Legault crée un comité... d’action

Le gouvernement caquiste pourrait s’immiscer dans la cour des municipalités pour «revoir» les lignes directrices de l’organisation physique du territoire.
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Le gouvernement caquiste pourrait s’immiscer dans la cour des municipalités pour «revoir» les lignes directrices de l’organisation physique du territoire.

Moins de 24 heures après s’être dit « allergique aux comités, forums, tables, commissions », le premier ministre François Legault a mis sur pied mercredi un « groupe d’action ministériel » chargé d’atténuer les répercussions des crues printanières.

Formé de huit ministres, ce « groupe d’action » aura pour tâche d’élaborer un plan d’action pour « répondre plus efficacement aux besoins des personnes touchées par les inondations des dernières semaines et pour préparer le Québec à la crue printanière de l’année prochaine dans les zones critiques », a-t-il expliqué au terme d’une séance du Conseil des ministres, mercredi après-midi.

 

Dans l’immédiat, le groupe des huit ministres veillera à assurer la prise en charge et l’indemnisation rapides des personnes sinistrées, en plus d’appuyer les municipalités à bout de souffle.

Sur le terrain, la situation semblait s’améliorer mercredi, hormis à Gatineau, où des précipitations de 15 à 25 mm de pluie faisaient craindre le pire. « L’eau continue de monter, et elle va continuer de monter encore jusqu’à la fin de la semaine », a prévenu le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin. La pointe du niveau de la rivière des Outaouais y est attendue jeudi et vendredi.

Le pire a été évité dans le secteur de Quyon, à 50 km à l’ouest de Gatineau. En début de semaine, la mairesse de Pontiac, Joanne Labadie, craignait qu’une digue artificielle ne tienne pas le coup et inonde les réseaux d’aqueduc et d’égout, ce qui aurait rendu nécessaire l’évacuation de quelque 360 autres résidents — en plus des 92 résidents déjà évacués le long de la digue. Les Forces armées et la Ville ont monté un rempart « de sept ou huit pieds », explique Mme Labadie. « Je crois que ça va tenir. »

L’objectif, c’est de ne plus permettre de construire dans des zones inondables. C’est pas normal que, deux ans plus tard, on se retrouve avec à peu près les mêmes maisons inondées qu’en 2017.

Mais de retour à Gatineau, dans le secteur d’Aylmer, des résidents étaient en colère mercredi, se sentant laissés pour compte par leur municipalité. « Je me sens abandonné. Tout le monde parle de Quyon, de Gatineau. Personne ne s’occupe de nous », déplorait un homme au volant de sa camionnette, au milieu d’un tronçon de rue submergé de plus d’un demi-mètre d’eau.

À Québec, M. Legault a demandé aux Forces armées de demeurer mobilisées aussi longtemps que le nettoyage n’aura pas été effectué.

Il a aussi demandé à la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, de s’entendre avec le ministre fédéral François-Philippe Champagne, notamment sur l’utilisation de l’aide financière prévue par Ottawa en cas de sinistre. « L’argent du fédéral est bienvenu », a-t-il pris soin de préciser.

Les schémas d’aménagement

Drapé de ses habits d’homme politique « pragmatique », le premier ministre s’est dit déterminé mercredi à mettre à jour les cartes des zones inondables à la lumière des crues printanières de 2017 et 2019. Le gouvernement caquiste pourrait par la suite s’immiscer dans la cour des municipalités pour « revoir » avec elles leur schéma d’aménagement et de développement. « L’objectif, c’est de ne plus permettre de construire dans des zones inondables », a insisté M. Legault, flanqué de huit ministres. « C’est pas normal que, deux ans plus tard, on se retrouve avec à peu près les mêmes maisons inondées qu’en 2017. »

 

 

 

Reconstruire, renforcer et rehausser des digues ou « vider des zones et déménager des gens » qui ont élu domicile dans des zones inondables ? « C’est ça que je veux rapidement qu’on regarde », a dit le chef du gouvernement québécois. « Il n’y a pas 50 scénarios dans beaucoup de cas ; soit on bâtit des infrastructures, soit on déménage, soit les gens, après 100 000 $ [d’aide gouvernementale], assument leurs déboursés pour faire les réparations nécessaires [à leur domicile s’il est de nouveau inondé] », a-t-il poursuivi.

Action, action, action

Le député péquiste Sylvain Gaudreault a appelé M. Legault mercredi avant-midi à créer une commission scientifique et technique sur les inondations printanières calquées sur les commissions Nicolet mises sur pied dans la foulée du déluge du Saguenay (1996) et de la crise du verglas (1998). « C’est par une institution de ce genre qu’on peut avoir toutes les informations pertinentes, à la fois scientifiques et techniques, pour comprendre ce qui s’est passé et surtout trouver des solutions pour le futur », a-t-il dit, tout en pressant le gouvernement caquiste d’adopter un décret en ce sens.

M. Legault a balayé du revers de la main sa proposition. « Oh non, je ne pense pas qu’on est rendus là, à cette étape-ci. […] Je ne voudrais pas une commission qui dure pendant des années. […] Ça va venir vite, le printemps 2020 », a-t-il insisté.

Les travaux de la commission Nicolet I (déluge du Saguenay) se sont échelonnés sur 161 jours. Ceux de Nicolet II (tempête de verglas) ont duré 443 jours.

Mardi, le chef du gouvernement avait refusé d’organiser un « débat d’urgence sur la crise des inondations qui secoue actuellement le Québec » à l’Assemblée nationale, comme le lui demandait la chef parlementaire solidaire, Manon Massé. « Je suis un peu allergique aux comités, forums, tables, commissions et tout ce qu’on connaît pour retarder des décisions », avait rétorqué M. Legault en Chambre.

Mercredi, il a jeté son dévolu sur un « groupe d’action ». « Ce que j’aime, c’est un groupe d’action, qui va avoir un plan d’action et passer à l’action », a-t-il souligné à la presse.

Dans cet esprit, M. Legault a dépêché un haut responsable à Sainte-Marthe-sur-le-Lac pour y coordonner l’« action gouvernementale » après qu’une digue eut cédé samedi soir. D’ailleurs, il y retournera jeudi après-midi en compagnie des ministres Benoit Charette et Sylvie D’Amours.

« Je veux vraiment qu’on soit “dans le concret et dans l’action” », a-t-il répété comme un mantra mercredi.

1 commentaire
  • Denis Paquette - Abonné 2 mai 2019 05 h 26

    et oui notre monde est deminer par des structures qui vont nous échapper de plus en plus

    le ne suis pas sur que nous ayons vraiment pris conscience des changements climatiques qui nous affectent peut êyre faudra t-il demander a des gens qui s'y connaissent de se pencher sur cette difficultée, les changements climatique n'étant pas des petites difficultéesmon opinion est que les changements climatiques vont aller en augmentant