Enfants handicapés: un nouveau programme d’aide à la fin de l’été

Mathieu Lacombe, ministre de la Famille, s'est engagé à instaurer un nouveau programme qui vise à offrir le «supplément pour les enfants handicapés qui nécessitent des soins exceptionnels».
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Mathieu Lacombe, ministre de la Famille, s'est engagé à instaurer un nouveau programme qui vise à offrir le «supplément pour les enfants handicapés qui nécessitent des soins exceptionnels».

Le nouveau programme d’aide aux handicapés promis par le gouvernement caquiste durant la campagne sera finalement prêt pour la fin de l’été, a promis le ministre de la Famille, Mathieu Lacombe, mercredi.

« Avant la fin de l’été, on aura un programme », a affirmé M. Lacombe lors de l’étude des crédits.

Il s’est également engagé à ce que l’aide financière soit disponible dès l’entrée en vigueur du programme.

Le nouveau programme vise à offrir le « supplément pour les enfants handicapés qui nécessitent des soins exceptionnels » (SEHNSE) à un plus grand nombre de familles. Doté d’une enveloppe de 32 millions, le supplément permet actuellement à 2000 parents d’avoir une aide mensuelle de 962 $ par mois. Or, le Québec compte 36 000 enfants handicapés, et de nombreuses familles ont vu leur demande rejetée, leur enfant n’étant pas jugé « assez handicapé ». Ceux-là ont droit à l’allocation courante pour les enfants handicapés, qui s’élève à 195 $ par mois.

« Il y a des familles qui ont tout, il y a des familles qui n’ont rien, et il n’y a rien entre les deux », a dit à ce sujet Mathieu Lavigne.

Les parents d’enfants handicapés réclament d’avoir tous droit au SEHNSE, une aide proportionnelle à la gravité de l’état de leur enfant.

Pendant la campagne, le gouvernement avait promis d’injecter 22 millions dans le nouveau programme, mais le ministre a déjà fait savoir que ce serait plus coûteux que cela.

Aide rétroactive ?

En mars, de nombreux parents avaient dénoncé le fait que les 22 millions promis ne figuraient pas dans le budget. Mercredi, M. Lacombe s’est dit conscient que la patience de plusieurs avait « déjà atteint sa limite », mais a fait valoir que Retraite Québec (l’ex-Régie des rentes) avait besoin de temps pour revoir le programme.

Par contre, le ministre n’a pas voulu dire si l’aide serait donnée de façon rétroactive ni fournir aux parents les allocations mensuelles qui auraient pu être données entre avril et la fin de l’été si le programme avait figuré dans le budget.

Du côté des groupes de parents, la nouvelle a été bien accueillie mercredi soir.

« C’est sûr que nous, ça nous rassure parce que c’est quand même rapide. Ça aurait pu être pour cet automne ou l’an prochain », a commenté Dave Turcotte, responsable des relations médias pour les groupes d’entraide L’Étoile de Pacho et Parents jusqu’au bout.

« On souhaite être rencontrés rapidement par le cabinet du ministre pour qu’on nous présente ce qui est sur la table. Si les parents ne sont pas consultés comme avant, on risque de reproduire le problème. »