La CAQ contre-attaque le PLQ sur les signes religieux

Le ministre de l’Éducation Jean-François Roberge
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Le ministre de l’Éducation Jean-François Roberge

Après la CAQ, le Parti libéral du Québec (PLQ) a dû se défendre à son tour, mardi, d’avoir cherché comme gouvernement à dénombrer les employés du réseau scolaire arborant des signes religieux.

« Je n’aurais pas autorisé un contenu où on demandait de vérifier qui porte ou ne porte pas des signes religieux », a déclaré l’ancien ministre libéral et actuel leader de l’opposition Sébastien Proulx.

M. Proulx réagissait à la diffusion par la Coalition avenir Québec (CAQ) d’un sondage conçu par le ministère de l’Éducation, alors qu’il en était le titulaire, sur le nombre d’employés portant des signes religieux dans les écoles.

Le PLQ et les commissions scolaires avaient poussé les hauts cris, la semaine dernière, quand les médias ont révélé que le gouvernement caquiste avait fait des appels auprès de commissions scolaires pour dénombrer ces employés.

 

Revoyez le point de presse de Sébastien Proulx

La députée Marwah Rizqy avait alors reproché à la CAQ de faire du « profilage ».

Quand l’actuel ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, a découvert qu’un sondage à ce sujet avait été commandé par le ministère alors que les libéraux étaient au pouvoir, il a tenu à leur rendre la pareille. « C’est une mauvaise idée […] de jouer à l’hypocrite et de dénoncer des questions qu’on a nous-mêmes posées, c’est ce que le Parti libéral nous a joué comme mauvais théâtre la semaine dernière. »

Or contrairement à son prédécesseur libéral, le ministre Roberge juge l’exercice utile.

« Je pense qu’il y a eu énormément, énormément d’exagération de la part de commissions scolaires qui ont lancé des hauts cris la semaine dernière, simplement parce qu’on a demandé “Avez-vous cette information ?” », a-t-il ajouté.

Un phénomène en apparence marginal

Pour la CAQ, ce sondage a de surcroît l’apparence d’une bonne nouvelle. Alors qu’elle se prépare à légiférer pour interdire le port des signes religieux chez les employés de l’État en position d’autorité, le document laisse entendre que la loi sera sans effet dans la majorité des établissements d’enseignement.

« 84 % des directions d’école qui ont répondu disent : personne, dans notre école, ne porte le moindre symbole religieux ; 84 % des écoles disent : il n’y a personne », a souligné le ministre.

L’enquête en question avait été transmise par Internet à l’ensemble des 2616 établissements scolaires du Québec (incluant l’éducation aux adultes). Un peu moins de la moitié y avaient répondu (44,5 %). Parmi les répondants, 16,1 % des établissements ont dit avoir entre un et cinq employés arborant des signes religieux. Et parmi ces employés, 38,8 % sont des enseignants.

Le sondage a recensé 3,9 % établissements en comptant six à quinze, 0,5 % seize à vingt-quatre et 0,1 % vingt-six et plus.

Par ailleurs, 93 % des répondants ont dit ne pas avoir vécu de « tensions » créées par le port de signes religieux.

Ces documents ne permettaient pas de connaître les établissements, mais le ministre Roberge a mentionné en point de presse que parmi les 1164 répondants, 150 étaient de Montréal.

Un sondage avec des limites

Ce sondage est la seule source d’information chiffrée officielle sur le nombre de personnes susceptibles d’être affectées par le projet de loi.

Il a toutefois de grandes limites méthodologiques, notamment parce qu’on ignore si ceux qui ont choisi d’y répondre constituent un échantillon représentatif disponible sur l’ampleur et le nombre de personnes susceptibles d’être visées par le projet de loi.

Chose certaine, seuls les enseignants seront visés dans le milieu scolaire, a assuré M. Roberge, et ce, même si ce n’est pas la catégorie d’employés où les signes religieux sont les plus répandus.

 

Revoyez le point de presse du ministre Roberge

En effet, toujours selon cette enquête, c’est parmi le groupe des employés de soutien qu’on trouve le plus de personnes arborant des signes religieux. Cette catégorie inclut notamment les éducatrices des services de garde en milieu scolaire.

