaiterait que de tels qualificatifs soient utilisés parcimonieusement.

    Avec ce qui se passe sur la planète, comme par exemple en Europe, il m'apparaît judicieux d'adopter une stratégie prudente et soucieuse de notre capacité d'accueil et d'intégration des immigrants.

    Le patronat parle pour sa paroisse et c'est son droit. Pour eux, plus il y a de main d'oeuvre, plus il y a de compétition, moins les salaires sont susceptibles de grimper.

    Il y a cependant d'autres points de vue sur la table.

    Il faudrait peut-être que les tenants de l'augmentation de l'immigration fassent pression sur le fédéral pour qu'il allonge sans condition des montants d'argent pour les organismes officiels voués à la francisation des immigrants au Québec. Mais on sait très bien que ça n'existe pas des subventions « no strings attached ».

  • Marcel Vachon - Abonné 13 août 2019 10 h 04

    Wooo les moteurs.

    L'intégration adéquate d'un(e) immigrant(e) est le résultat de plusieurs éléments. La langue et un travail sont, je crois, les deux éléments majeurs à une bonne intégration. Les autres éléments pourront suivre en fonctions de l'intérêt social de chacun et chacune. Après et seulement après, l'acceuil des membres de la famille pourra suivre puisque le pivot, déjà ou en bonne voie d'intégration, sera en mesure de faciliter leur intégration.
    Je crois que c'est ce cheminement que la CAQ veut accomplir. Où est le probléme? Si non de chialer pour chialer...... puisque dans l'opposition.

  • Bernard Plante - Abonné 13 août 2019 12 h 59

    Facile de demander

    Facile pour le CPQ de demander plus d'immigrants. Toutefois, pour assurer une intégration réussie de ces personnes immigrantes et de leurs familles ça prend des logements, des écoles, des hôpitaux, etc. Qui paiera pour tout cela? Les entreprises? Bien sûr que non. Les coûts additionnels seront évidemment refilés au secteur public, c'est-à-dire aux contribuables.

    En espérant que le gouvernement saura voir au-delà d'une vision purement économique. Car il y a là aussi un véritable enjeu de cohésion et d'équité sociale.