Réforme des taxis: nouvelles manifestations à Montréal et Québec

Les protestations des chauffeurs de taxi ont causé de très importants bouchons de circulation à Montréal lundi.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Les protestations des chauffeurs de taxi ont causé de très importants bouchons de circulation à Montréal lundi.

Les chauffeurs propriétaires de taxi ne décolèrent pas depuis que le ministre des Transports, François Bonnardel leur a annoncé, lundi, que l’offre de 500 millions de dollars visant à les compenser pour la perte de valeur de leur permis était finale.

Une nouvelle manifestation a eu lieu mardi matin à Québec, alors que plusieurs dizaines de chauffeurs propriétaires ont défilé en cortège sur de grandes artères de la Vieille Capitale pour aller s’installer devant l’Assemblée nationale.

D’autres manifestations pourraient avoir lieu à Montréal, selon le dénouement de la rencontre prévue entre le ministre des Transports, François Bonnardel et les représentants de l’industrie.

La rencontre doit avoir lieu à 13 h et le ministre Bonnardel a déjà annoncé son intention de rencontrer les médias, tout comme les représentants de l’industrie, à l’issue de celle-ci.

Il est à prévoir que de nombreux chauffeurs de taxi viennent manifester devant l’immeuble pendant la rencontre, comme ils l’ont fait la veille, paralysant une portion du centre-ville.

On ne s’attend toutefois pas à ce que l’ampleur des manifestations de mardi soit équivalente à celle de lundi.

De nombreux propriétaires ont payé des sommes astronomiques pour leur permis, jusqu’à 200 000 $ dans certains cas, et réclament une compensation plus équitable que celle offerte par Québec.

Le ministre Bonnardel a affirmé, lundi, avoir beaucoup d’empathie pour eux, mais a rappelé qu’une foule de frais administratifs vont disparaître avec la déréglementation proposée.

Les personnes handicapées aux barricades

Par ailleurs, un nouveau joueur s’est manifesté au cours des dernières heures, soit l’Alliance des regroupements des usagers du transport adapté du Québec (ARUTAQ), qui représente quelque 120 000 personnes handicapées qui ont droit au transport adapté.

L’organisme s’insurge contre le projet de loi 17 du ministre Bonnardel qui « ne reconnaît plus la nécessité du transport des personnes handicapées » et qui ne contient plus « les dispositions qui assuraient leur accès à un transport par taxi adapté à leurs particularités ».

L’ARUTAQ rappelle que l’industrie du taxi effectue 70 % des déplacements requis par les personnes handicapées pour aller à l’école, au travail, recevoir des soins de santé ou visiter leurs proches, soit un total de 6 millions de déplacements pas année.

L’Alliance fait valoir que le nombre de personnes ayant besoin d’un transport adapté est en hausse fulgurante, notamment en raison du vieillissement de la population qui implique un usage plus répandu des fauteuils roulants.