François Legault vante le système de péréquation canadien

François Legault a réitéré mercredi soir sa volonté de tirer vers le bas les paiements de péréquation reçus par le Québec, même s’ils constituent le premier «avantage à rester dans le Canada».
Photo: Jacques Boissinot La presse canadienne François Legault a réitéré mercredi soir sa volonté de tirer vers le bas les paiements de péréquation reçus par le Québec, même s’ils constituent le premier «avantage à rester dans le Canada».

François Legault décrit la péréquation comme le principal attrait de la fédération canadienne.

Le premier ministre a rapidement égrené mercredi soir sa liste des « avantages à rester dans le Canada ». Les paiements de péréquation figuraient au haut de celle-ci.

« Treize milliards de péréquation [en 2019-2020], ça commence bien », a-t-il lâché en commission parlementaire. Puis, il a vanté les « programmes sociaux » du gouvernement fédéral et les « bonnes équipes de hockey » du Canada. « Il y a des avantages », a poursuivi l’ex-élu indépendantiste.

M. Legault justifiait pour la première fois mercredi soir les crédits octroyés au ministère du Conseil exécutif — le ministère du premier ministre — dont il tient les commandes depuis maintenant six mois. Le Parti québécois, puis le Parti libéral du Québec ont profité de l’occasion pour le questionner sur son attachement au Canada.

« Pourquoi est-il fier d’être canadien ? » lui a demandé le chef parlementaire du Parti québécois, Pascal Bérubé, en boucle.

Le chef de gouvernement caquiste a refusé obstinément d’affirmer haut et fort sa fierté d’être Canadien dans le Salon rouge, orné de deux imposants drapeaux : un unifolié et un fleurdelisé.

« Je suis un fier Québécois », a répété M. Legault, tout en se décrivant son gouvernement comme « nationaliste ». « Pour moi, c’est le Québec d’abord. À l’intérieur du Canada, mais c’est le Québec d’abord, O.K. ? »

« Est-ce que le Canada, pour vous, est un mal nécessaire ? » a par la suite demandé le chef intérimaire du Parti libéral du Québec, Pierre Arcand. Après avoir esquivé la question, le premier ministre s’est amusé à commenter les derniers sondages d’opinion, qui créditent le PLQ d’à peine 10 % des intentions de vote des francophones.

« Je suis surpris qu’il [M. Arcand] ne me pose pas la question en anglais », a-t-il lancé d’un ton narquois.

M. Legault a imposé la croissance de l’économie québécoise comme « la priorité pour les 20 prochaines années ». « L’indépendance qui est la plus importante, c’est l’indépendance financière »,a-t-il souligné devant la commission des institutions.

Dans cet esprit, M. Legault a réitéré mercredi soir sa volonté de tirer vers le bas les paiements de péréquation reçus par le Québec — même s’ils constituent le premier « avantage à rester dans le Canada ». « Je n’aime pas ça être dans le même paquet que les provinces maritimes », a-t-il laissé tomber.

Le premier ministre a rappelé que le Québec touchait des paiements de péréquation trois fois moins élevés en 2005, lorsqu’il a dévoilé les « Finances d’un Québec souverain ».

« On s’était dit : peut-être qu’avec certains dédoublements, on pourrait compenser ces 4 milliards. Or, aujourd’hui, c’est rendu 13 milliards. J’aimerais ça entendre le chef du Parti québécois nous dire où il prendrait les 13 milliards de péréquation », a-t-il déclaré.

Les priorités de la population

M. Legault s’est dit persuadé que la population souscrit aux priorités de la Coalition avenir Québec : l’économie, l’éducation, la santé… et l’environnement. Il a mentionné que le Québec « a des voisins qui ne sont pas bons » pour diminuer leur empreinte carbone. Il s’est dit une nouvelle fois disposé à les « aider » en leur vendant de l’hydroélectricité.

Même s’il a renié les cibles de réduction de GES léguées par le gouvernement précédent, M. Legault a dit prendre au sérieux la lutte contre les changements climatiques.

« Soyons réalistes, là, on n’atteindra pas le –20 % l’année prochaine, là, même si on revirait tout à l’envers au Québec », s’est-il justifié.

La co-porte-parole de Québec solidaire Manon Massé n’était pas convaincue par ses explications.

« C’est bien beau d’être contre tout, mais il faut avoir des choses à proposer », a rétorqué M. Legault.