La consommation de cannabis dans les parcs sera autorisée

Le ministre Lionel Carmant suggère de permettre aux gens de consommer du cannabis dans certains parcs, mais ce, seulement si leur municipalité vote un règlement en ce sens.
Photo: iStock Le ministre Lionel Carmant suggère de permettre aux gens de consommer du cannabis dans certains parcs, mais ce, seulement si leur municipalité vote un règlement en ce sens.

Le gouvernement ouvre la porte à la consommation de cannabis dans les parcs, mais précise qu’il sera interdit d’en fumer sur les sites d’événements publics comme les festivals.

Mardi après-midi, le ministre Lionel Carmant a présenté au Parlement une série d’amendements au projet de loi 2 encadrant le cannabis.

Le gouvernement tolérerait désormais que des gens consomment du cannabis dans certains parcs, mais seulement si leur municipalité vote un règlement en ce sens.

La Ville devra alors « indiquer au moyen d’affiches » les lieux où il est permis d’en fumer et s’assurer qu’en soient exclues les sections des parcs « plus spécifiquement fréquentées par des mineurs ».

L’amendement précise en outre qu’il sera « interdit de fumer du cannabis dans le périmètre à l’intérieur duquel » se déroule « un événement public de nature culturelle, sportive ou commerciale ».

Legault « sensible »

Pour justifier ces assouplissements, le premier ministre François Legault s’est dit « sensible » à la situation des personnes « moins riches » et « locataires » qui « n’ont pas d’endroit pour fumer du cannabis puisqu’ils ne peuvent pas, la plupart du temps, fumer dans leur logement ».

Le gouvernement maintient toutefois l’idée de fixer l’âge légal pour en consommer à 21 ans.

Par contre, le ministre délégué à la Santé permettrait aux employés de la Société québécoise du cannabis (SQDC) âgés de 18, 19 ou 20 ans de conserver leur emploi lors de l’entrée en vigueur de la loi. Or, cette exemption, prévient-on, sera « transitoire ». Enfin, le gouvernement offre des ressources additionnelles aux corps de police pour composer avec cette réalité, soit des analystes du ministère de la Sécurité publique pour soutenir le travail des inspecteurs.

Des changements bienvenus

Les changements ont généralement été bien accueillis, mais l’opposition libérale maintient que l’âge légal à 21 ans est une mauvaise idée et n’empêchera pas les jeunes de consommer.

« Peu importe la loi, Steve alimente Tito [en drogue] quand même », a lancé le député libéral André Fortin en reprenant des personnages imaginés par l’émission Infoman.

La Ville de Montréal était particulièrement contente des assouplissements proposés. « On sent que le gouvernement a été à l’écoute et a fait un compromis en permettant la consommation dans les parcs », a réagi la mairesse Valérie Plante. « On trouvait ça important de faire valoir le fait que, par exemple, 60 % des résidents [à Montréal] sont locataires », a-t-elle dit.

Avec Jeanne Corriveau