Attaques répétées de Lisée: «un compliment», dit Massé

Manon Massé est sûre d’avoir de nouveaux collègues solidaires à l’Assemblée nationale.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Manon Massé est sûre d’avoir de nouveaux collègues solidaires à l’Assemblée nationale.

À quelques jours du scrutin, Manon Massé « prend comme un compliment » les attaques du chef péquiste Jean-François Lisée envers Québec solidaire (QS) et estime même que c’est son parti qui est « l’héritier de René Lévesque ».

« La plus grande preuve que le vent est en train de tourner, c’est le tourbillon d’attaques de la part de nos adversaires », a lancé Mme Massé, qui a convoqué la presse mercredi à Montréal pour lancer un appel au vote.

Bien qu’elle refuse de prédire le nombre de candidats solidaire qui pourraient être élus le 1er octobre, Mme Massé est sûre d’avoir de nouveaux collègues solidaires à l’Assemblée nationale. Elle a rappelé que QS mène de chaudes luttes notamment en région.

« Je pense que le parti qui parle à chaque élection depuis 12 ans de souveraineté et d’indépendance contre vents et marées […] et qui ne prend pas ça à la légère parce qu’on y croit profondément c’est QS et peut-être qu’on peut nommer ça être l’héritier du parti visionnaire de René Lévesque », a-t-elle dit.

C’est ce qui explique selon elle que « la vieille classe politique a sorti l’artillerie lourde » pour s’en prendre à QS.

« M. Lisée, souvenez-nous, vous nous reprochez aujourd’hui la même chose qu’on reprochait hier au Parti québécois de René Lévesque. Je prends ça comme un compliment, parce que moi, je me souviens », a-t-elle dit.

QS a aussi lancé mercredi matin une vidéo sur les réseaux sociaux où le parti ironise l’utilisation des étiquettes que tente de coller le chef péquiste à QS.

Le parti a retrouvé des vidéos d’archives où on entend le député de Joliette de l’Union nationale Pierre Roy, dans les années 70, qualifier le Parti québécois de René Lévesque « d’extrémiste ».

« Ceux qui prônent les politiques de Castro, qu’ils y aillent couper de la banane. Qu’ils y aillent couper des cannes à sucre à Cuba », disait à l’époque M. Roy.

On entend par la suite, M. Lisée traiter QS d’être un parti « Sectaire, dogmatique, ancré dans le marxisme ». « Ils veulent nationaliser toutes les grandes compagnies sans exception », dit le chef péquiste.

Par elle-même, Mme Massé a évoqué l’étiquette marxiste dont elle est affublée.

« Moi, je m’en fous des étiquettes, ce n’est pas ça l’important », a-t-elle insisté.

La veille, Manon Massé a dû défendre les positions de QS à la suite d'une entrevue accordée à CBC durant laquelle elle n’a pas rejeté l’étiquette marxiste. La candidate solidaire a par la suite fait une mise au point soutenant s’être mal exprimée en anglais.