Legault entend demeurer fidèle à son programme

Le premier ministre désigné du Québec, François Legault
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Le premier ministre désigné du Québec, François Legault

François Legault entend demeurer fidèle à son programme lorsqu’il prendra les rênes de l’État québécois et place déjà l’économie, l’éducation et la santé au sommet de ses priorités d’action.

Au lendemain de son éclatante victoire, le premier ministre désigné s’est d’abord félicité, mardi, d’avoir brisé la polarisation entre fédéralistes et souverainistes qui dominait le débat politique depuis un demi-siècle et a répété son objectif d’agir en rassembleur à la suite de cette élection.

Puis, il a placé l’économie au sommet de ses priorités, disant d’abord vouloir commencer le plus rapidement possible à travailler pour « remettre de l’argent dans le portefeuille des Québécois ».

Il a aussi fait part de son intention de rencontrer la haute fonction publique afin de s’assurer que les fonctionnaires « adhèrent aux changements » qu’il propose, lui qui a déjà annoncé son intention de réduire de 5000 le nombre d’employés de l’État.

Il prévoyait également s’entretenir dès mardi avec la ministre canadienne des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, afin d’obtenir les détails sur l’accord de libre-échange conclu avec les États-Unis et, surtout, son impact sur les producteurs agricoles.

Du côté de l’éducation, il a fait part de son intention de jeter les bases de ce qu’il a appelé « un parcours pour les enfants » afin de pouvoir dépister au plus jeune âge possible les difficultés d’apprentissage et offrir les services correspondants. Il a aussi réitéré son intention d’investir dans la rénovation d’écoles existantes.

En santé, François Legault promet d’entamer rapidement des discussions avec la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ) afin d’améliorer l’accès de la population aux médecins de famille. Il prévoit également déposer un plan de rénovation des CHSLD et de démarrage pour son projet de Maison des aînés.

Immigration et réforme du mode de scrutin

Interrogé sur les questions d’immigration, il a réitéré son intention de réduire dès 2019 le nombre d’immigrants à 40 000 et a semblé peu se soucier de l’image véhiculée à l’extérieur du Canada face aux politiques d’immigration de la CAQ, disant que l’image du Québec dépendra des gestes qui seront posés et que ceux-ci viseraient à être inclusifs.

Il promet par ailleurs de présenter dès la première année de son gouvernement un projet pour réformer le mode de scrutin, comme entendu avec le Parti québécois, Québec solidaire et le Parti vert avant la tenue de l’élection.

Quant à la législation que la CAQ devra déposer si elle veut augmenter l’âge de consommation du cannabis à 21 ans, alors que la légalisation entrera en vigueur dans 15 jours, M. Legault a reconnu qu’il aurait du mal à arriver à tout faire à temps, d’autant plus qu’il doit se rendre en Arménie la semaine prochaine pour le sommet de la Francophonie.

Quoi qu’il en soit, le premier ministre désigné s’est dit persuadé de pouvoir « livrer la marchandise » de son programme grâce à l’équipe qui a été élue à ses côtés.