Renvoi d’un lanceur d’alerte: le ministre de l’Agriculture reconnaît son faux pas

Pour dissiper tout malentendu autour d’une possible ingérence politique, André Lamontagne souhaite que le Protecteur du citoyen fasse enquête pour vérifier que le processus ayant abouti au congédiement de l’agronome Louis Robert a été mené dans les règles de l’art.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Pour dissiper tout malentendu autour d’une possible ingérence politique, André Lamontagne souhaite que le Protecteur du citoyen fasse enquête pour vérifier que le processus ayant abouti au congédiement de l’agronome Louis Robert a été mené dans les règles de l’art.

« J'ai fait une erreur. » Le ministre André Lamontagne a soutenu lundi qu'il s'était « mal exprimé » quand il a indiqué avoir autorisé le renvoi du fonctionnaire lanceur d'alerte Louis Robert. Mais sa sortie, de même que son appel à ce que la Protectrice du citoyen fasse enquête, n'ont pas calmé les critiques à son endroit. 

 

« J’admets aujourd’hui avoir fait une erreur en prenant sur mes épaules le poids de cette décision, qui est en réalité une décision administrative », a fait valoir le ministre de l'Agriculture lors d'une conférence de presse consacrée à ce seul dossier. 
 

La semaine dernière, M. Lamontagne était pourtant catégorique: « [Le congédiement de l'agronome Robert] est une décision que j'ai personnellement autorisée […], que j’ai jugé qu’il était important de prendre ». C'est là, dans le « feu de l'action d'un point de presse », que la langue du ministre aurait fourchu. 

 

M. Lamontagne a expliqué lundi qu'il avait été informé par son sous-ministre des conclusions de l'enquête menée autour de l'agronome. Il dit avoir alors posé des questions pour s'assurer que le processus d'enquête avait été « rigoureux et empreint de précaution », une assurance qu'il estime avoir eue. 
 

S'il a par la suite affirmé devant les médias que l'approbation finale du renvoi de Louis Robert était sa décision, c'est à cause de son passé de chef d'entreprise, a affirmé André Lamontagne. « Il m'est arrivé à plusieurs occasions d'aller au bâton pour mes employés », a-t-il indiqué.
 

Sauf que « dans les faits, un ministre n’embauche pas et ne congédie pas de fonctionnaires », a pu constater le ministre dans les derniers jours. « La nature sensible de ce congédiement, lié à la possibilité exprimée que je sois à titre de ministre intervenu personnellement dans ce dossier, a contribué à créer au sein du public un remous important. »
 

Enquête? 

C'est pour dissiper tout malentendu autour d'une possible ingérence politique dans ce dossier qu'André Lamontagne souhaite que la Protectrice du citoyen fasse enquête. Celle-ci a toutefois pleine liberté d'accepter ou pas la demande. Elle n'a pas à confirmer non plus la tenue d'une enquête avant sa conclusion.

 

Le ministre lui suggère néanmoins de s'attarder sur certains éléments: vérifier la rigueur et l'impartialité du processus d'enquête administrative ayant mené au congédiement de M. Robert; confirmer que le ministre n'a pas été impliqué dans cette décision; et s'assurer que le « congédiement ne constitue pas des représailles à la dénonciation » faite par l'agronome à des médias. 

 

La lettre de congédiement de Louis Robert indique qu'il aurait fait preuve d'un « manque de loyauté envers [l']employeur en transmettant un document confidentiel » à des médias. 

 

Le fonctionnaire est à l’origine de la fuite d’un document qui a mené des journalistes à révéler au printemps 2018 l’ingérence du privé dans la recherche scientifique sur les pesticides au Centre de recherche sur les grains (CEROM), financé en majorité par Québec. Avant de se tourner vers les médias, dont Le Devoir, M. Robert avait d’abord dénoncé la situation à l’interne.

 

Son congédiement a soulevé un vif débat sur les protections offertes aux lanceurs d'alerte par la Loi facilitant la divulgation d’actes répréhensibles à l’égard des organismes publics. 

 

Même situation

Louis Robert « aurait dû être réintégré dans ses fonctions le temps que la lumière soit faite » sur le dossier, a fait valoir lundi le député libéral Gaétan Barrette, qui avait demandé la semaine dernière à ce que la Protectrice du citoyen se penche sur le cas Robert. Les péquistes et les solidaires estiment eux aussi que M. Robert mérite d'être réembauché. 
 

Le ministre a répondu à cette suggestion en mettant de l'avant que s'il ne peut congédier quelqu'un, il ne peut pas davantage le réembaucher. 
 

Les partis d'opposition sont autrement demeurés perplexes devant la sortie de M. Lamontagne. « Sur le fond, rien n'a changé », juge la députée solidaire Émilise Lessard-Therrien. Elle demande à la Protectrice de se servir de ce dossier pour « formuler des recommandations » pour renforcer la Loi protégeant les lanceurs d'alerte. André Lamontagne a dit lundi qu'il « pourrait comprendre que la confiance du public envers la Loi puisse être ébranlée » par le dossier Robert. 

