L’environnement avant la dette, tranche le PQ

Acton Vale — S’il est élu, le PQ propose d’utiliser tous les surplus financiers non prévus pour réduire la « dette environnementale » du Québec en se servant de cet argent pour nettoyer les rivières et les lacs et décontaminer les sols. Quels sont ces surplus « non prévus » ? Il s’agit de ceux qui seraient engrangés dans le cas d’une croissance économique plus forte qu’anticipé, par exemple, a précisé vendredi le chef Jean-François Lisée. Quant aux surplus pouvant être anticipés, ils seront utilisés pour les services à la population. « Je n’ai pas entendu M. Lisée tenir ces propos-là [sur la dette environnementale] durant le débat des chefs et, pourtant, je l’aurais espéré, comme je l’aurais espéré de tout le monde », a commenté Manon Massé, co-porte-parole de Québec solidaire.

LE COURRIER DE LA COLLINE

Nouvelle infolettre

Chaque jeudi, l'équipe du Devoir à Québec résume l'essentiel de la semaine parlementaire. Retrouvez aussi la note de Michel David, notre chroniqueur politique. Inscrivez-vous, c'est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.