François Legault admet sa méconnaissance du système d'immigration

François Legault retient comme leçon de la campagne électorale qu’il peut en «apprendre plus».
Photo: Marco Bélair-Cirino Le Devoir François Legault retient comme leçon de la campagne électorale qu’il peut en «apprendre plus».

François Legault a justifié sa méconnaissance des rouages du système d’immigration par le fait qu’il n’ait jamais travaillé dans la capitale fédérale, Ottawa.

Le chef de la Coalition avenir Québec a admis ne pas connaître sur le bout des doigts les responsabilités dévolues au gouvernement fédéral — l’octroi de la résidence permanente par exemple. « Je ne les connais pas autant que les responsabilités du gouvernement du Québec. J’ai travaillé 17, 18 ans à l’Assemblée nationale. Je n’ai jamais travaillé à Ottawa », a-t-il souligné dans une mêlée de presse dimanche.

L’aspirant premier ministre a toutefois assuré à la presse que le processus de délivrance des certificats de sélection du Québec (CSQ) n’a plus de secrets pour lui.

Le chef du Parti libéral du Québec, Philippe Couillard, s’est empressé de relever ce « petit cadeau » que son adversaire caquiste lui a offert. « Il a avoué quelque chose d’assez incroyable : que dans le fond, il ne comprenait pas l’immigration comment ça marche. […] Il a dit : excusez, ça fait 20 ans que je suis là-dedans, je n’ai jamais travaillé avec le fédéral, je n’ai pas tout à fait compris le système », a lancé le premier ministre à moins de 24 heures de l’ouverture des bureaux de vote. « Ben, il est temps de s’en apercevoir, rendu au 39e jour de la campagne. Parce qu’on a besoin de gens, on a besoin de monde, on a besoin de bras au Québec parce qu’on a une pénurie de main-d’oeuvre partout », a-t-il poursuivi.

Le chef caquiste retient comme leçon de la campagne électorale qu’il peut en « apprendre plus ». « Je suis prêt à en apprendre plus », a-t-il conclu.

LE COURRIER DE LA COLLINE

Nouvelle infolettre

Chaque jeudi, l'équipe du Devoir à Québec résume l'essentiel de la semaine parlementaire. Retrouvez aussi la note de Michel David, notre chroniqueur politique. Inscrivez-vous, c'est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.