 

Gaétan Barrette a pour sa part relevé que « dans la dernière semaine, le ministre a donné quatre versions différentes de sa situation, qui sont toutes contradictoires ». 

 

« Est-ce que la sortie du ministre change quelque chose au dossier? Oui: ça empire la situation », croit quant à lui Richard Perron, président du Syndicat de professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ). Il soutient que M. Lamontagne veut surtout « sauver sa face » en demandent à la Protectrice de repasser sur le dossier. « Mais elle est là pour protéger le citoyen, pas le ministre. »
 

Le CEROM sur la sellette

Le ministre Lamontagne a par ailleurs affirmé qu'il n'hésiterait pas à « tirer la plogue » sur le financement que son ministère octroie au CEROM, si ce dernier n'arrive pas à répondre aux attentes de Québec. Suivant les révélations des médias au printemps, le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ) a formulé des dizaines de demandes au Centre, qu’il finance à au moins 60 %.
 

Restructuration, embauche d’un directeur scientifique, création d’un comité scientifique, changements au sein du conseil d’administration: le CEROM doit remettre d'ici deux semaines son plan pour répondre aux préoccupations de Québec.  « C'est un organisme indépendant avec un conseil d'administration. Par contre, je pense qu'à la hauteur qu'on contribue, on est en mesure de les inviter à avoir certains comportements et à poser certains gestes », affirme le ministre.

 

M. Lamontagne a aussi exprimé ses réserves sur la position du président du conseil d'administration du CEROM, Christian Overbeek — qui est également président des Producteurs de grains du Québec — par rapport aux effets des pesticides de la famille des néonicotinoïdes. M. Overbeek a notamment écrit dans Le Devoir que les « néonics ne tuent pas les abeilles », ce qui contredit le consensus scientifique mondial et les recherches du CEROM. 

 

« Il faut qu'on m'explique le bien-fondé [de cette opinion], a indiqué le ministre. J'ai pu prendre connaissance de certaines déclarations passées [de M. Overbeek]. J'ai pris acte que le centre a mis ce monsieur à la tête du c.a., mais comme vous, je me pose des questions et je les transmets aux gens du ministère qui doivent s'entendre avec le CEROM » pour son financement. 

 

M. Overbeek n'a pas souhaité commenter la situation lundi. Dans un communiqué émis dimanche par les producteurs de grains, il réitérait qu'il « est parfaitement légitime que des représentants de notre secteur siègent » sur les c.a. des centres de recherche privée, puisqu'ils seront ultimement les utilisateurs des « découvertes scientifiques qui y sont réalisées ». « Cette réalité n'affecte en rien l'indépendance des chercheurs. »

LE COURRIER DE LA COLLINE

Nouvelle infolettre

Chaque jeudi, l'équipe du Devoir à Québec résume l'essentiel de la semaine parlementaire. Retrouvez aussi la note de Michel David, notre chroniqueur politique. Inscrivez-vous, c'est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

11 commentaires
  • Daniel Bérubé - Abonné 5 février 2019 04 h 49

    La production industrielle est bien différente...

    La production industrielle céréalière représente de moins en moins d'individus (baisse constante des fermes familliales), et le style de fermes américaines semble de plus en plus vouloir s'implanter au Canada, ce qui est normal, considérant le libre-échange, où le pays le plus puissant finira par imposer son mode de fonctionnement, que l'on ne considère ici comment Trump voulait la fin catégorique de la gestion de l'offre au début des négociations. Le modèle industrielle est complètement différent de la ferme familliale, car cette dernière représentait une petite entreprise familliale transmise de père en fils, ce qui suscite le désir de conservation, voir d'amélioration de son fonctionnement et de son rendement. Je suis né sur une ferme, et je me souviens qu'à l'époque, mon père avait un respect des sols lui permettant d'y vivre, et donnait régulièrement des années de repos entre les semences. Année 1: semences et récolte (semait en même temps le foin de l'année suivante); année 2: récolte du foin en entier; année 3: paccage : signifie d'y envoyer les vaches s'y nourir librement tout l'été. À l'automne, labour pour les semences de l'année suivante, ou retour à l'année "1". Donc deux ans sans labour, permettant à la vie dans le sol de reprendre sa normalité. Donc: vision à long terme.

    L'industrialisation, étant gérer dans une forme plus capitaliste, recherche les profits à court terme, donc: semence tout les ans, monoculture, en tentant de compenser l'épuisement des sols par des engrais de toute sortes; de plus les plantes "modifiés" (OGM) étant souvent plus fragiles, et demandant plus de protection vs insecticides, herbicides etc... La vision à court terme ne s'attarde pas à la conservation des sols et la vision à long terme. Le profit doit être immédiat, constant et des plus rentable maintenant, pas dans 10 ou 20 ans. Et si il y a problèmes un jour, la science trouvera bien une solution... N'oublions pas que tout ce qui est "boosté" fait moins long...

  • Jean-Pierre Lusignan - Abonné 5 février 2019 05 h 14

    La population doit savoir qui mène et au bénéfice de qui.

