Enfants handicapés: Québec corrige le tir

Le ministre de la Famille, Mathieu Lacombe
Photo: Jacques Boissinot Archives La Presse canadienne Le ministre de la Famille, Mathieu Lacombe

Le premier ministre François Legault avait promis 22 millions de dollars pour les parents d’enfants handicapés en campagne électorale, ce sont finalement 38 millions qui serviront à leur donner un peu de répit.

« On a réussi à faire plus, à faire mieux, dans l’intérêt de ces parents », s’est félicité le ministre de la Famille, Mathieu Lacombe, mardi en conférence de presse.

Le premier budget caquiste en mars avait déçu les parents d’enfants handicapés, qui s’attendaient à y trouver la somme promise en campagne électorale. Quelques mois plus tard, le ministre les a écoutés, mais il n’a pas été en mesure de répondre à toutes leurs attentes.

« Tout programme, tout service, tout argent supplémentaire qui est investi pour les personnes handicapées est une très bonne nouvelle puisqu’on part de loin au Québec », a déclaré la fondatrice de l’organisme L’Étoile de Pacho, Nathalie Richard.

Le gouvernement crée un nouveau palier au supplément pour enfant handicapé nécessitant des soins exceptionnels (SEHNSE). Seulement 2000 familles participaient à ce programme créé en 2016, qui mettait de côté de nombreux enfants handicapés.

« Je suis très heureuse de savoir qu’entre 3000 et 4000 familles ressentiront un soulagement similaire à celui que j’ai eu il y a trois ans », a souligné la députée caquiste, Marilyn Picard, dont la fille est lourdement handicapée. Elle s’est d’ailleurs lancée en politique pour aider d’autres gens comme elle.

Les familles admissibles à ce nouveau palier recevront dès l’automne 652 $ par mois et n’auront pas à faire de nouvelle demande. Ces paiements seront rétroactifs au 1er avril, comme l’avait demandé L’Étoile de Pacho.

L’organisme désirait également que le programme soit revu en entier pour éviter les critères trop arbitraires. « C’est très subjectif comme façon d’évaluer un enfant pour savoir s’il est admissible ou pas, a expliqué Mme Richard. Nous, ce qu’on demandait, c’est quelque chose de plus précis, qui soit justement moins subjectif à l’être humain qui est derrière l’analyse de ces documents-là. »

Le ministre Lacombe a préféré bonifier le programme rapidement plutôt que d’entamer une longue réflexion. « Je pense que le programme était effectivement tout croche, en ce sens qu’il n’était pas flexible et qu’il n’y avait pas d’équité pour les parents, a-t-il affirmé. Donc, c’était tout ou rien. »

« Ensuite, c’est une question aussi de préférence, a-t-il ajouté. On a travaillé de concert avec les groupes pour savoir si on devait y aller avec une refonte complète du programme, qui serait évidemment beaucoup plus longue, ou avec un programme modulé, plus équitable et plus flexible, nous permettant d’agir plus rapidement auprès des familles. »

L’ajout d’un deuxième palier au SEHNSE coûtera 30 millions. Parallèlement, la ministre responsable des Aînés et des Proches Aidants, Marguerite Blais, a annoncé un montant récurrent de 7,8 millions pour le Programme de soutien aux familles des personnes présentant une déficience. « Notre gouvernement va donc éliminer cette liste d’attente d’environ 3700 usagers », a-t-elle détaillé en conférence de presse. L’argent servira également à augmenter de 100 $ le montant que les familles reçoivent.

Il reste encore un grand ménage à faire dans les 247 programmes gouvernementaux destinés aux personnes handicapées, qui sont répartis entre 19 ministères et organismes. La révision doit débuter cet été et devrait s’échelonner sur un an, a précisé le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, Lionel Carmant.