Le climat au coeur des priorités, promet Legault

Pendant la campagne électorale, la Coalition avenir Québec s'est dit ouverte à l’idée d’évaluer de nouveaux projets d’exploration pétrolière sur l’île d'Anticosti.
Photo: Pierre Lahoud Pendant la campagne électorale, la Coalition avenir Québec s'est dit ouverte à l’idée d’évaluer de nouveaux projets d’exploration pétrolière sur l’île d'Anticosti.

La lutte contre les changements climatiques se hissera dans les priorités du gouvernement, a promis, jeudi, le nouveau premier ministre, François Legault, qui avait pourtant refusé net d’enfiler le costume de « géant vert » durant la campagne électorale.

Le chef de gouvernement a invité la nouvelle ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, MarieChantal Chassé, à « obten [ir] des résultats » sur le front climatique en adoptant une approche « pragmatique ».

« On a bien reçu le message de la population pendant la campagne. On doit en faire en faire plus pour lutter contre le réchauffement climatique », a-t-il fait valoir après la prestation de serment des 26 membres de son Conseil des ministres.

L’environnement s’ajoute ainsi aux trois « grandes priorités » — éducation, santé et économique — de la Coalition avenir Québec, a-t-il annoncé.

M. Legault a cependant précisé que la ministre de l’Environnement fait partie de l'« équipe économique de rêve » du gouvernement caquiste à l’instar des ministres des Finances et de l’Économie et de l’innovation.

« Je vous demande, à tout le monde, de mettre vos compétences au service de l’économie du Québec pour enrichir tous les Québécois dans toutes les régions du Québec », a-t-il déclaré devant les quelques centaines de personnes rassemblées dans le Salon rouge — dont des personnalités associées au mouvement écologiste, notamment Steven Guilbault.

Engagement clair

La nouvelle ministre de l’Environnement, MarieChantal Chassé, a dit souscrire pleinement aux cibles de réduction de GES adoptées par l’ancien gouvernement.

« L’engagement il est clair et il est ferme qu’on va atteindre les cibles dès 2020 de réduction de 20 % des gaz à effet de serre et dès 2030 de 37,5 % », a-t-elle dit lors d’un impromptu de presse dans le Salon rouge.

La recrue de la CAQ, qui a réussi le tour de force de déloger le ministre Pierre Moreau de la circonscription de Châteauguay, a dit être prête à diriger le ministère de l’Environnement.

« Je suis ingénieure en matériaux, spécialisée en innovation technologique, j’ai une certification d’administratrice de société et j’ai le goût de vous rajouter, je suis mère d’une famille reconstituée de cinq enfants, j’ai cinq petites attachées politiques qui défendent l’environnement au quotidien depuis des années, l’amélioration de l’environnement c’est une conviction profonde et pour moi c’est une conviction de coeur, l’avenir de nos enfants, alors je suis profondément engagée à atteindre nos cibles », a-t-elle affirmé.

Approbation

Par ailleurs, Mme Chassé a posé l’acceptabilité sociale comme l’une des conditions sine qua non à l’approbation d’un projet d’exploitation des ressources naturelles.

« L’exploitation des ressources doit toujours se faire avec acceptabilité sociale et en appliquant les bonnes pratiques en environnement », a-t-elle dit.

Y compris sur l’île d’Anticosti ? Le nouveau ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, Jonatan Julien, a refusé de répondre à cette question. « Merci, merci, ça suffit. Non, arrêtez. Ça suffit maintenant », a-t-il lancé en s’éloignant des journalistes tout en agitant les mains.

Avec Dave Noël