Le PQ veut abolir le serment prêté à la reine

Le chef par intérim du Parti québécois, Pascal Bérubé
Photo: Francis Vachon Archives Le Devoir Le chef par intérim du Parti québécois, Pascal Bérubé

L’opposition péquiste veut abolir le serment d’allégeance prêté par les députés de l’Assemblée nationale à la reine Élisabeth II.

Actuellement, au moment de leur assermentation, les nouveaux élus n’ont pas le choix : pour siéger au parlement et bénéficier de tous les privilèges offerts aux élus, ils doivent publiquement afficher leur allégeance à sa majesté.

Le chef par intérim du Parti québécois (PQ), Pascal Bérubé, dépose une motion sans préavis en ce sens, en Chambre, ce mardi, en espérant rallier les autres groupes parlementaires à sa suggestion.

Déjà, on sait que Québec solidaire va appuyer la motion péquiste.

Ensemble, les deux partis souverainistes occupent 20 des 125 sièges de l’Assemblée nationale.

Si elle était adoptée, la motion ferait en sorte qu’à partir de la prochaine législature, l’Assemblée nationale n’exigerait plus des députés qu’ils prêtent un serment d’allégeance à la monarque britannique.

Un seul serment serait désormais exigé de la part des élus, soit celui prêté « envers le peuple du Québec, tel que prévu à l’Annexe I de la Loi sur l’Assemblée nationale », stipule la motion.