Québec solidaire uni pour le climat, mais divisé sur la laïcité

Le débat sur la laïcité sera émotif, a convenu la chef parlementaire de Québec solidaire, Manon Massé.
Photo: Valérian Mazataud Le Devoir Le débat sur la laïcité sera émotif, a convenu la chef parlementaire de Québec solidaire, Manon Massé.

S’ils se sont entendus cette fin de semaine pour devenir des influenceurs dans la lutte contre les changements climatiques, les membres de Québec solidaire (QS) ont préféré cacher leur division au sujet de la laïcité et du port des signes religieux, excluant les médias de la discussion autour du débat prévu au printemps prochain.

« Je pense qu’il y a des gens qui souhaitent pouvoir discuter sans que leurs propos se ramassent à la une des bulletins de nouvelles », a fait valoir le co-porte-parole de QS Gabriel Nadeau-Dubois, qui a de son côté voté pour la présence des médias. « Même si on n’est pas tous d’accord avec ça, il faut respecter la décision qui a été prise démocratiquement », a-t-il ajouté.

Réunis à Montréal en Conseil national pour dresser leur bilan de campagne, les membres ont profité de l’occasion pour amorcer la réflexion sur l’épineux débat des signes religieux. Mais, avant même que la discussion soit amorcée lors d’une plénière dimanche, des militants ont demandé à ce qu’elle se déroule à huis clos, sans la présence des journalistes.

La discussion, qui a duré près d’une heure, n’a pas porté sur le fond du débat à venir, a indiqué M. Nadeau-Dubois, mais plutôt sur le processus.

« Il y a eu une présentation d’un document de réflexion. Des gens ont notamment exprimé le souhait qu’il y ait des ateliers de discussion et une tournée des associations locales […] On a surtout parlé de la manière de faire le débat », a mentionné le député de Gouin.

Actuellement, la position de QS s’appuie sur le compromis proposé dans le rapport Bouchard-Taylor, soit d’interdire les signes religieux aux fonctionnaires en position d’autorité, notamment les juges, les policiers et les gardiens de prison. Le parti envisage de revoir son positionnement sur la question en mars prochain.

Selon plusieurs membres, la position actuelle du parti ne reflète pas leurs valeurs. Déjà, deux camps s’affrontent. D’un côté les Solidaires pour un Québec inclusif. Le groupe est contre toute interdiction de port de signes religieux. Il estime d’ailleurs qu’il n’existe pas de crise de la laïcité au Québec. De l’autre, le Collectif Laïcité prône quant à lui une laïcité totale, sans obligation d’accommodements raisonnables.

Le débat sera émotif, a convenu la chef parlementaire Manon Massé, qui souligne que ce n’est toutefois pas la première fois que le parti de gauche se prononce sur un enjeu qui ne fait pas consensus chez les militants.

« Ça témoigne que c’est un sujet sensible et que les gens veulent se sentir à l’aise de pouvoir en parler, qu’il y a des positions qui peuvent se trouver aux extrêmes et qu’il y a plein de gens qui ne se sont pas encore fait une tête, mais, vous savez, on en a déjà eu, des discussions pas faciles, je pense à la question de la prostitution et du travail du sexe il y a quelques années », a indiqué Mme Massé.

Faire du troisième lien un « débat national »

Sur la question de l’environnement, les troupes solidaires ont été consensuelles, lançant une campagne de mobilisation sur la lutte contre les changements climatiques qui vise à forcer la main au gouvernement caquiste de François Legault.

D’ailleurs, QS entend faire du troisième lien Québec-Lévis un « débat national », le qualifiant de « symbole du mauvais développement autoroutier ».

« On veut que ça devienne un enjeu national, parce que ça remet en question les façons dont on fait du développement au Québec. On ne peut pas construire des routes et après blâmer les gens de les utiliser. Il ne faut juste pas les construire et plutôt donner une alternative aux gens avec, par exemple, des investissements massifs en transport en commun », a expliqué Ruba Ghazal, porte-parole en matière d’environnement, qui prendra part à la conférence des Nations unies sur le climat COP24.

La députée de Taschereau, Catherine Dorion, estime que la plupart des Québécois ne tiennent pas à avoir de nouvelles routes, mais plutôt des solutions pour se déplacer facilement.

« Les autoroutes permettent aux gens d’habiter plus loin, mais c’est nous qui vivons au centre-ville de Québec qui voyons débarquer les milliers d’automobiles. Nos enfants vivent là, se promènent là, et on trouve que des autos, on en a déjà assez, on n’en veut juste pas plus », a-t-elle mentionné. « On n’est pas “focus” à détester le troisième lien, [on remet en question] le principe d’étaler encore plus la ville et de remplir encore plus le centre-ville d’automobiles », a-t-elle ajouté.

Un « document de réflexion » soumis aux membres du parti

Un document distribué aux membres de Québec solidaire propose une série de questions pour alimenter la réflexion.

« Sur ce débat hautement controversé et divisif, quelle attitude devrait avoir Québec solidaire en tant que Parti de gauche, féministe, indépendantiste et interculturaliste ? »

« En ce qui a trait aux règles encadrant les vêtements couvrant le visage, comment concilier accès aux services publics et la nécessité d’identification inhérente à la prestation de certains services ? »

« Comme le programme le stipule clairement, Québec solidaire adhère au principe de laïcité. Comment ce principe doit-il être appliqué dans un contexte de pluralisme et de lutte aux discriminations ? »