Malgré les critiques, Manon Massé se réclame de l’héritage de René Lévesque

<p>Selon Manon Massé, tous les Québécois sont « de dignes héritiers de ce grand homme ».</p>
Photo: Guillaume Levasseur Archives Le Devoir

Selon Manon Massé, tous les Québécois sont « de dignes héritiers de ce grand homme ».

Malgré les critiques acerbes formulées par d’anciens compagnons d’armes de René Lévesque, Manon Massé continue à se voir comme l’héritière politique de l’ex-premier ministre qui a fondé le Parti québécois (PQ).

Elle a rejeté les blâmes reçus du revers de la main, vendredi, faisant valoir que « René Lévesque appartient au peuple québécois », donc à tout le monde et non pas uniquement à ceux qui l’ont côtoyé de près.

« Je ne veux pas faire parler les morts », a commenté Mme Massé en conférence de presse sur les Plaines d’Abraham à Québec, en affirmant que René Lévesque avait eu une influence majeure sur tout le peuple québécois en général et sur elle en particulier.

L’ancien premier ministre péquiste l’a « inspirée profondément » dans son action politique, a-t-elle ajouté.

Grâce à lui, elle dit avoir appris à se « tenir debout », et « être fière de qui je suis, d’être fière de ma langue ».

À la nation québécoise, il a légué « la fierté de qui on est, il nous a donné la fierté de notre langue, l’espoir qu’on est plus qu’un petit peuple », a-t-elle dit.

Bref, tous les Québécois, selon elle, sont « de dignes héritiers de ce grand homme ».

Mercredi, dans une allocution, elle avait comparé la situation actuelle de son parti avec celle vécue par René Lévesque, quand il a fondé le Parti québécois et qu’il faisait l’objet d’attaques de toutes sortes.

« Détournement éhonté »

Le lendemain, dans une lettre au ton acerbe, cinq ministres et deux directeurs de cabinet du gouvernement Lévesque blâmaient sévèrement Manon Massé et Québec solidaire, insultés de voir la leader politique tenter d’associer son parti à l’héritage de René Lévesque, un anathème à leurs yeux.

Il s’agit là d’« un détournement éhonté de la mémoire de notre ancien chef », ont estimé les ex-ministres François Gendron, Lucien Lessard, Denis Vaugeois, Guy Chevrette et Jacques Léonard, de même que deux directeurs de son cabinet, reconnus pour avoir été de très proches collaborateurs, Jean-Roch Boivin et Louis Bernard.

Selon eux, contrairement à ce qu’affirme Mme Massé, tout oppose le PQ de ses débuts et QS.

« La philosophie, l’approche, la pratique de la politique selon René Lévesque étaient aux antipodes de celles de Mme Massé et de Québec solidaire », écrivaient-ils.

À leurs yeux, Québec solidaire fait le jeu de « la droite fédéraliste », en divisant le vote nationaliste, tout en nuisant au parti fondé par René Lévesque.

« Tentative d’appropriation »

De son côté, le chef actuel du Parti québécois, Jean-François Lisée, a fait écho aux anciens proches collaborateurs de M. Lévesque, en affirmant vendredi que le discours tenu par Mme Massé en était un de « tentative d’appropriation politique ».

Il a jugé que leur lettre était « assez bien envoyée ».

Toute comparaison entre Québec solidaire et le parti fondé par René Lévesque « ne tient pas », selon lui.