Dans ce domaine, majoritairement féminin et très précaire, on retrouve dans certains secteurs de Montréal jusqu’au tiers des employées qui portent des signes religieux, selon le porte-parole de la Fédération du personnel de soutien scolaire (FPSS) qui les représente, Martin Cayouette.

Selon lui, la future législation caquiste qui cible les personnes en situation d’autorité risque de créer un « flou » et de faire réagir. Ces employées, dit-il, sont souvent appelées à venir épauler les enseignants lors d’absences, dit-il. « L’éducatrice, elle ne fait pas juste garder les élèves, les surveiller. »

Isabelle Charest nommée ministre de la Condition féminine

La nouvelle ministre responsable de la Condition féminine, Isabelle Charest, décrit le hidjab comme un symbole, « à un certain point », d’« oppression des femmes ». « Selon mes valeurs religieuses, pour moi, le hidjab n’est pas quelque chose que les femmes devraient porter », a déclaré l’élue « féministe » à quelques jours du dépôt d’un projet de loi sur la laïcité de l’État. « Je crois que les femmes devraient être libres de porter ce qu’elles veulent », a-t-elle ajouté. Tout en demeurant ministre déléguée à l’Éducation, Mme Charest allège le fardeau de la ministre de la Justice, Sonia LeBel, qui a notamment entrepris les projets de réformer le droit familial et le mode de scrutin.

LE COURRIER DE LA COLLINE

Chaque jeudi, l'équipe du Devoir à Québec résume l'essentiel de la semaine parlementaire. Retrouvez aussi la note de Michel David, notre chroniqueur politique. Inscrivez-vous, c'est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

5 commentaires
  • Michel Lebel - Abonné 6 février 2019 05 h 28

    Quel problème?

    Ça promet comme débat serein! Conclusion: comme il n'y a pas de problème, il faut en créer un. F.Legault confirme le constat, puisqu'il dit qu'il faut légiférer ici pour l'avenir. Misère!

    M.L.

    • Christiane Gervais - Inscrite 6 février 2019 10 h 03

      Une loi sur la laïcité permettra justement de les éviter, les éventuels et actuels problèmes. Elle devrait s'appliquer à tout le personnel des maisons d'enseignement, de toutes les religions, de la garderie à l'université. Le temps des débats est passé, on a préféré crier au scandale pluttôt que discuter sereinement, comme vous le suggérez. Il est plus que temps de passer la loi.

  • Marcel (Fafouin) Blais - Abonné 6 février 2019 05 h 32

    … du pareil au même ?!?

    « C’est une mauvaise idée […] de jouer à l’hypocrite et de dénoncer des questions qu’on a nous-mêmes posées, c’est ce que le Parti libéral nous a joué comme mauvais théâtre la semaine dernière. » (Jean-François Roberge, ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, CAQ)

    De cette citation, et pendant que les points de vue diffèrent, on-dirait que les « chicanes politiques » continuent d’embellir la Maison du Peuple : ahurissant !

    Plutôt de chercher des « compromis », le monde des chicanes les ternit !

    Bof ou …

    … du pareil au même ?!? - 6 fév 2019 -

  • Hermel Cyr - Inscrit 6 février 2019 07 h 58

    Une authentique championne

    On savait Mme Charest championne en patinage de vitesse, on la sait maintenant championne en patinage artistique !

    "Isabelle Charest, décrit le hidjab comme un symbole, « à un certain point », d’« oppression des femmes ». « Selon mes valeurs religieuses, pour moi, le hidjab n’est pas quelque chose que les femmes devraient porter », « Je crois que les femmes devraient être libres de porter ce qu’elles veulent », a-t-elle ajouté."

  • Raymond Saint-Arnaud - Abonné 6 février 2019 19 h 46

    Les raisons

    Le hidjab : il y a des femmes qui le portent par conviction religieuse, d’autres pour des raisons culturelles, d’autres par coercition familiale ou sociale, et d’autres, peut-être, par prosélytisme et pour fin de provocation.