    Le premier-ministre doit maintenant établir une nouvelle « ligne rouge» et la meilleure façon de le faire est de demander au ministère concerné d'annuler le renvoi de ce fonctionnaire et au leader en chambre de présenter un projet de loi accordant plus de protection aux lanceurs d'alerte. Il doit également demander au ministre de s'excuser d'avoir illégalement fait allusion à des motifs de congédiement non mentionnés dans la lettre de congédiement. En agissant ainsi, le gouvernement «coupe l'herbe aux pieds» de ceux qui soutiendront que la demande ministérielle d'enquête adressée au Protecteur du citoyen est simplement une mesure dilatoire permettant à la fois de ménager la susceptibilité de hauts-fonctionnaires et du lobby agricole et d'éviter de répondre franchement aux questions qui lui seront adressées à l'Assemblée nationale. Alors seulement nous saurons que son ministre est sérieux lorsqu'il parle du CEROM.
    Encore une fois, je ne comprends pas pourquoi l'Ordre des agronomes du Québec n'appuie pas officiellement son membre.

  • Jean-Pierre Martel - Abonné 5 février 2019 06 h 41

    Le ministre Lamontagne doit étatiser le CEROM

    Ne nous trompons pas; ce que le ministre dit, ce n’est pas que la décision est mauvaise, mais que les mots pour l’annoncer avaient été mal choisis.

    Passer à autre chose, comme le souhaite le ministre, c’est accepter cette victoire de Mosanto : on s’est débarrassé d’un opposant aux néonicotinoïdes.

    Ce qu’il faut, c’est que le CEROM soit étatisé (au tiers du prix de ses actifs une fois amortis) et que l’agronome Louis Robert prenne la direction de cet organisme.

    C’est ce public qui finance majoritairement le CÉROM par ses impôts. C’est lui qui se situe en haut de la pyramide alimentaire et qui accumule certaines des substances chimiques pulvérisées dans nos champs.

    Il est donc normal que ce soit le peuple (et non l’industrie des pesticides) qui contrôle la recherche scientifique destinée à garantir l’innocuité de ces substances.

    Le problème fondamental au CÉROM n’en est pas un de gestion, mais d’orientation. Il est temps que ça change radicalement.

    Bref, ce qu’on attend du ministre, c’est qu’il agisse et non jouer sur les mots pour sauver la face.

    • Diane Germain - Abonné 5 février 2019 12 h 52

      Tout à fait d'accord avec votre point de vue. Le CÉROM doit changer d'orientation et cesser d'être sous le joug de l'industrie des pesticides.

  • Marcel (Fafouin) Blais - Abonné 5 février 2019 06 h 43

    … on est tous GAGNANTS !

    « J’admets aujourd’hui avoir fait une erreur en prenant sur mes épaules le poids de cette décision, qui est en réalité une décision administrative », (André Lamontagne, ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, CAQ) ; « Lundi, les partis d’opposition (…) ont aussi dénoncé en bloc la sortie du ministre Lamontagne » (Guillaume Bourgault-Côté, Le Devoir)

    Admettre ses erreurs et rebondir tête haute, sans souci ni rancune, constitue un bel exemple à imiter !

    Cependant, en politique, le Monde de l’Opposition, ne commettant jamais d’erreur (?!?), demeure intraitable lorsqu’il se positionne comme des d.ieux exempts d’erreurs !

    Grands mercis M Lamontagne qui, de votre exemple, reconnaît que, avec ou sans erreurs, …

    … on est tous GAGNANTS ! - 5 fév 2019 -

  • Yves Mercure - Abonné 5 février 2019 08 h 20

    UPAC...

    Il semble que la situation ébullition de largement les compétences en matière de protection du citoyen. Ce dossier fleurie à l'ombre ou avec des allures de lobbying. Des positions contraire à l'opinion assez dominantes de la communauté scientifique indiquent, souvent, de deux choses l'une : soit une dsincerite couverte révolutionnaire qui va changer la compréhension d'un phénomène, tel que le furent la révolution copernicienne ou la relativité; soit que des manœuvres seraient ourdies afin de contrer une vérité qui dérange des intérêts en place, comme ce fût le cas pour bien des scientifiques sacrifiés à la rectitude d'une domination quelconques nuque, comme cet autre qui n'a probablement pas dis "...et pourtant, elle tourne...", mais l'a certainement pensé!
    Une personne en autorité doit obtenir la collaboration des subalternes, cela va de soit. Pour ce faire, il faut inspirer confiance par des actions convergentes et "protectrice" du personnel. Un ministre n'échappe pas à cette réalité, de même que le personnel d'encadrement supérieur de toute organisation. Il peut arriver que dans ces hautes sphères de pouvoir se retrouve des individus dont l'intérêt passe par l'organisation mais soient essentiellement personnels ou corporatifs... mais d'une société autre que celle ou la personne semble œuvrer. Ca un fait un peu John LeCarre, mais ca existe. Dans ces imbroglio, il vaut mieux faire appel à la police qu'à une infirmière... l'UPAC devrait porter un regard de ce côté, sans préjudice pour qui que ce soit si l'odeur est naturelle.