Québec prêt à contribuer à la reconstruction de Notre-Dame de Paris

L’incendie qui a abîmé la cathédrale gothique inscrite au patrimoine mondial de l’humanité a donné lieu à une mobilisation impressionnante.
Photo: Ludovic Marin Agence France-Presse L’incendie qui a abîmé la cathédrale gothique inscrite au patrimoine mondial de l’humanité a donné lieu à une mobilisation impressionnante.

Le Québec se dit disposé à prêter main-forte à la France pour reconstruire la cathédrale Notre-Dame de Paris, qui a été la proie des flammes lundi.

Mais le gouvernement Legault ne s’avance pas davantage sur les moyens à prendre, ni sur l’ampleur d’une éventuelle contribution financière, alors qu’un mouvement de mobilisation sans précédent se met en place pour sauver ce monument d’une valeur exceptionnelle, qui attire jusqu’à 14 millions de touristes chaque année.

« Le monde entier perd un joyau », a commenté le premier ministre François Legault, mardi, en mêlée de presse.

Il a ajouté que si le Québec pouvait apporter son aide à la France avec ce projet de reconstruction, il n’hésiterait pas à lui accorder.

Il est cependant demeuré vague sur le type de contribution qui pourrait être apporté, tout comme la ministre des Relations internationales, Nadine Girault, et la ministre de la Culture et des Communications, Nathalie Roy, qui ont aussi été questionnées à ce sujet.

Revoyez le premier ministre Legault en point de presse

 

 

L’incendie qui a abîmé la cathédrale gothique inscrite au patrimoine mondial de l’humanité a donné lieu à une mobilisation impressionnante : en moins de 24 heures, on avait déjà amassé 700 millions d’euros en dons.

La reconstruction pourrait nécessiter cinq années de travaux, a indiqué le président français, Emmanuel Macron.

M. Legault a dit qu’il faudrait tirer une leçon de ce drame, quant à la préservation du patrimoine religieux québécois, sans donner de précisions.

La ministre Nadine Girault a affirmé qu’elle souhaitait apporter une contribution financière personnelle pour sauver Notre-Dame de Paris.

Elle a dit aussi que le Québec veillerait à faire sa part, « mais de quelle façon ça va se faire, je ne sais pas encore ».

« Il y a une réflexion à avoir », a commenté de son côté la ministre Nathalie Roy, refusant de prendre quelque engagement que ce soit.

Elle a ajouté que son gouvernement allait consentir 100 millions $ en cinq ans pour la protection du patrimoine religieux québécois.

LE COURRIER DE LA COLLINE

Chaque jeudi, l'équipe du Devoir à Québec résume l'essentiel de la semaine parlementaire. Retrouvez aussi la note de Michel David, notre chroniqueur politique. Inscrivez-vous, c'est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.