Projet de loi sur la laïcité: pas de statut particulier pour Montréal

«Il n’est pas question qu’il y ait une position différente à Montréal que dans le reste du Québec», dit François Legault.
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne «Il n’est pas question qu’il y ait une position différente à Montréal que dans le reste du Québec», dit François Legault.

Des élus des quatre partis représentés à l’Assemblée nationale ont fermé la porte mardi à l’octroi d’un statut particulier pour Montréal qui lui permettrait de se soustraire à l’application de l’éventuelle loi sur la laïcité de l’État.

« Je trouvais ça un peu malheureux de voir la position de Montréal, a commenté le premier ministre, François Legault, en mêlée de presse. C’est certain que Montréal, c’est la métropole de tous les Québécois, donc il n’est pas question qu’il y ait une position différente à Montréal que dans le reste du Québec. »

Il réagissait au front commun des élus de la métropole, qui avaient adopté à l’unanimité la veille une déclaration pour s’opposer au projet de loi 21. Cette déclaration proposée conjointement par la mairesse Valérie Plante et le chef de l’opposition à l’Hôtel de Ville, Lionel Perez, accorde un soutien « indéfectible » aux employés de la Ville. Quelques semaines plus tôt, M. Perez avait revendiqué une clause d’exception pour Montréal. La mairesse espère, quant à elle, convaincre le gouvernement d’apporter des amendements au projet de loi pour tenir compte de la diversité montréalaise et de son poids démographique.

Le premier ministre voit-il dans la déclaration de l’Hôtel de Ville un appel à la désobéissance civile ?

« La mairesse de Montréal, même si elle n’est pas d’accord avec le projet de loi, doit s’engager à faire respecter toutes les lois du Québec, a répondu M. Legault. Elle ne peut pas choisir les lois qui font son affaire. »

Quelques heures plus tôt, le ministre Simon Jolin-Barrette réitérait qu’il n’allait pas modifier les fondements de son projet de loi.

« La volonté du gouvernement du Québec demeure ferme à savoir que la laïcité de l’État doit être inscrite dans nos lois et que pour certaines personnes en situation d’autorité, durant leur prestation de travail, ne doivent pas porter de signes religieux », avait-il affirmé en mêlée de presse.

« Précédent dangereux »

Le gouvernement a déjà accordé un statut particulier à Montréal en 2017 en adoptant une loi qui lui conférait davantage de pouvoirs, notamment en matière d’habitation et d’accueil des immigrants. Toutefois, cela ne permet pas à la métropole de désobéir à la loi, a fait valoir le chef parlementaire du Parti québécois (PQ), Pascal Bérubé.

« Personne ne devrait remettre en cause la capacité des lois de s’appliquer sur l’ensemble du territoire du Québec, a-t-il affirmé. Ce serait un précédent dangereux quant à moi. »

« Par exemple, sur le plan linguistique, est-ce qu’il devrait y avoir des exceptions pour Montréal, surtout avec le rapport qu’on a eu récemment ? Non », a-t-il donné à titre d’exemple, en faisant référence au rapport de l’Office québécois de la langue française (OQLF) rendu public la semaine dernière. Celui-ci notait une utilisation plus fréquente du « bonjour-hi » dans les commerces montréalais et un recul du français comme langue de travail.

La porte-parole libérale en matière de laïcité, Hélène David, craint elle aussi qu’accorder une exemption à Montréal ouvre une boîte de Pandore, même si elle est contre le projet de loi caquiste.

« Habituellement, les lois sont pour tout le Québec et, quand on parle des lois, ça s’applique partout », a-t-elle dit.

« Je les comprends d’être inquiets, et c’est vrai qu’il va y avoir beaucoup, beaucoup de gens qui vont être atteints ou touchés à Montréal, mais il va y en avoir ailleurs au Québec aussi », a-t-elle ajouté.

Le front commun des élus de Montréal est la preuve que l’approche du gouvernement Legault en matière de laïcité ne fait pas consensus, selon le député solidaire Sol Zanetti. Il invite le premier ministre à entendre leur mécontentement, à revenir sur son projet de loi et à « agir sur la laïcité autrement ». Cela ne veut pas dire pour autant qu’il faille exempter la métropole s’il est adopté tel quel.

« Cette loi-là, elle n’est pas juste pas bonne pour Montréal, a-t-il qualifié. Elle n’est pas bonne, à notre avis, pour l’ensemble du Québec et on devrait protéger les libertés et les droits partout au Québec de la même façon. »