Budget 2019: les surplus devraient servir à l’environnement, dit Québec solidaire

La co-porte-parole de Québec solidaire Manon Massé
Photo: Graham Hughes Archives La Presse canadienne La co-porte-parole de Québec solidaire Manon Massé

Le gouvernement Legault devrait joindre le geste à la parole et allouer une large part de ses « surplus budgétaires historiques » à la lutte contre les changements climatiques, selon Québec solidaire. Le parti a fait connaître ses demandes prébudgétaires jeudi, une semaine jour pour jour avant le dépôt du premier budget caquiste et la veille du mouvement de grève international pour le climat.

« Ne vous laissez pas berner par une autre opération de relations publiques, a affirmé la co-porte-parole de Québec solidaire Manon Massé. Si on veut réellement voir l’intention du gouvernement en place, on va y voir aussi des chiffres apparaître pour nous permettre de régler la question de la crise climatique. »

Trois demandes solidaires

Les solidaires ont exprimé trois demandes. Ils veulent que le gouvernement Legault ajoute 9 milliards au Plan québécois des infrastructures (PQI) pour lui permettre d’investir un dollar dans le transport en commun pour chaque dollar attribué aux infrastructures routières. Cela implique l’annulation de projets comme le troisième lien et le prolongement des autoroutes 19 et 30. Ils souhaitent également que le gouvernement réduise de moitié le prix des billets d’autobus et de métro pour attirer davantage d’usagers et qu’il double le budget du ministère de l’Environnement.

« Le fait d’avoir de l’hydroélectricité au Québec […], ce n’est pas en soi un permis pour augmenter le nombre de GES, a mis en garde le député Vincent Marissal. […] Ça ne donne pas un chèque en blanc. »

Il a également fait valoir que le prolongement de la ligne bleue de Montréal attendu depuis 40 ans sera insuffisant et que le gouvernement ne « pourra pas se laver les mains et dire finalement mission accomplie ».

L’environnement ne semble toutefois pas faire partie des priorités budgétaires du gouvernement Legault même si le premier ministre a affirmé quelques semaines après son élection qu’il voulait améliorer son offre dans ce domaine.

François Legault avait indiqué mercredi que le premier budget de son jeune gouvernement remettrait « de l’argent dans le portefeuille des Québécois », ajouterait des services pour les enfants qui ont des difficultés d’apprentissage et allouerait des sommes pour les aînés qui vivent dans les CHSLD ou ont besoin de soins à domicile.

« On a travaillé fort, on a été capables de boucler un budget qui va “balancer”, qui va permettre de respecter toutes ces promesses qui ont été faites », a-t-il révélé.

Équilibre incertain

Le Parti libéral avait déjà fait connaître ses exigences prébudgétaires il y a une semaine. Le porte-parole en matière de finances et ex-ministre Carlos Leitão doutait alors que son successeur, Eric Girard, puisse maintenir l’équilibre budgétaire. Il jugeait les promesses électorales caquistes, comme la réforme de la taxe scolaire et l’uniformisation de la maternelle 4 ans, trop coûteuses.

Joint par Le Devoir pour connaître ses attentes, le PQ n’a pas voulu s’exprimer jeudi. Le parti fera part officiellement de ses demandes pour le budget caquiste lundi.

L’Institut du Québec estime que le surplus du gouvernement pourrait atteindre 4,6 milliards, mais le ministre des Finances, Eric Girard, l’évalue plutôt à 2 milliards pour l’année fiscale 2018-2019.

LE COURRIER DE LA COLLINE

Nouvelle infolettre

Chaque jeudi, l'équipe du Devoir à Québec résume l'essentiel de la semaine parlementaire. Retrouvez aussi la note de Michel David, notre chroniqueur politique. Inscrivez-vous, c'est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.