Décret sur les salaires des préposés: les ressources intermédiaires donnent leur accord

Les préposés des RI gagnent des salaires comparables à ceux des résidences privées, bien en deçà de ceux du réseau public.
Photo: iStock Les préposés des RI gagnent des salaires comparables à ceux des résidences privées, bien en deçà de ceux du réseau public.

Après le syndicat des Teamsters et les partis d’opposition, c’est au tour du réseau des ressources intermédiaires d’hébergement de demander au gouvernement d’imposer dès maintenant par décret de meilleurs salaires aux préposés aux bénéficiaires.

« On est tout à fait d’accord avec ça », a déclaré mardi la directrice de l’Association des ressources intermédiaires d’hébergement du Québec (RI) Martine Pratte. « On l’avait déjà proposé à la ministre Marguerite Blais quand la CAQ est arrivée au pouvoir. »

Les RI sont des lieux d’hébergement pour personnes âgées, des gens avec des problèmes de santé mentale ou ayant des déficiences intellectuelles. Subventionnés à 100 % par le public, ils comptent 14 000 pensionnaires.

Or leurs préposés gagnent des salaires comparables à ceux des résidences privées, bien en deçà de ceux du réseau public. Selon Mme Pratte, ils gagnent souvent 13,50 $ l’heure et le recrutement est devenu très difficile. À l’heure actuelle, l’Association estime à 2500 le nombre de postes vacants.

Il n’est pas rare, ajoute-t-elle, que le réseau public vienne recruter le personnel des RI. « Aussitôt qu’on a un préposé qui fonctionne bien, il y a des cartes professionnelles qui se passent ».

Mardi matin, le syndicat des Teamsters, le Parti Québécois et Québec Solidaire ont lancé un appel au gouvernement pour qu’il intervienne dès maintenant sur les salaires des résidences privées par décret afin de contrer la rareté de la main-d’oeuvre.

D'autres détails suivront.

LE COURRIER DE LA COLLINE

Nouvelle infolettre

Chaque jeudi, l'équipe du Devoir à Québec résume l'essentiel de la semaine parlementaire. Retrouvez aussi la note de Michel David, notre chroniqueur politique. Inscrivez-vous, c'est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.