QS lance un cri du coeur aux jeunes électeurs

Pierre Léveillé, un jeune électeur, jase avec Manon Massé samedi lors d'une activité de mobilisation dans Laurier-Dorion à Montréal.
Photo: Améli Pineda Le Devoir Pierre Léveillé, un jeune électeur, jase avec Manon Massé samedi lors d'une activité de mobilisation dans Laurier-Dorion à Montréal.

À deux jours du vote, plusieurs jeunes promettent de répondre au « cri du coeur » de Québec solidaire (QS) en offrant leur vote au parti de gauche, même s’ils anticipent déjà être déçus par les résultats du scrutin.

« Je sais que je ne devrais pas vous dire ça, mais je pense qu’on va être déçus lundi », lance Pierre Léveillé, un jeune électeur croisé par Manon Massé samedi lors d’une activité de mobilisation dans Laurier-Dorion à Montréal.

Même s’il craint le résultat du scrutin, l’homme de 26 ans promet tout de même son appui à QS.

« Moi je suis originaire de Québec et la Coalition avenir Québec [CAQ] domine là-bas », souligne-t-il. « Je pense que les gens ne se sentent pas toujours interpellés par les idées de QS qui est [un parti] plus urbain et de gauche […] », analyse-t-il.

Un peu plus tôt samedi, QS a lancé un appel aux jeunes électeurs de qui, selon eux, dépendront les percées qu’elle pourra faire.

« Il faut qu’on prenne les urnes d’assaut, que ma génération se mobilise comme elle sait le faire, comme elle l’a fait avec le mouvement #MeToo, comme elle l’a fait en 2012 [avec la grève étudiante] puis quand est venu le temps de lutter contre l’oléoduc Énergie Est. Il faut refaire ça, mais dans les bureaux de vote ce lundi », a insisté Gabriel Nadeau-Dubois, co porte-parole de QS.

Pourtant, l’engouement pour QS est clair sur les réseaux sociaux selon Mireille Beaudoin, une électrice de 26 ans.

« Autour de moi, j’ai l’impression que QS domine partout, mais je sais que ce n’est pas ça la réalité. J’ai l’impression [qu’avec les réseaux sociaux] on est vraiment dans une bulle, mais que lundi on risque de ne pas être satisfait du résultat », dit-elle.

Reste que chaque vote compte souligne Michelle Houle, une étudiante en médecine de 23 ans, qui donnera son appui à QS.

« Je ne pense pas perdre mon vote dans ma circonscription, mais je suis consciente que ce n’est pas demain qu’on aura un gouvernement solidaire […] mais je me dis que chaque vote compte », mentionne-t-elle.

Selon le dernier sondage Léger réalisé pour le compte du Journal de Montréal, QS est en avance dans les intentions de vote des jeunes de 18-35 ans, qui représentent cette année le tiers de l’électorat.

Reste que si QS est « populaire » auprès d’eux, il s’agit de la tranche d’âge qui tend le moins souvent à se rendre à l’urne.

QS est en avance dans quelques circonscriptions notamment dans Taschereau, à Québec, où la victoire dépend selon eux du vote des jeunes.

« On va se le dire, on a une mauvaise habitude, on ne vote pas beaucoup », a souligné M. Nadeau-Dubois.

Le député sortant de la circonscription de Gouin a lancé « un cri du coeur ultime avant lundi ».

« Je ne serais pas devant vous [aujourd’hui, samedi], si on n’était pas conscients que la clé du succès [de Québec solidaire] c’est la mobilisation des jeunes », a-t-il dit.

M. Nadeau-Dubois estime que seul QS s’adresse aux préoccupations des jeunes en ayant mis au coeur de ses engagements l’environnement et la lutte aux changements climatiques.

Samedi, M, Nadeau-Dubois est allé appuyer les candidats solidaires Raphaël Rebelo, dans la circonscription de Maurice-Richard, et Vincent Marissal, dans la circonscription de Rosemont.

Manon Massé quant à elle a donné un coup de main à Andrés Fontecilla, candidat solidaire dans Laurier-Dorion. La candidate solidaire au poste de première ministre terminera sa journée à l’émission radiophonique La soirée est encore jeune.