Le «boys’ club» de François Legault

Dans son propre cabinet, François Legault a donné les postes-clés, décisionnels, à trois hommes de confiance promus directeur de cabinet, directeur des communications et directeur des relations avec les médias.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Dans son propre cabinet, François Legault a donné les postes-clés, décisionnels, à trois hommes de confiance promus directeur de cabinet, directeur des communications et directeur des relations avec les médias.

Si on gratte un peu le vernis de son engagement envers la parité hommes-femmes, il appert que le premier ministre François Legault dirige un gouvernement aux allures de boys’ club, selon une recension effectuée par La Presse canadienne.

Même s’il a respecté sa promesse de composer un Conseil des ministres formé à parts égales de femmes et d’hommes, il reste que, depuis le 1er octobre, le premier ministre Legault a préféré, en règle générale, confier les postes décisionnels à des hommes plutôt qu’à des femmes, qu’il s’agisse de sa garde rapprochée, des chefs de cabinet, des officiers parlementaires, ou encore des postes-clés de la haute fonction publique.

Des cabinets d’hommes

La rhétorique paritaire caquiste s’est arrêtée aux portes des cabinets. Le gouvernement compte au total 28 cabinets : celui du premier ministre, les 26 cabinets de ministres et celui du whip en chef. Au total, on trouve deux fois plus d’hommes que de femmes aux commandes des cabinets, soit 19 hommes (68 %) pour 9 femmes (32 %).

Occupant des postes de nature politique, les directeurs de cabinet ont été choisis personnellement par M. Legault ou son entourage immédiat. Le chef de cabinet joue un rôle-clé de premier conseiller du ministre, et assure un lien étroit entre les hauts fonctionnaires et le cabinet du premier ministre.

Dans son propre cabinet, M. Legault a donné les postes-clés, décisionnels, à trois hommes de confiance promus directeur de cabinet, directeur des communications et directeur des relations avec les médias.

Dès son entrée en fonction, une des toutes premières décisions prises par le premier ministre consistait à trouver un secrétaire général du gouvernement, chargé de chapeauter toute la fonction publique et de faire le lien entre le politique et l’administratif. Encore là, il a choisi un homme, Yves Ouellet, pour occuper ce poste névralgique, accompagné d’un salaire annuel frôlant les 315 000 $.

Nominations d’hommes

Depuis qu’il est aux commandes, M. Legault a procédé à 21 nominations dans la haute fonction publique québécoise : du total, 7 sont allées à des femmes (33 %) et 14, soit le double, à des hommes (66 %).

Les postes les plus stratégiques et les mieux rémunérés de l’administration publique ont été réservés aux messieurs : sous-ministre aux Finances (Pierre Côté : salaire annuel de 243 653 $), secrétaire du Trésor (Éric Ducharme : salaire de 244 471 $) et sous-ministre à l’Économie (David Bahan : salaire de 209 623 $). Notons que ces trois grands mandarins de l’État relèvent directement des trois ministres formant le puissant « trio économique », exclusivement masculin, formé par M. Legault, qui se décrit lui-même comme un « premier ministre économique » : Éric Girard (Finances), Christian Dubé (Trésor) et Pierre Fitzgibbon (Économie).

Les quelques femmes ayant fait l’objet au cours des dernières semaines d’une nomination dans la catégorie des emplois supérieurs devront se contenter d’un revenu plus modeste variant entre 137 841 $ (Élizabeth Rody, sous-ministre adjointe aux Relations internationales) et 194 428 $ (Josée Bellefeuille, secrétaire générale associée à la législation au Conseil exécutif).

Parmi les dossiers importants relevant des hauts fonctionnaires du Conseil exécutif (le ministère du premier ministre), notons que les « priorités et projets stratégiques », de même que les « communications gouvernementales » seront entre des mains masculines, celles de Carl Lessard et Michel Léveillé, mais que les « emplois supérieurs » relèveront d’une femme, Line Bérubé.

Joute parlementaire

Pour un gouvernement, le contrôle de la joute parlementaire est fondamental pour mener à bien ses projets de loi et bien paraître durant la période de questions. Sous la gouverne de M. Legault, la gestion des travaux parlementaires n’aura rien de paritaire : Simon Jolin-Barrette occupera le poste prestigieux de leader parlementaire, Éric Lefebvre, celui de whip en chef, et Mario Laframboise, celui de président du caucus. De plus, tout indique aussi que le prochain président de l’Assemblée nationale, fonction prestigieuse à haute visibilité, sera le député de Lévis, François Paradis, seul candidat en lice.

Numéro deux ?

Le fait qu’il y ait désormais autant de femmes que d’hommes autour de la table du Conseil des ministres peut laisser croire que l’égalité est acquise. Mais quelle sera l’influence réelle de ces femmes sur la gouverne de l’État ?

Certains, par exemple, ont fait grand cas de la nomination de Geneviève Guilbault, jeune députée de Louis-Hébert, promue vice-première ministre, voyant là la consécration de son statut de « numéro deux » et de « femme forte » du gouvernement Legault. Or, contrairement à ce qu’on pourrait croire, il s’agit essentiellement d’un titre symbolique et honorifique, sans pouvoirs réels. Dans les faits, la vice-première ministre pourra être appelée à remplacer le premier ministre à l’occasion en Chambre ou lors d’événements et à livrer son message à lui.

Dans notre système politique, le numéro deux du gouvernement est celui qui contrôle le portefeuille : le ministre des Finances.

L’autre personne de confiance du premier ministre est sans aucun doute Simon Jolin-Barrette. En plus de gérer toute l’activité parlementaire du gouvernement, il devra piloter deux dossiers parmi les plus délicats : la baisse des seuils d’immigration, en imposant en parallèle des tests de français et de valeurs aux nouveaux arrivants, sans compter la délicate question de l’interdiction faite à certains employés de l’État de porter des signes religieux.