La vente de desserts au cannabis sera interdite au Québec

Des biscuits au cannabis préparés par une boulangerie à Denver, au Colorado
Photo: Brennan Linsley Associated Press Des biscuits au cannabis préparés par une boulangerie à Denver, au Colorado

Les produits de cannabis comestibles seront interdits à la vente au Québec s’ils sont attrayants pour les enfants, ceci afin d’éviter les intoxications involontaires. Le gouvernement caquiste a déposé un projet de règlement mercredi qui restreint la liste de produits que la Société québécoise du cannabis (SQDC) pourra offrir à ses clients et va donc plus loin que la réglementation fédérale.

« C’est vraiment pour la santé des enfants et des jeunes, a expliqué en entrevue le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, Lionel Carmant. On a vu beaucoup d’intoxications cette année qui ont été rapportées et on veut vraiment prévenir ça dans notre population. »

Le Devoir rapportait en mai une augmentation des cas d’intoxications dans plusieurs hôpitaux pour enfants depuis la légalisation du cannabis en octobre 2018.

Dès la mi-décembre, la vente de desserts, jujubes, crèmes et cosmétiques sera légalisée au pays comme l’avait promis Ottawa. Le gouvernement fédéral laisse toutefois la liberté aux provinces de choisir quels produits elles veulent autoriser ou non. Le premier ministre, François Legault, avait déjà indiqué lors de son bilan de juin qu’il allait imposer des restrictions sans donner plus de précisions.

Le projet de règlement indique que le cannabis comestible ne peut prendre la forme d’une « friandise, une confiserie, un dessert, du chocolat ou tout autre produit attrayant pour les mineurs. »

« On pense que les enfants seront moins portés à manger des aliments qui risquent de traîner sur la table comme ça s’est probablement produit dans le cas des intoxications qui ont été vues », a indiqué M. Carmant.

Des produits comestibles pourront tout de même être offerts par la SQDC tant que leur forme, leur apparence et leurs propriétés sensorielles ne les rendent pas attirants pour les jeunes et qu’ils ne sont pas commercialisés pour ceux-ci. Ottawa interdit déjà à l’industrie de vendre des bonbons qui seraient attrayants pour les enfants, mais le projet de réglementation québécoise est plus détaillé, selon l’Association de santé publique du Québec (ASPQ).

« On vient limiter le taux de THC par unité à 5 mg au lieu de 10 mg », a noté la porte-parole de l’ASPQ, Me Marianne Dessureault en entrevue. Il est également restreint à 10 mg par emballage.

Comme l’effet du cannabis comestible est plus lent à se faire sentir que lorsqu’il est fumé, le fait de réduire la quantité de THC peut éviter des intoxications involontaires.

« Quand on fume du cannabis, on va ressentir les effets psychoactifs entre 15 et 20 minutes, mais le comestible peut aller d’une heure jusqu’à quatre heures plus tard, a-t-elle expliqué. L’effet est plus lent et plus long. »

Une personne pourrait donc être tentée de manger un autre produit et ainsi consommer une dose trop forte.

Prévention

L’ASPQ espère tout de même que le gouvernement enverra un message de prévention pour que les gens sachent comment doser et ranger leurs produits à base de cannabis pour éviter que les enfants ne mettent la main dessus.

Dans son projet de règlement, Québec autorise également la vente d’extraits de cannabis — comme le haschich et l’huile de vapotage — dont la concentration en THC ne devra pas dépasser 30 %. Il ne permettra pas les crèmes pour l’instant puisqu’il existe peu de données fiables sur l’effet qu’elles pourraient avoir sur la santé. Le projet de règlement entrera en vigueur dans 45 jours.

Le Québec est l’une des provinces les plus sévères en matière de réglementation du cannabis.

Le gouvernement Legault veut hausser l’âge minimal requis pour consommer cette drogue de 18 à 21 ans, mais le projet de loi 2 était toujours à l’étude en commission avant la relâche estivale. Le ministère de la Santé projette une campagne de publicité lorsqu’il sera adopté. La marijuana récréative est légale au Canada depuis le 17 octobre 2018.

LE COURRIER DE LA COLLINE

Chaque jeudi, l'équipe du Devoir à Québec résume l'essentiel de la semaine parlementaire. Retrouvez aussi la note de Michel David, notre chroniqueur politique. Inscrivez-vous, c'est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.