La SAQ se dit «ouverte» à une consigne du verre

Une bonne partie du verre non recyclé provient des bouteilles de vin et de spiritueux vendues par la SAQ qui se retrouvent dans les bacs résidentiels des Québécois.
Photo: Olivier Zuida Archives Le Devoir Une bonne partie du verre non recyclé provient des bouteilles de vin et de spiritueux vendues par la SAQ qui se retrouvent dans les bacs résidentiels des Québécois.

Traditionnellement opposée à la consigne des bouteilles de vin, la Société des alcools du Québec (SAQ) se dit désormais « ouverte » à un tel scénario mais prévient qu’il n’est pas question qu’elle se charge de collecter les bouteilles.

« La SAQ est ouverte à la mise en place de la meilleure méthode de collecte du verre, y compris la consigne », a déclaré la société d’État dans un mémoire présenté lundi en commission parlementaire.

Cependant, pas question de faire la collecte dans ses succursales, a prévenu la p.-d.g. de la SAQ, Catherine Dagenais devant les élus. « C’est impossible avec l’espace que nous avons », a-t-elle expliqué en soulignant que la plupart des succursales n’avaient pas d’espace d’entreposage. La SAQ estime à 200 millions le nombre de bouteilles qu’elle vend chaque année.

Des députés de l’Assemblée nationale se penchent cette semaine sur les ratés du recyclage au Québec, en particulier du verre. À l’heure actuelle, les Québécois envoient au recyclage 78 % de leurs contenants de verre. Or, 63 % n’est pas récupéré et finit par être enfoui faute de débouchés pour le vendre, révèlent les données les plus récentes de Recyc-Québec.

Après avoir fait preuve d’ouverture sur le sujet, la SAQ a, par contre, multiplié les mises en garde. Ainsi, non seulement elle ne voudrait pas s’en charger, mais elle suggère que cela pourrait coûter 250 millions de dollars à l’État sur cinq ans. La p.-d.g. a aussi prévenu qu’avec la consigne, elle ne défrayerait plus sa part du coût de la collecte sélective (12 %).

Plus tard en après-midi, les représentants des supermarchés, épiceries et dépanneurs sont, eux aussi, venus s’en prendre à la consigne. Responsables de la collecte des bières vides depuis 1984, ils sont venus dire qu’ils ne voulaient pas en faire plus, invoquant le manque d’espace, des enjeux d’hygiène, les heures de travail supplémentaires pour les employés, etc. Tout cela dans un contexte où le boom des microbrasseries pose déjà des difficultés avec des formats de bouteilles de plus en plus diversifiés.

Les épiceries sont d’autant plus inquiètes que la consigne de l’ensemble des produits vendus dans des contenants de verre fait partie de la discussion, des confitures aux cornichons. « Ce ne serait ni pratique pour le consommateur de les rapporter en un seul morceau, ni pour ceux à qui on confirait la gestion des dits contenants », a fait valoir l’Association des détaillants en alimentation du Québec dans son mémoire.

«Une façon de gagner du temps»

Ces dernières années, la SAQ et les grandes bannières d’alimentation ont préféré concentrer leurs efforts à financer des recherches pour trouver des débouchés au verre qui aboutit dans les centres de tri, via notamment le groupe Éco-entreprises.

Lundi, ce regroupement annonçait justement qu’il avait trouvé une façon de fabriquer des bouteilles avec le verre récupéré au Québec dans le cadre d’une entente avec le groupe québécois Bellemare et le fabricant américain de bouteilles Owens-Illinois.

Éco-entreprises a lancé plusieurs projets-pilotes ces dernières années pour recycler le verre, mais le regroupement d’entreprises s’est souvent buté aux impuretés contenues dans le verre recyclé et au manque de demande pour le produit. On sait, par exemple, que la poudre de verre peut être utilisée dans la fabrication de béton, mais la demande n’est pas suffisamment forte.

Lundi, l’annonce d’Éco-entreprises a fait bondir la députée solidaire Ruba Ghazal. « C’est une façon de gagner du temps et de repousser la solution à plus tard », a-t-elle fait valoir en supputant qu’ils « sentent la soupe chaude » parce que le gouvernement « est en train de se diriger vers [la consigne] ».

Mme Ghazal est la députée à l’origine de l’audition parlementaire de cette semaine sur le recyclage. À l’heure du dîner, elle accompagnait des groupes environnementaux pro-consigne qui manifestaient devant le Parlement.

La population était invitée à venir porter ses bouteilles vides moyennant 25 sous par contenant. Une affaire payante pour certains d’entre eux qui sont partis avec plus de 10 $ en poche.

Serena Saffiedine, étudiante à l’Université Laval, n’en avait apporté que trois. « Si on l’avait su avant, on les aurait accumulées. Mais on s’est dit que c’était important de venir quand même. »

Flou sur les intentions du gouvernement

Outre Québec solidaire, le Parti québécois participait lui aussi à la manifestation. « Le statu quo est intenable, a avancé le député Sylvain Gaudreault. On ne peut pas continuer à avoir un taux si faible de récupération du verre. »

De leur côté, le Parti libéral et la Coalition avenir Québec (CAQ) n’ont pas de position claire sur le sujet. Le ministre de l’Environnement Benoît Charette ne participe pas non plus aux travaux de la commission parlementaire cette semaine.

Au printemps, les membres de la CAQ ont adopté en conseil général une résolution pour imposer la consigne sur les bouteilles de plastique. Le ministre de l’Environnement était alors intervenu pour demander aux membres de ne pas faire la même chose pour le verre par crainte de fragiliser les centres de tri.

Lundi en commission parlementaire, la représentante d’Éco-Entreprises est revenue sur le sujet en faisant valoir que la consigne risquait de priver les centres de tri d’une « masse critique » intéressante de matière à recycler. Consigne ou pas, il va falloir investir davantage dans nos centres de tri, a-t-elle plaidé, à l’instar de Recyc-Québec ou de la SAQ.

Le ministre Charette a promis de présenter un plan pour réduire le gaspillage dès la rentrée, cet automne. D’ici là, le mandat d’initiative sur les enjeux du recyclage se poursuit jusqu’à jeudi au Parlement. Plus de vingt groupes et organismes sont attendus.

LE COURRIER DE LA COLLINE

Chaque jeudi, l'équipe du Devoir à Québec résume l'essentiel de la semaine parlementaire. Retrouvez aussi la note de Michel David, notre chroniqueur politique. Inscrivez-vous, c'est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.