Ultime ligne droite

Le Devoir s’est tourné vers quatre anciens politiciens de toutes allégeances pour connaître leurs impressions sur la campagne. Aujourd’hui, l’ex-députée péquiste et élue municipale Elsie Lefebvre prend la parole. Propos recueillis par Améli Pineda.

Les leaders des partis entament leur dernière semaine de campagne. À quoi vous attendez-vous pour cette ultime ligne droite ?

C’est une grosse semaine et tout est possible pour tous. La Coalition avenir Québec, si elle ne trébuche pas, devrait être couronnée, mais son chef, François Legault, a le don de se mettre dans l’embarras et de faire douter de ses capacités à gouverner. Quant au Parti libéral du Québec, malgré quinze ans de régime, il n’a pas dit son dernier mot et sa prime à l’urne est notoire. Le Parti québécois est en bonne posture dans la plupart des circonscriptions en région. Il pourrait faire un résultat qui lui donnera possiblement la balance du pouvoir. Enfin, Québec solidaire, en arrachant des votes au PQ, pourrait gagner une ou deux circonscriptions de plus que prévu, mais consolider la victoire de la CAQ.

Dans la dernière semaine, M. Lisée a répété les attaques contre Québec solidaire. Que pensez-vous de cette stratégie ?

L’attaque de M. Lisée contre QS au débat était mal avisée tant dans la forme que dans le moment choisi. La cible aurait dû rester le chef caquiste, François Legault. Mais force est d’admettre que cela a suscité plusieurs questionnements. Manon Massé s’est même dite marxiste dans une entrevue en anglais avant de rectifier le tir. Elle est manifestement sur la défensive. On parle davantage de plusieurs promesses non crédibles proposées par QS et Mme Massé est forcée d’aller au-delà des généralités.

QS semble tirer avantage des attaques de M. Lisée à son égard. Sur quoi devra miser le chef péquiste pour recentrer sa campagne à quelques jours du vote ?

M. Lisée doit recentrer sa campagne sur son adversaire principal dans tout le Québec : la CAQ. Il doit laisser tomber les attaques contre QS et Manon Massé. Même s’il a raison sur le fond, c’est impossible de l’attaquer, elle est dans le rôle de la gentille. Les libéraux ne sont pas dans la course dans la majorité des circonscriptions francophones et en région. Ce sont réellement des luttes sans merci entre le PQ et la CAQ. M. Lisée doit rappeler à la population l’austérité caquiste prévisible semblable aux années libérales si le parti accède au pouvoir et met en place son programme. Les promesses brouillonnes en immigration, les maternelles 4 ans, les maisons des aînés en 2038… M. Lisée doit mettre en valeur ses meilleures promesses pour l’école publique — qui ont été reconnues comme les plus généreuses des quatre partis —, les CPE, le « grand déblocage » pour la grande région montréalaise en transport en commun, les lunchs et le « Tinder » de l’autopartage.

1 commentaire
  • Hélène Paulette - Abonnée 26 septembre 2018 17 h 21

    La CAQ et les paradis fiscaux...

    Si je peux me permettre un conseil, Lisée devrait revisiter le passé de Legault chez AirTransat et son usage des Bermudes. Peut-être la raison pour laquelle il a confondu l'impôt latent et les transferts de fonds...