Course au leadership du PLQ: Marwah Rizqy se dit toujours en réflexion

Marwah Rizqy assure que sa réflexion n’est pas terminée et qu’elle n’est donc pas encore prête à dire si oui ou non elle sera candidate au leadership du Parti libéral du Québec.
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Marwah Rizqy assure que sa réflexion n’est pas terminée et qu’elle n’est donc pas encore prête à dire si oui ou non elle sera candidate au leadership du Parti libéral du Québec.

Marwah Rizqy se lancera-t-elle dans la course au leadership du Parti libéral du Québec (PLQ) ?

Le suspense demeurait entier, vendredi, alors que la députée de Saint-Laurent entretenait le flou sur son avenir politique.

Certains médias, dont Radio-Canada et ceux de Québecor, affirmaient vendredi qu’elle serait effectivement candidate à la succession de Philippe Couillard.

La députée a d’ailleurs répondu par l’affirmative, en entrevue radio, lorsqu’on lui a demandé si c’était certain qu’elle allait aller de l’avant, indiquant qu’il ne restait qu’à trouver la date de l’annonce.

Sauf que la principale intéressée, lors de deux entretiens téléphoniques à La Presse canadienne, vendredi, a offert un démenti, insistant pour dire que, contrairement à ce que soutiennent certains médias, sa décision n’est pas encore prise.

Marwah Rizqy assure que sa réflexion n’est pas terminée et qu’elle n’est donc pas encore prête à dire si oui ou non elle sera candidate au leadership du Parti libéral du Québec (PLQ).

Toujours « intéressée » par le poste, elle ne se montre pas pressée, donc, d’annoncer ses couleurs, disant vouloir faire les choses « dans l’ordre ».

La députée n’a d’ailleurs fixé aucune date pour trancher et annoncer sa décision.

L’annonce dans certains médias de sa candidature survient à la veille du congrès de l’aile jeunesse du parti, qui se tient tout le week-end à l’Université Laval, à Québec. Plusieurs centaines de jeunes militants libéraux y sont attendus, de même que les députés et organisateurs du parti.

Cela fait déjà plusieurs mois que Mme Rizqy, élue pour la première fois en octobre dernier, a exprimé un intérêt pour la fonction. En juin, elle disait déjà avoir « presque terminé » sa réflexion.

Elle en est toujours, dit-elle, à l’étape d’élaborer sa vision du parti, qu’elle souhaite transformer en profondeur, et de recruter des appuis.

À l’heure actuelle, aucun député libéral ne s’est prononcé en faveur de son éventuelle candidature.

Dix mois et demi après la défaite électorale cuisante du PLQ, lors du scrutin d’octobre dernier, il n’y a toujours qu’une seule personne sur les rangs : la députée de Saint-Henri-Sainte-Anne, Dominique Anglade. Elle a reçu l’appui de sept députés : Carlos Leitão, Hélène David, Saul Paulo, Frantz Benjamin, Kathleen Weil, Monique Sauvé et David Birnbaum.

La course au leadership visant à trouver un successeur à Philippe Couillard sera officiellement déclenchée en novembre à Sherbrooke, à l’occasion d’un conseil général du parti. Le nouveau chef du PLQ sera connu en mai.