Le ministre Jonatan Julien garde son chef de cabinet

Le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, Jonatan Julien, refuse de démettre son chef de cabinet, comme l’a exigé l’opposition officielle.

Pierre-Yves Boivin était jusqu’à la semaine dernière inscrit au registre des lobbyistes pour la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ), qui a fait pression pour l’exploitation pétrolière à l’île d’Anticosti, ainsi que pour un oléoduc controversé qui achemine du pétrole issu des sables bitumineux.

Maintenant que M. Boivin est devenu le plus important conseiller de Jonatan Julien, cela soulève des questions sur son impartialité et contribue au cynisme de la population, selon le Parti libéral du Québec, qui a demandé sa démission.

En mêlée de presse mercredi matin avant de se rendre à la séance du conseil des ministres, M. Julien a dit être très satisfait du travail de M. Boivin.

Il a évoqué les dossiers sur lesquels l’ex-lobbyiste a travaillé auparavant à la FCCQ, soit le transfert énergétique et l’éolien.

Le ministre a dit que les connaissances et les compétences de son chef de cabinet servent bien son ministère.

La semaine dernière, tous les partis d’opposition avaient dénoncé en choeur la nomination de M. Boivin. Ils l’avaient plutôt attaqué sur le plan de sa crédibilité en matière d’environnement et de changements climatiques, eu égard aux dossiers qu’il défendait autrefois.

LE COURRIER DE LA COLLINE

Nouvelle infolettre

Chaque jeudi, l'équipe du Devoir à Québec résume l'essentiel de la semaine parlementaire. Retrouvez aussi la note de Michel David, notre chroniqueur politique. Inscrivez-vous, c'est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.