Lisée dit avoir «évité le pire» pendant la campagne électorale

Jean-François Lisée a participé au bilan de la campagne électorale organisé par l’état-major du PQ au Collège Maisonneuve samedi après-midi.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Jean-François Lisée a participé au bilan de la campagne électorale organisé par l’état-major du PQ au Collège Maisonneuve samedi après-midi.

Jean-François Lisée dit avoir permis au Parti québécois d’« éviter le pire » le jour du scrutin en prenant à partie son adversaire solidaire Manon Massé 10 jours plus tôt, lors de l’ultime débat télévisé de la campagne électorale.
 

« Le résultat que ç’a eu […] a été, à mon avis, positif. Mais, je sais que ma version n’est pas la seule. Il y en a plusieurs », a-t-il soutenu plus d’un mois et demi après la défaite historique du PQ.
 

L’ex-chef péquiste est convaincu d’être parvenu à freiner la croissance de Québec solidaire dans les intentions de vote en braquant les projecteurs du studio de TVA sur sa porte-parole, Manon Massé, le 20 septembre dernier. « Qui tire les ficelles à Québec solidaire ? », avait-il demandé à répétition à sa rivale de QS. « Le danger, c’était que si Québec solidaire continuait sa montée d’un point par jour, il allait nous dépasser une semaine avant le vote et nous allions vivre la dernière semaine de la campagne en étant déclassé, en étant quatrième. Donc, il était indispensable […] d’éviter le pire », a dit M. Lisée dans une mêlée de presse samedi.

« Le pire était que l’ensemble des Québécois se dise dans la dernière semaine : « Le PQ est quatrième, donc ce n’est plus la peine de voter PQ. » Il fallait éviter cela en disant : il y a de vraies questions à poser à Québec solidaire. Et, il y a eu une période de trois ou quatre jours où de vraies questions ont été posées. Et, QS n’a pas franchi le Parti québécois dans la dernière semaine. Donc, nous avons évité le pire », a-t-il poursuivi.


M. Lisée a participé au bilan de la campagne électorale organisé par l’état-major du PQ au Collège Maisonneuve samedi après-midi.
 

À la question : « Avez-vous commis des erreurs importantes durant la campagne ? », l’ex-chef du PQ s’est abstenu de nommer un mauvais coup de son cru. « Ça va être un beau débat. Moi, j’assume complètement les choix que j’ai faits. Je pense que, globalement, on a gagné la campagne, mais perdu l’élection. C’est un petit peu l’énigme de cette élection : comment on peut avoir un succès d’estime à la fois pour nos propositions et pour l’ensemble de notre action et ne pas récolter les gains de cette estime-là ? » a demandé le candidat défait dans Rosemont. « On peut toujours faire mieux », a-t-il convenu par la suite.

Peut-être que l’offre qu’on a faite en 2018 d’un Québec qui est libre, qui est plus vert, qui est plus laïque, qui est plus français, qui est plus équitable, ce n’était pas la réponse à la question qui était posée en 2018. Est-ce que ce pourrait être la réponse à la question qui sera posée en 2022?

Bénéficiant de l’appui de 17 % de l’électorat (-8 points comparativement à 2014), le PQ a fait élire à peine 10 candidats (-20 comparativement à 2014) sur 125 le 1er octobre dernier.
 

Les ex-députés Nicolas Marceau (Rousseau) et Alain Therrien (Sanguinet) se sont abstenus de jeter le blâme sur Jean-François Lisée, qui a dirigé le PQ pendant près de deux ans. « Je ne pense pas que M. Lisée est à blâmer particulièrement. Je pense que l’ensemble du parti a adhéré à ce que M. Lisée a proposé », a dit M. Marceau à la presse.

« Quant à moi, ce sont des phénomènes qui sont à l’oeuvre depuis très longtemps [qui ont éloigné le PQ du pouvoir]. Je pense qu’il est temps de rebrasser beaucoup, beaucoup la soupe », a-t-il ajouté.
 

La présidente de l’aile jeunesse du PQ, Frédérique St-Jean, s’explique mal le fossé séparant la jeunesse québécoise de sa formation politique. « On ne se le cachera pas qu’il y a eu une déconnexion certaine du Parti québécois avec la jeunesse durant les dernières élections », a-t-elle déclaré, avant d’ajouter : « Québec solidaire a fait super bien. Pourtant, on a plein, plein d’idées en commun : la souveraineté… »
 

Les quelque 350 délégués du PQ rassemblés au Collège Maisonneuve samedi après-midi ont discuté de leurs « façons de faire, message, discours, sans complaisance », a expliqué le chef intérimaire de l’aile parlementaire, Pascal Bérubé. Ils n’étaient pas réunis « pour s’apitoyer sur le résultat » du 1er octobre dernier, a-t-il précisé. « On va travailler avec sérieux, ouverture et on va ouvrir de part et d’autre les portes de cette grande maison de notre famille politique et on va ouvrir les fenêtres également aux courants nouveaux qui traversent notre société ! »
 

Les militants péquistes ont clos la journée d’échanges en rendant hommage à Jean-François Lisée. Celui-ci a promis de préciser, dans les prochains mois, ce qu’il a « vécu » au cours des 29 jours de campagne électorale ainsi que sa « contribu [tion] à la suite du débat sur le Parti québécois ». « Merci d’avoir accepté que je vous conduise pour un bout du chemin [vers l’indépendance], et de me tolérer pour le reste », a-t-il déclaré aux membres du PQ avant de descendre de la scène.