Walter Murphy à la rescousse de Lisée

Quelques minutes après leur rencontre, Jean-François Lisée invitait son «nouveau meilleur ami» Walter Murphy à prendre place au lutrin du point de presse pour expliquer aux médias sa conversion.
Photo: Guillaume Bourgault-Côté Le Devoir Quelques minutes après leur rencontre, Jean-François Lisée invitait son «nouveau meilleur ami» Walter Murphy à prendre place au lutrin du point de presse pour expliquer aux médias sa conversion.

Mis à mal dans tous les sondages de fin de campagne, Jean-François Lisée a trouvé samedi matin un allié inespéré pour prouver que « les signaux sont bons sur le terrain » : Walter Murphy, directeur d’un garage spécialisé dans les pneus.

M. Murphy s’était déplacé samedi pour venir à la rencontre de la caravane péquiste dans Lanaudière. Il avait un message pour le chef Lisée : celui qu’un libéral de coeur allait voter péquiste, même s’il est contre l’indépendance.

Quelques minutes après leur rencontre, M. Lisée invitait son « nouveau meilleur ami » à prendre place au lutrin du point de presse pour expliquer aux médias sa conversion.

L’irruption de M. Murphy a permis à Jean-François Lisée d’éviter de répondre à la question d’un journaliste qui désirait savoir comment M. Lisée interprétait un passage d’un de ses livres. On le cite dans le texte :

« J’ai toujours eu le plus grand respect pour les candidats aux élections, surtout pour les candidats perdants. Pas pour ceux qui savent au début qu’ils vont perdre, mais pour ceux qui se rendent compte en cours de campagne qu’ils vont vers la défaite. Il leur faut être à la fois stoïque et acteur. C’est encore plus vrai pour les chefs, scrutés constamment par la nuée des caméras. »

« C’est bien écrit quand même », a répondu M. Lisée, avant de dire qu’il est « confiant » à l’approche du vote de lundi. « On vient de rencontrer un électeur libéral qui nous dit que pour la première fois de sa vie… C’est monsieur là ici… Venez donc raconter ça ! »

Voilà donc Walter Murphy au lutrin, lunettes noires sur le nez, vêtu aux couleurs de l’entreprise où il travaille, et visiblement en verve. « J’étais avec le Parti libéral dans Rousseau avec Robert Thérien [député libéral de 1985 à 1997], j’ai fait l’homme de confiance à Joliette pour [l’unioniste] Roch Lasalle, s’est-il présenté. Aujourd’hui mon coeur est encore libéral mais je ne voterai pas libéral. »

Pourquoi donc ? « Avec toutes les choses qui se passent, je pense que c’est ben beau rire du monde, mais je pense que c’est assez. Je ne voterai pas pour M. Legault. Il était dans mon comté de Rousseau et dans mon livre à moi il n’a pas fait grand chose. »

Mais c’est le programme péquiste qui l’a convaincu. « Le programme du chef ? Excellent, a-t-il tranché. Tu regardes tous les autres, en général, je pense que tout le monde vous le savez, la campagne, il y a toutes sortes de, je dirais, des cadeaux — n’importe quoi. Un moment donné, on n’est pas des caves, on n’a pas de poignées dans le dos, un moment donné on arrête ça un peu. Où ils vont prendre l’argent ? »

« M. Legault disait on va enlever les taxes scolaires ! Ben oui, où il va prendre son argent le pauvre gars ?… C’est tout. »

Surprise

Après cette envolée colorée, M. Lisée a repris le micro pour soutenir que l’élection demeure à son sens une « boîte à surprise »… et qu’il sera la surprise lundi. « Il y a 15-20 % des gens qui se décident dans les deux derniers jours. Il y a une machine au PQ qui est de loin plus forte que les autres pour faire sortir le vote, le PQ a été toujours sous-estimé et a toujours surpris, alors faites partie de la surprise. »

Dans les faits, le PQ ne cause pas toujours la surprise : en 2014, la firme de sondage Léger prédisait 29 % d’appuis au PQ, qui en obtint 25 %. En 2012, c’était 33 % dans le dernier sondage, mais 32 % dans les urnes.

Le sondage Léger publié samedi par Le Journal de Montréal accorde cette fois 19 % au PQ, deux points devant Québec solidaire.

Peu avant l’arrivée de Walter Murphy dans la discussion, M. Lisée avait lancé un appel aux électeurs tentés par la Coalition avenir Québec (le point de presse portait officiellement sur la proposition des prématernelles 4 ans de la CAQ par rapport à celle sur les CPE du Parti québécois)… mais aussi à ceux de Québec solidaire.

« Les électeurs font votre constat », a-t-il dit en réponse à une question soulignant que l’addition des voix de QS et du PQ donnerait la victoire à cette alliance. « Si tous ces gens-là votaient pour le même parti progressiste, de changement, pour l’environnement et pour la réforme du mode de scrutin, la victoire serait certaine. »

« Ce n’est pas un rassemblement de parti qu’il faut faire, c’est un rassemblement d’électeurs. Et on se tourne vers l’avenir, et on a bon espoir que ce rassemblement va se faire et qu’on va causer la surprise lundi. »

M. Lisée a soutenu que le PQ compte « des gens qui ont des valeurs proches de la CAQ [dont le chef, François Legault, est un ex-péquiste], et d’autres de QS [avec qui le PQ avait tenté une opération de convergence l’an dernier]. Il n’y a personne d’autre qui est dans cette position. C’est parce que le PQ a été construit comme ça. »

Visualisation

Lors d’un gros rassemblement militant à Montréal vendredi soir (quelque 750 personnes, et plusieurs artistes sur la scène du National), Jean-François Lisée a demandé au public de tenter de faire de la « visualisation » pour imaginer un gouvernement péquiste et ses bienfaits.

Samedi, M. Lisée s’est fait demander de faire le même exercice autour d’un gouvernement caquiste. « Moi c’est la crainte qui m’habite, a-t-il dit après un moment de réflexion. Je ne veux pas ça pour les Québécois. »