Les libéraux ouverts à une réforme du mode de scrutin

Sébastien Proulx, leader parlementaire du PLQ, mène une série de rencontres ayant pour sujet la réforme du mode de scrutin.
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Sébastien Proulx, leader parlementaire du PLQ, mène une série de rencontres ayant pour sujet la réforme du mode de scrutin.

Le leader parlementaire du PLQ, Sébastien Proulx, mène en douce une série de rencontres avec des personnes intéressées par la réforme du mode de scrutin.

Lui et sa garde rapprochée sont « en contact régulier » avec la ministre de la Justice, Sonia LeBel, qui s’est engagée à présenter un projet de loi sur la réforme du mode de scrutin avant le 1er octobre 2019. « Le dialogue est très, très bon », a fait remarquer un stratège libéral.

Le député de Jean-Talon a aussi discuté récemment avec les dirigeants du Mouvement Démocratie Nouvelle (MDN), Jean-Pierre Charbonneau (président) et Jean-Sébastien Dufresne (directeur général), des tenants et aboutissants d’une modification du mode de scrutin. Ils ont notamment échangé sur le mode de scrutin proportionnel mixte compensatoire, qui est actuellement discuté au MDN.

D’autre part, les élus libéraux souscrivent aux « principes essentiels » d’« un système électoral réellement démocratique », parmi lesquels figurent « la meilleure représentation possible du vote populaire de l’ensemble des Québécois », « le respect du poids politique des régions » et « une meilleure représentation des femmes, des jeunes et des communautés ethnoculturelles ».

Pour preuve, ils ont voté mercredi en faveur d’une motion soumise par l’élu solidaire Sol Zanetti. Celle-ci était calquée sur l’entente transpartisane signée en mai 2018 sous l’égide du MDN, dans laquelle la Coalition avenir Québec, Québec solidaire, le Parti québécois et le Parti vert convenaient des principes devant prévaloir pour toute réforme du mode de scrutin au Québec.

Signe d’ouverture

Cet appui du groupe parlementaire libéral a été vite perçu comme un autre signal d’ouverture aux efforts déployés pour mettre au rancart le mode de scrutin actuel.

Le MDN y a vu un « pas majeur » de la part du PLQ vers le camp des réformateurs du mode de scrutin. « L’ensemble des élues et élus de l’Assemblée nationale s’entend sur les principes qui ont guidé jusqu’à présent le projet de réforme du mode de scrutin. Il est donc maintenant impossible de maintenir le statu quo et de plaider en sa faveur, car le mode de scrutin actuel ne respecte pas tous ces principes », a fait valoir Jean-Pierre Charbonneau, jeudi.

L’ex-président de l’Assemblée nationale a invité le PLQ à dorénavant prendre part aux « travaux transpartisans qui ont cours afin que l’ensemble des partis représentés à l’Assemblée nationale convienne d’une proposition consensuelle de mode de scrutin qui suscitera la plus large adhésion ».

Selon le mode de scrutin proportionnel mixte compensatoire, 75 des 125 (60 %) sièges de l’Assemblée nationale pourraient être réservés à des députés représentant des circonscriptions, dont les frontières épouseraient celles des circonscriptions québécoises de la carte électorale fédérale. Les 50 autres sièges (40 %) seraient distribués entre les partis politiques en fonction de la proportion de votes qu’ils ont obtenue dans chacune des régions.

M. Proulx fera le bilan de sa tournée aux membres de son groupe parlementaire, après quoi ces derniers trancheront le débat.

LE COURRIER DE LA COLLINE

Nouvelle infolettre

Chaque jeudi, l'équipe du Devoir à Québec résume l'essentiel de la semaine parlementaire. Retrouvez aussi la note de Michel David, notre chroniqueur politique. Inscrivez-vous, c'est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.