Finis les souhaits d'anniversaire de la part de Gertrude Bourdon

Gertrude Bourdon s’est engagée à faire «une triple vérification» et à se conformer aux règles.
Photo: Mathieu Bélanger La Presse canadienne Gertrude Bourdon s’est engagée à faire «une triple vérification» et à se conformer aux règles.

La candidate libérale Gertrude Bourdon se conformera à la Loi électorale et n’appellera plus les électeurs de sa circonscription pour leur souhaiter « Joyeux anniversaire », a annoncé son équipe mercredi. 

 

« Je confirme que Mme Bourdon cessera ses appels avec la liste du DGEQ », a affirmé en après-midi son attachée de presse, Anne-Marie Dussault. 

 

Quelques heures plus tôt, la candidate dans Jean-Lesage faisait valoir son « droit » d’utiliser la liste électorale pour souhaiter « Joyeux anniversaire » aux électeurs de sa circonscription, même si cela est contraire à la loi. 

 

« En campagne électorale, on a le droit de solliciter les gens. […] On est en période électorale. On a le droit de parler aux gens », a-t-elle alors répété. 

 

Au terme d’un point de presse, elle s’est finalement engagée à faire « une triple vérification » et à se conformer aux règles. 

 

Le Soleil a révélé mercredi matin que Gertrude Bourdon a pris l’habitude d’utiliser les données de la liste électorale pour appeler les citoyens de Jean-Lesage et leur souhaiter « Bonne fête ». 

 

Or cette pratique est contraire à la Loi électorale, a confirmé le Directeur général des élections du Québec (DGEQ), sans toutefois se prononcer sur le cas précis de la candidate Bourdon.  

 

« Si on prenait la date de naissance contenue dans la liste électorale pour l’utiliser pour souhaiter bon anniversaire à des électeurs, cette utilisation ne serait pas considérée comme étant à des fins électorales et la loi prévoit que les renseignements contenus sur la liste ne peuvent être utilisés qu’à des fins électorales », a attesté la porte-parole Julie St-Arnaud, dans un échange avec Le Devoir. 

 

Le guide des candidats le confirme aussi : « Non, la liste électorale n’est pas transmise dans ce but [de transmettre des vœux d’anniversaire aux électeurs], mais seulement pour les fins prévues à la [Loi électorale] », y est-il écrit.

 

Son équipe déjà avertie 

 

Le DGEQ a déjà sévi en 2015 contre le prédécesseur de Gertrude Bourdon dans Jean-Lesage, André Drolet, pour la même raison. « Les renseignements contenus à la liste électorale permanente ne peuvent être utilisés pour transmettre des vœux d’anniversaire », avait écrit le DGEQ dans une lettre transmise au candidat et citée par Le Journal de Québec. 

 

Or cette information n’avait visiblement pas été transmise à Gertrude Bourdon. « L’interprétation qu’on m’a donnée — et j’ai eu de longs échanges — c’est qu’en parlant avec mes électeurs, si j’ai cette information-là, je peux leur souhaiter un joyeux anniversaire », a-t-elle fait valoir. 

 

Il est vrai que rien ne l’empêche de souhaiter « Bonne fête » à un électeur, sauf qu’elle ne peut le faire si elle a obtenu la date d’anniversaire de cet électeur à partir de la liste électorale. 

 

Or c’est précisément ce que son équipe a fait, a-t-elle confirmé d’un « Oui, oui, oui ». 

 

Aux journalistes qui lui ont demandé si elle reconnaissait avoir fait « une erreur de bonne foi », la candidate promise au poste de ministre de la Santé a répondu : « sincèrement, je ne peux pas dire ça ». 

 

« Parce que c’est ce qu’on m’a dit, que la façon que je le fais, que c’était conforme aux règles », a-t-elle ajouté. Elle a ensuite proposé de « faire une triple vérification ». « Si on me dit que dans le cadre de la campagne électorale, ce n’est plus conforme aux règles, bien sûr que je vais me conformer aux règles », a-t-elle finalement déclaré.