Québec confiera le stockage de ses données informatiques au privé

L’État québécois dépense annuellement quelque 4,5 milliards de dollars pour ses ressources informatiques.
Photo: iStock L’État québécois dépense annuellement quelque 4,5 milliards de dollars pour ses ressources informatiques.

Actuellement assuré par 457 centres au Québec, le traitement des données informatiques gouvernementales sera bientôt confié, pour l’essentiel, au secteur privé.

D’ici trois ans, au moins 80 % des informations numériques stockées dans tout l’appareil gouvernemental seront transférées dans des serveurs gérés par des sous-traitants du secteur privé, comme IBM ou Amazon.

Le reste, soit moins de 20 % du total des informations, sera bientôt stocké dans seulement deux centres de traitement des données.

Ainsi, à terme, l’accès aux données gouvernementales sera assuré par l’intermédiaire de l’infonuagique (cloud computing).

L’annonce a été faite en conférence de presse, lundi, par le président du Conseil du trésor, Christian Dubé, et le ministre responsable de la Transformation numérique, Éric Caire, qui justifient leur geste par une recherche d’efficacité et de sécurité accrue.

Le coût de la transformation est évalué à 150 millions de dollars, mais le gouvernement est convaincu que le changement annoncé permettra de faire d’importantes économies à plus long terme.

En campagne électorale, le cadre financier de la Coalition avenir Québec (CAQ) prévoyait des économies de plus de 200 millions de dollars dans la gestion des données informatiques.

« On parlait d’économies générales en gestion des ressources informationnelles de 210 millions. Le programme qu’on annonce aujourd’hui devrait nous permettre d’aller en chercher une centaine [de millions] », a calculé le ministre Caire.

L’État québécois dépense annuellement quelque 4,5 milliards de dollars pour ses ressources informatiques.

« On est en train de dire que, sur quatre ans, on va économiser 210 millions sur 4,5 milliards », a expliqué le ministre Christian Dubé, en ajoutant que d’autres annonces en ce domaine suivront à l’occasion de la présentation du prochain budget du Québec, à la fin du mois de mars.

Sécurité et efficacité

Les entreprises qui auront le mandat de stocker les données gouvernementales dans le nuage informatique devront répondre à des normes « très strictes » sur le plan de la sécurité, a assuré le ministre Caire, qui s’est dit convaincu que l’orientation donnée par le gouvernement dans sa gestion informatique correspondait à la « tendance mondiale ».

Selon lui, à l’heure actuelle, certains centres de traitement de données du gouvernement « ne sont pas du tout aux normes de ce à quoi on peut s’attendre dans un centre de traitement ».

La réorientation annoncée sera donc effectuée pour des raisons de sécurité des données, mais aussi pour privilégier une gestion différente des ressources humaines, a précisé le ministre Caire.

« Actuellement, il y a des postes en ressources informationnelles, au gouvernement du Québec, qui ne sont pas dotés, pour lesquels on ne trouve personne. Et, parallèlement à ça, on se rend compte que cette multiplicité-là de centres de traitement de l’information fait qu’on utilise trop de ressources qu’on pourrait mettre ailleurs. Donc, c’est une question d’efficacité d’utilisation de nos ressources. »

LE COURRIER DE LA COLLINE

Nouvelle infolettre

Chaque jeudi, l'équipe du Devoir à Québec résume l'essentiel de la semaine parlementaire. Retrouvez aussi la note de Michel David, notre chroniqueur politique. Inscrivez-vous, c'est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.