François Legault demande une majorité aux électeurs québécois

La clé d’un gouvernement majoritaire se trouve en région, selon le chef caquiste François Legault.
Photo: Paul Chiasson Archives La Presse canadienne La clé d’un gouvernement majoritaire se trouve en région, selon le chef caquiste François Legault.

François Legault demande aux électeurs québécois de lui donner une majorité, pour lui permettre d’effectuer plus facilement les « changements » qui s’imposent, selon lui. Cela dit, le chef de la Coalition avenir Québec promet de gouverner pendant quatre ans, même s’il est élu à la tête d’un gouvernement minoritaire.

M. Legault s’engage à respecter l’esprit et la lettre de la Loi électorale, modifiée par l’Assemblée nationale en 2013 afin d’instaurer des élections à date fixe : 1er octobre 2018, 1er octobre 2022, 1er octobre 2026. « On ne ferait pas ce que Mme Marois a fait », a affirmé M. Legault en marge d’une visite de l’usine de panneaux de fibres à densité moyenne (MDF) d’Uniboard, à Mont-Laurier, lundi.

Dénonçant un « blocage » des partis d’opposition, l’ex-première ministre Pauline Marois avait demandé au lieutenant-gouverneur de dissoudre l’Assemblée nationale seulement un an et demi après s’être vu confier les commandes d’un gouvernement minoritaire par la population. « Mme Marois, c’est elle qui a décidé d’aller en élections », a déploré M. Legault.

Il n’en demeure pas moins qu’un gouvernement minoritaire peut être renversé par les partis d’opposition avant l’échéance de quatre ans prévue par la loi. Ils n’ont qu’à voter majoritairement contre un projet de loi important ― à commencer par celui de mise en œuvre du budget ― ou à adopter une motion de censure.

« Quand un gouvernement est défait, il est défait », a convenu le chef caquiste.

Plaidoyer pour une majorité

Pour « être capable de faire les transformations en éducation, en santé, en économie », il exhorte l’électorat québécois à élire une majorité des 125 candidats de la CAQ à l’Assemblée nationale.

« Dans tous les dossiers, c’est beaucoup plus simple avec un gouvernement majoritaire », a-t-il fait valoir, accompagné de la candidate dans Labelle, Chantale Jeannotte. La rédaction d’un « minibudget » au lendemain d’une éventuelle victoire caquiste s’en trouverait facilitée puisque le gouvernement n’aurait pas à marchander l’appui d’élus d’opposition.

Après cet arrêt dans les Hautes-Laurentides, l’autocar de campagne de la CAQ a mis le cap lundi vers l’Abitibi-Témiscamingue. La clé d’un gouvernement majoritaire se trouve en région, selon M. Legault. « Donc, c’est pour ça que je vais être en région au cours des prochains jours. »


Légère déception du côté du vote par anticipation

L’affluence dans les bureaux de vote par anticipation durant le week-end a été en deçà des attentes de François Legault. « On s’attendait à voir un petit peu plus que ça, effectivement », a affirmé le chef caquiste lundi matin.

« Nous, on est satisfaits de notre sortie de vote », a-t-il aussitôt ajouté.