Le troisième lien Québec-Lévis «va se faire», concède le PQ

Le chef intérimaire du PQ, Pascal Bérubé, promet de «poser des questions», mais sans s’opposer formellement au projet.
Photo: Jacques Boissinot Archives La Presse canadienne Le chef intérimaire du PQ, Pascal Bérubé, promet de «poser des questions», mais sans s’opposer formellement au projet.

Le Parti québécois s’est résigné : il y aura un troisième lien à Québec. Partant de là, la formation promet de « poser des questions sur le plan environnemental », mais sans s’opposer formellement au controversé projet.

« Il va se faire, le troisième lien », a soutenu mercredi le chef intérimaire du parti, Pascal Bérubé. « C’est le projet de François Legault. Bonne chance. On vous laisse aller. Vous avez été élus là-dessus », a-t-il souligné en point de presse.

Est-ce à dire que le PQ appuie le projet ? À cela, Pascal Bérubé réitère que « c’est l’engagement de M. Legault ». Le PQ a souvent ménagé le chèvre et le chou sur ce dossier.

« La Ville de Québec est en accord, les gens le veulent, a-t-il dit. Faites-le, c’est votre projet. On est dans l’opposition, on va poser des questions. Mais ultimement, les citoyens, y compris ceux qui sont en pour, devraient questionner sur le coût, la faisabilité et aussi [les effets sur] l’environnement. »

« Nous, ce qu’on disait essentiellement, a ajouté M. Bérubé, c’est ce que ce n’est pas cohérent. D’abord, on voulait les études. On comprend qu’on ne les aura jamais, alors on en a fait un peu notre deuil. Le gouvernement est engagé là-dedans ; la Ville de Québec aussi. Ce n’était pas une priorité pour le PQ, puis ce n’était pas dans notre plateforme non plus », a mentionné M. Bérubé, à quelques heures du discours d’ouverture du gouvernement Legault.

Lignes enfouies ?

Selon ce que les médias de Québecor rapportaient mercredi, le premier ministre pourrait profiter du discours pour évoquer la possibilité de corriger dans le même élan une cicatrice qui traverse l’île d’Orléans. Les lignes à haute tension qui traversent l’île pourraient ainsi être enfouies, et les pylônes qui les soutiennent pourraient donc disparaître.

Cela ferait-il du projet du troisième lien un projet plus vert ? « En enfouissant les fils, on veut enfouir également la contestation », estime M. Bérubé.

Ce dernier note autrement des incohérences entre le discours caquiste sur l’environnement et les actions envisagées. « On peut bien dire qu’on est ouverts notamment au Pacte [pour la transition] et aux propos environnementalistes, mais dans les actions réelles prises au Conseil des ministres, l’environnement est toujours perdant », pense-t-il.

« On ne peut accueillir Dominic Champagne dans son bureau de premier ministre, puis prendre la décision de dire “ah oui ! le troisième lien, ça va se faire” ; puis les motoneiges dans le parc national du Mont-Tremblant ; puis Saint-Adolphe-d’Howard, [où] on n’écoute pas les citoyens ; puis à Bécancour, une usine polluante… »

LE COURRIER DE LA COLLINE

Chaque jeudi, l'équipe du Devoir à Québec résume l'essentiel de la semaine parlementaire. Retrouvez aussi la note de Michel David, notre chroniqueur politique. Inscrivez-vous, c'est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.