Les travailleurs temporaires étrangers ont plus d’accidents que les autres

Des travailleurs agricoles mexicains et guatémaltèques à Saint-Rémi
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Des travailleurs agricoles mexicains et guatémaltèques à Saint-Rémi

Les nombreux travailleurs étrangers temporaires qui viennent au Québec sont au moins deux fois plus à risque de se blesser et de décéder au travail à la suite d’accidents.

Chaque année, environ 13 000 travailleurs quittent l’Amérique latine ou encore le Maghreb pour venir occuper des postes vacants au Québec, principalement dans le domaine agricole.

C’est le cas notamment de ces travailleurs guatémaltèques aux Jardins Vegibec à Oka, qui ont été appelés en renfort le week-end dernier par le maire pour préparer des sacs de sable afin de faire face aux inondations.

Des travailleurs convoités et utiles, mais aussi plus à risque que les autres. Entre 2013 et 2017 au Québec, 3438 lésions professionnelles et six décès de travailleurs temporaires ont été recensés par la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST), a appris Le Devoir.

Cela équivaut à un ratio de 6,5 blessures par tranche de 1000 travailleurs (12 pour 100 000 décès), alors que la moyenne pour l’ensemble des travailleurs est de 2,6 pour 1000 (6 pour 100 000 décès).

Le travailleur qui est laissé à lui-même et qui ne maîtrise pas la langue est évidemment beaucoup plus à risque d’avoir un accident de travail

Cette situation n’étonne pas la chercheuse Dalia Gesualdi-Fecteau, professeure en droit du travail à l’Université du Québec à Montréal. « Le travailleur qui est laissé à lui-même et qui ne maîtrise pas la langue est évidemment beaucoup plus à risque d’avoir un accident de travail, dit-elle. Souvent, ils ne connaissent pas l’environnement dans lequel se fait le travail, les règles en matière de santé et de sécurité. »

Un travailleur mort noyé, un autre mort sur la route

Sur les six décès recensés par la CNESST, quatre ont fait l’objet d’une enquête, dont les conclusions sont publiques. Le premier cas est survenu au printemps 2014 à la ferme Les Jardins Ormstown en Montérégie. Ivan Guerrero Reyes, un travailleur mexicain de 29 ans, est mort noyé en tentant de fermer une valve d’alimentation au fond d’un trou rempli d’eau. M. Reyes, qui ne parlait pas français, était seul à la ferme et privé d’eau courante depuis deux jours quand il a tenté sa funeste manoeuvre.

La CNESST a blâmé l’entreprise pour des « déficiences » dans la gestion de la santé et de la sécurité du travail. « Le manque de planification du travail de plomberie, associé à un problème de communication et à l’absence de formation, d’informations et de consignes de travail appropriées, a fait en sorte que le travailleur a improvisé une méthode de travail dangereuse pour terminer les travaux de plomberie entrepris », conclut le rapport.

Le deuxième cas est survenu en 2015 à Aston-Jonction, près de Nicolet. Luis Antonio García Oreliana, un travailleur guatémaltèque, est mort happé par deux voitures alors qu’il conduisait un VTT sur une route interdite à ce genre de véhicule. La Commission avait blâmé le patron de la Ferme Bibomeau parce que c’est lui qui avait suggéré ce chemin pour faire la navette entre la ferme et l’endroit où le travailleur dormait.

Le troisième décès s’est produit à La Guadeloupe, en Beauce. À la fin de l’année 2015, Slim Ben Romdane, un soudeur tunisien travaillant pour Norgate Metal, est mort quand une immense poutre d’acier est tombée sur lui. Selon l’enquête, la méthode appliquée lors du gréage de la poutre serait responsable de l’accident.

Le quatrième décès sur lequel on détient de l’information est survenu à la ferme laitière Pittet, en Mauricie, à la fin de l’hiver 2017. Cesar Ariel García García, un employé guatémaltèque de 34 ans, est décédé quand le toit de l’étable où il faisait des travaux s’est effondré. Au départ, on pensait que l’étable avait cédé sous le poids de la neige, mais l’enquête a finalement conclu qu’un vice de construction était en cause.

Peur de représailles

Le Devoir n’a pas été en mesure d’avoir beaucoup d’informations sur les deux autres décès recensés par la CNESST, si ce n’est que dans l’un des deux cas, la personne est morte des suites d’une maladie professionnelle.

Pour ce qui est des blessures non mortelles, la majorité sont causées par des réactions du corps à l’effort, comme c’est le cas pour les travailleurs permanents au Québec. Suivent les blessures causées par des contacts avec des objets ou de l’équipement et celles provoquées par des chutes.

Dans ce contexte, que peuvent faire les employeurs pour mieux prévenir les accidents ? Ils peuvent consacrer plus d’énergie à la formation, note la professeure Gesualdi-Fecteau. « Souvent, ils arrivent au Canada et commencent de façon très rapide. »

Or, ils ne connaissent pas tout le temps la langue de travail. Dès lors, même si on leur donne des directives en santé et sécurité, il est possible qu’ils ne les aient tout simplement pas comprises, fait-elle remarquer.

« L’autre élément qui peut expliquer la plus grande prévalence des accidents est la crainte de représailles. » Si, par exemple, le travailleur est confronté à une situation qu’il juge dangereuse, va-t-il le dire au patron ? Pas toujours, croit Mme Gesuladi-Fecteau. « Parce que parfois, à tort ou à raison, ils vont avoir peur que le contrat cesse ou de ne pas être rappelé l’année suivante. »

Bref, dit-elle, « c’est important de se rappeler que la santé et la sécurité des travailleurs, c’est une obligation qui incombe à l’employeur, pas aux travailleurs et travailleuses ».

En raison des nombreuses pénuries de main-d’oeuvre, la Coalition avenir Québec (CAQ) cherche en ce moment à faciliter la venue de travailleurs temporaires au Québec.

Bon an, mal an, le Québec accueille en moyenne 13 000 travailleurs temporaires ; or, avec l’abaissement des seuils d’immigration à 40 000 cette année, les besoins sont appelés à croître.

Au Canada, les TET sont encadrés par un programme fédéral. Pour avoir accès aux TET, les patrons doivent soumettre à Ottawa une étude montrant qu’ils ne peuvent pas trouver de travailleurs locaux et qu’ils ne privent pas les chômeurs canadiens d’occasions d’emploi. Dans le jargon, on appelle cela une « étude d’impact sur le marché du travail » (EIMT). Depuis l’an dernier, ces demandes ont augmenté de 27 %.

1 commentaire
  • Mario Jodoin - Abonné 1 mai 2019 15 h 41

    Précision

    «Cela équivaut à un ratio de 6,5 blessures par tranche de 1000 travailleurs (6 pour les décès), alors que la moyenne pour l’ensemble des travailleurs est de 2,6 pour 1000 (2 pour les décès).»

    Cette comparaison est intéressante, mais elle le serait davantage si on comparait le ratio pour les travailleurs étrangers temporaires (6,5 / 1000) avec le ratio des autres travailleurs des mêmes industries.