Legault lance un appel au calme en prévision du débat sur la laïcité

Legault a mis en garde mercredi les membres du groupe parlementaire de la CAQ contre tout «dérapage» verbal durant l’étude du projet de loi sur la laïcité de l’État.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Legault a mis en garde mercredi les membres du groupe parlementaire de la CAQ contre tout «dérapage» verbal durant l’étude du projet de loi sur la laïcité de l’État.

Le premier ministre François Legault « lance un appel au calme » en prévision de la reprise du débat sur la laïcité, avec le dépôt d’un projet de loi aussi attendu que controversé.

Il a mis en garde mercredi les membres du groupe parlementaire de la Coalition avenir Québec contre tout « dérapage » verbal durant l’étude du projet de loi sur la laïcité de l’État. « J’ai bien dit à mes députés, à mes ministres : il faut garder un ton respectueux avec nos adversaires. Il faut être capable de ne pas avoir de dérapage, de ne pas être hargneux, de ne pas être arrogant. Il faut effectivement créer le moins de division possible », a affirmé M. Legault à la presse.

Regardez la déclaration du premier ministre François Legault

 

Fort de l’appui d’une majorité de la population, le chef de gouvernement nationaliste proposera à son tour jeudi de circonscrire la laïcité de l’État québécois.

Il compte ainsi réussir là où ses prédécesseurs Philippe Couillard, Pauline Marois et Jean Charest ont échoué : « tourner la page » de la « crise des accommodements raisonnables », qui attise les tensions depuis une douzaine d’années. « Moi, mon objectif, c’est de rassembler le plus possible les Québécois », a-t-il déclaré à la veille du projet de loi sur la laïcité de l’État. Genèse du projet de loi caquiste.

 

2 mars 2006 La Cour suprême autorise le port du kirpan à un élève sikh de la Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys, à Montréal. C’est à ce moment que la crise des accommodements raisonnables éclate, selon la commission Bouchard-Taylor.

7 novembre 2006 Une congrégation juive orthodoxe est irritée par la vue de femmes en tenue sportive qui s’entraînent dans un YMCA de Montréal. Elle demande — et obtient — l’installation de vitres « givrées » dans la salle d’entraînement.

25 janvier 2007 Le conseil municipal d’Hérouxville, en Mauricie, adopte un « code de vie », qui prévoit notamment l’interdiction de la lapidation et de l’excision des femmes. « La situation d’Hérouxville est un cas isolé et demeurera un cas isolé », a dit le premier ministre Jean Charest, rappelant que la lapidation est déjà interdite au pays.

19 mars 2007 Un reportage sur une cabane à sucre de Mont-Saint-Grégoire où l’on offre de la soupe aux pois sans porc à la clientèle musulmane est diffusé.

10 septembre 2007 Le premier ministre Jean Charest confie à Charles Taylor et Gérard Bouchard la tâche de coprésider la commission d’enquête sur les pratiques d’accommodements. « Je crois dans la diversité qui enrichit notre identité, mais je dénonce le zèle religieux qui l’appauvrit », a déclaré M. Charest en Chambre.

22 Mai 2008 Après un an et demi de travaux, le sociologue Gérard Bouchard et le philosophe Charles Taylor préconisent l’interdiction des signes religieux aux agents de l’État exerçant un pouvoir de coercition, entre autres choses.

24 mars 2010 La ministre libérale Kathleen Weil dépose le projet de loi 94 à l’Assemblée nationale. Celui-ci prescrit que tout employé de l’État et toute personne qui reçoit des services publics doivent avoir le visage découvert. Après s’être enlisé en commission parlementaire, le projet de loi meurt au feuilleton.

9 février 2011 L’Assemblée nationale se prononce à l’unanimité contre le port du kirpan dans le parlement.

1er octobre 2013 Après avoir arraché leur t-shirt, deux membres des Femen dénoncent la présence du crucifix du haut des estrades du Salon bleu. La période de questions de l’Assemblée nationale est interrompue.

7 novembre 2013 Le ministre péquiste Bernard Drainville dépose le projet de loi 60. La « Charte des valeurs québécoises » prévoit l’interdiction de signes religieux ostensibles aux nouveaux employés des secteurs public et parapublic. Aux yeux de M. Legault, le projet de loi 60 est « trop radical ». « Je ne crois pas, moi, que les Québécois, par exemple, souhaiteraient qu’une infirmière ou une employée de bureau n’ait pas le droit de porter une croix à son cou », soutient-il. La charte meurt au feuilleton quatre mois plus tard avec le déclenchement des élections générales.

14 février 2017 Volte-face. Charles Taylor tente de dissuader les élus de légiférer pour interdire le port de signes religieux ostensibles aux employés de l’État en position de coercition. Le contexte sociopolitique n’est plus le même depuis l’attentat commis à la grande mosquée de Québec, estime-t-il.

18 octobre 2017 La ministre libérale Stéphanie Vallée fait adopter le projet de loi sur la neutralité religieuse de l’État. L’application de l’article 10 de la « loi 62 » prévoyant qu’une personne offrant ou recevant un service public « doit avoir le visage découvert » est suspendue dans la foulée d’une contestation judiciaire.

Août 2018 François Legault, qui s’est fait reprocher à plus d’une reprise de souffler sur les braises de l’intolérance par Philippe Couillard, promet de légiférer dès la première année d’un gouvernement caquiste pour renforcer la laïcité de l’État québécois.

Ça n’a pas été réglé depuis douze ans, maintenant. J’aimerais qu’on tourne la page et qu’on parle de santé, d’éducation, d’économie.

François Legault a invité mercredi la classe politique à sortir de la crise des accommodements raisonnables en se ralliant au projet de loi de « compromis » rédigé par le ministre Simon Jolin-Barrette. Selon nos informations, celui-ci prévoira notamment une interdiction du port de signes religieux pour les agents de l’État en position de coercition — policiers, constables spéciaux, gardes du corps, procureurs, juges, gardiens de prison — ainsi que les directeurs et les enseignants des écoles primaires et secondaires publiques.

« Ça n’a pas été réglé depuis douze ans, maintenant. J’aimerais qu’on tourne la page et qu’on parle de santé, d’éducation, d’économie », a-t-il fait valoir. « Donc, j’aimerais que ce soit réglé pour l’été. »

Avec Dave Noël