Le Parlement atteindra la zone de parité

Au moment où ces lignes étaient écrites, 52 femmes, sur un total de 125 députés à élire, avaient pris l’avance ou étaient élues dans leurs circonscriptions.
Photo: Grzegorz Malec Getty Images Au moment où ces lignes étaient écrites, 52 femmes, sur un total de 125 députés à élire, avaient pris l’avance ou étaient élues dans leurs circonscriptions.

Un nombre record de femmes prendra le chemin de l’Assemblée nationale. Au moment où ces lignes étaient écrites, 52 femmes, sur un total de 125 députés à élire, avaient pris l’avance ou étaient élues dans leurs circonscriptions. Avec 41,6 % des parlementaires, la représentation des femmes atteindra la zone de parité.

À la CAQ, qui a fait élire 28 femmes sur 74 députés, plusieurs figures féminines ont fait une percée. Sonia Lebel, l’ex-procureure en chef de la commission Charbonneau et figure de proue de la CAQ, a été élue dans Champlain. Tout comme Danielle McCann dans Sanguinet, Isabelle Charest dans Brome-Missisquoi, Caroline Proulx dans Berthier, Claire Samson dans Iberville, Geneviève Guilbault dans Louis-Hébert et l’ancienne mairesse de Pointe-aux-Trembles, Chantal Rouleau, dans la circonscription du même nom. Le retour de Marguerite Blais en politique, ancienne députée libérale passée à la CAQ, aura été couronné de succès dans Prévost.

Le Parti libéral a fait élire 16 femmes et 16 hommes. On reverra dans l’opposition plusieurs ministres sortantes, dont Hélène David, Dominique Anglade, Isabelle Melançon et Christine St-Pierre. La députée vedette du Parti libéral Gertrude Bourdon, qu’on disait déjà ministre de la Santé, n’aura pas réussi à se faire élire dans Jean-Lesage.

52
C'est le nombre de candidates qui étaient élues ou en avance dans leur circonscription au moment où ces lignes étaient écrites.

Le PQ a pour sa part fait élire 3 femmes et 6 hommes. Alors que les sondages la disaient menacée, la vice-chef, Véronique Hivon, a réussi à se faire réélire dans Joliette. Catherine Fournier a fait une percée dans Marie-Victorin. Le parti a toutefois perdu sa députée de longue date Carole Poirier, dans Hochelaga-Maisonneuve, au profit de QS.

À Québec solidaire, on atteint la parité parfaite avec 5 femmes et 5 hommes élus. Manon Massé s’est fait réélire dans Sainte-Marie–Saint-Jacques. Catherine Dorion a été élue dans Taschereau, Christine Labrie dans Sherbrooke et Ruba Ghazal a pris la relève d’Amir Khadir dans Mercier.

Espoirs

C’était l’élection de tous les espoirs pour les femmes. Pour la première fois au Québec, le nombre de candidatures féminines dans les quatre principaux partis était presque égal à celui des hommes.

La dernière « vigie parité », présentée par Le Devoir, faisait état de 47,2 % de femmes se présentant pour tenter de se faire élire à l’Assemblée nationale.

Les quatre grands partis québécois, qui s’étaient tous engagés à présenter au moins 40 % de femmes, ont réussi leur pari.

QS et la CAQ ont tous deux présenté 65 femmes, soit 52 % des candidats. Le Parti libéral a présenté pour sa part 55 femmes (44 %), alors que le Parti québécois proposait 51 candidates (40,8 %).

En comptant tous les indépendants et autres partis marginaux, c’est un total de 375 femmes sur 940 candidats qui ont tenté de se faire élire, ce qui représente 40 % des candidatures.

375
C'est le nombre de candidates qui se présentaient aux élections, tous partis confondus, sur un total de 940 candidats.

En septembre, Pauline Marois, première femme à avoir été élue première ministre du Québec, parlait d’une « avancée exceptionnelle » pour les femmes. « Je me réjouis de ce que je vois maintenant et j’espère pouvoir me réjouir le 1er octobre au soir de l’élection de femmes à l’Assemblée nationale du Québec », affirmait-elle.

Reste à voir si ce nombre record d’élues se traduira par un nombre accru de femmes ministres. La CAQ, qui a été portée au pouvoir, s’était engagée à composer un Conseil des ministres paritaire.

En 2014, on comptait à peine 30 % de candidatures féminines, soit 241 femmes sur un total de 814 candidats. C’était 34 femmes (27 %) qui avaient finalement pris le chemin de l’Assemblée nationale, dont 18 avec le Parti libéral, porté au pouvoir. Le PQ avait fait élire 8 femmes sur 30 députés et la CAQ, 6 sur 22. QS avait fait élire deux femmes sur trois députés. Jean Charest avait été le premier à nommer, en 2007, un Conseil des ministres paritaire.

Le nombre de femmes élues avait atteint un record après les élections de 2012. Elles comptaient alors pour 33 % des parlementaires.