François Legault réclame plus de pouvoirs pour les provinces

Le premier ministre François Legault
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Le premier ministre François Legault

Le premier ministre François Legault a plaidé lundi pour une offensive autonomiste des provinces canadiennes avant de s’envoler vers la Saskatchewan, où il participera à son premier Conseil de la fédération.

« Il faut garder jalousement les pouvoirs actuels des provinces. Il faut aller vers plus d’autonomie, plus de compétences pour les provinces », a-t-il souligné dans un impromptu de presse en marge d’une séance du Conseil des ministres, à Québec.

Dans cet esprit, M. Legault a annoncé lundi qu’il serrera les coudes avec ses homologues conservateurs Scott Moe, Jason Kenney et Doug Ford, en cherchant lui aussi à faire invalider par la Cour suprême la taxe fédérale sur le carbone. Il y voit une intrusion du gouvernement de Justin Trudeau dans le champ de compétence des provinces.

Plaidant pour une plus grande autonomie des provinces dans la fédération canadienne, M. Legault a « bon espoir »de créer un « consensus » derrière la nécessité d’accroître la proportion d’immigrants économiques au Canada tout en réduisant la proportion de réfugiés et de nouveaux arrivants issus de la réunification familiale.

Le gouvernement québécois compte faire passer l’immigration économique — travailleurs qualifiés et gens d’affaires — de 59 % en 2020 à 65 % en 2022 en gelant le nombre de réfugiés et en n’augmentant que légèrement le nombre de personnes admises en fonction du programme fédéral de regroupement familial au Québec. « La prospérité de chacune des provinces va beaucoup dépendre du choix des immigrants qui viennent au Canada. Donc, pour moi, ce sera un sujet très, très important », a fait valoir M. Legault.

À Saskatoon, les premiers ministres des provinces et des territoires tâcheront cette semaine de rédiger une lettre commune en prévision des élections générales du 21 octobre.

« Vous allez le voir, éventuellement, dans la lettre qui va être adressée aux différents partis politiques fédéraux par l’ensemble des premiers ministres, a révélé M. Legault. L’élément premier qui est mentionné, c’est qu’on pense qu’une fédération canadienne qui est plus décentralisée, qui donne plus de pouvoirs aux provinces est une fédération qui est plus efficace. »

De « très bonnes » relations

Avec l’intervention du Québec en Cour suprême, le premier ministre saskatchewanais, Scott Moe, peut maintenant s’enorgueillir d’un nouvel appui dans son bras de fer avec Ottawa. Ses nouveaux homologues conservateurs, Doug Ford en Ontario et Jason Kenney en Alberta, lui ont apporté le leur au cours de la dernière année.

Le nouveau premier ministre ontarien avait appuyé publiquement M. Moe lors du dernier Conseil de la fédération, au Nouveau-Brunswick en juillet 2018, et ce, sous l’oeil inquiet de la délégation québécoise. Quelques semaines auparavant, le premier ministre québécois, Philippe Couillard, avait perdu sa principale alliée au sein de la fédération canadienne, la première ministre ontarienne Kathleen Wynne. Les électeurs ont par la suite donné un grand coup de balai aux libéraux dirigés par Brian Gallant au Nouveau-Brunswick, Philippe Couillard au Québec, puis Wade MacLauchlan à l’Île-du-Prince-Édouard.

Contrairement à son prédécesseur, le caquiste François Legault a annoncé sans détour l’opposition du Québec à tout projet de construction de pipeline transportant du pétrole de l’Ouest sur le territoire du Québec, et ce, faute d’acceptabilité sociale. À la tête du « Canada central », Philippe Couillard et Kathleen Wynne avaient pour leur part réservé leur appui au projet de pipeline Énergie Est, selon le respect de sept conditions. « Moi, je ne me sens pas du tout gêné de refuser de l’énergie sale, alors que nous, on offre de l’énergie propre à un prix compétitif », avait laissé tomber M. Legault lors d’une rencontre fédérale-provinciale organisée par Justin Trudeau, à Montréal en décembre dernier. Sa déclaration a été accueillie avec froideur par la classe politique canadienne.

M. Legault décrit aujourd’hui sa relation avec les premiers ministres des autres provinces de « très bonnes », citant son souper avec Jason Kenney et ses discussions avec Doug Ford. Il n’a toutefois pas été invité par le premier ministre albertain à participer au Stampede de Calgary lundi, contrairement à ses homologues de la Saskatchewan, de l’Ontario et du Nouveau-Brunswick.

« Moi, je ne suis pas conservateur », a précisé le premier ministre du Québec lorsque Le Devoir lui a demandé s’il allait faire la une du magazine anglais Maclean’s avec les autres premiers ministres provinciaux qui se situent à droite de l’échiquier politique. Le magazine avait publié en décembre une photo de cinq politiciens opposés à la taxe sur le carbone accompagnée du titre La résistance.

M. Legault ne craint pas de voir les conservateurs désormais faire la pluie et le beau temps au sein du Conseil de la fédération. Par précaution, il a annoncé la participation de sa conjointe, Isabelle Brais, à la délégation québécoise. « Elle s’en vient avec moi. Elle va sûrement m’aider à convaincre les conjoints, les conjointes », a-t-il dit, sourire en coin.

À voir en vidéo