Offensive de la CAQ en terre péquiste au dernier jour de la campagne

L’autobus de la Coalition avenir Québec a effectué son premier arrêt de la journée au RécréoParc, à Sainte-Catherine.
Photo: Marco Bélair-Cirino Le Devoir L’autobus de la Coalition avenir Québec a effectué son premier arrêt de la journée au RécréoParc, à Sainte-Catherine.

Le chef caquiste, François Legault, a lancé dimanche une ultime offensive contre des positions du Parti québécois en Montérégie. Il a fait face à de la résistance.

L’autobus de la Coalition avenir Québec a effectué son premier arrêt de la journée au RécréoParc, à Sainte-Catherine. Le parc sis sur les berges du fleuve Saint-Laurent est l’hôte dimanche du défi sportif Courir pour Leucan, qui vise à soutenir les familles d’enfants atteints de cancer.

M. Legault y est allé saluer les participants : poignées de main et égoportraits avec des grands, atelier de pâte à modeler avec des petits. Le chef caquiste était accompagné de Danielle McCann, Christian Dubé, Marie Chantal Chasssé, qui briguent les suffrages respectivement dans Sanguinet, La Prairie et Chateaugauy.

Puis, le député de Sanguinet, Alain Therrien, a surgi dans le pavillon d’accueil du RécréoParc, refusant de laisser le chef de la CAQ s’en tirer à si bon compte.

« Sens-tu le vent de changement ? » lui a demandé François Legault. « Oui, parce que le Parti québécois va prendre le pouvoir. C’est pour ça que ça sent le vent de changement », a répondu du tac au tac M. Therrien. « [Sens-tu le vent de] changement dans Sanguinet ? », a précisé le chef caquiste. « Bien non ! Les gens veulent la stabilité ici. Ils sont heureux de leur député. Ils sont très contents. Ils sont très fiers », a rétorqué le député sortant et candidat à sa propre succession. L’échange entre le comptable, François Legault, et l’économiste, Alain Therrien, a par la suite eu pour thème la fiscalité.

— F.L. « L’économie ? »

— A.T. « Ça va très bien. »

— F.L. « T’es contre ça toi les baisses d’impôts et de taxes ? »

— A.T. « Moi, je suis pour augmenter les services. Moi, 1,4 milliard de baisses de dépenses… et de dire de ne pas faire en sorte que les services diminuent. Harry Potter n’est pas dans notre parti. Il est dans le vôtre. »

— F.L. « Toi, tu penses que c’est impossible de mettre de l’argent dans le portefeuille ? »

— A.T. « Bien, voyons donc, voyons donc, c’est une chimère ça ! »

L’épouse de M. Legault, Isabelle Brais, a mis fin aux hostilités en lançant : « On y va ! »

M. Legault est remonté à bord de son autobus de campagne. Direction : Beauharnois, où le Parti québécois est en eaux troubles après le retrait du député sortant, Guy Leclair, en pleine campagne électorale. Il se dirigera par la suite dans Saint-Jean, Marie-Victorin et Taillon : trois autres circonscriptions péquistes.