Couillard veut un référendum sur le mode de scrutin

Chef d’un gouvernement minoritaire, Philippe Couillard préférerait déclencher une autre campagne électorale plutôt que de réformer le mode de scrutin.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Chef d’un gouvernement minoritaire, Philippe Couillard préférerait déclencher une autre campagne électorale plutôt que de réformer le mode de scrutin.

Ce sera le statu quo ou l’appel aux urnes : le chef libéral Philippe Couillard a déclaré lundi que son parti serait prêt à convoquer un référendum pour s’assurer de bloquer toute tentative de réforme du mode de scrutin.

Dans une entrevue éditoriale au Devoir, le leader du Parti libéral du Québec a par ailleurs ressuscité son souhait de confier la gestion quotidienne du ministère de la Santé à une société d’État, en plus de mettre la population en garde contre la « révolte » que causerait selon lui un progrès environnemental mené sans « l’assentiment des communautés ».

Dans un échange sur la réforme du mode de scrutin, Philippe Couillard a été formel : « Ce genre de changement ne peut être adopté autrement qu’à l’unanimité de l’Assemblée nationale. »

Aucune loi ne prévoit la nécessité d’un tel consensus, a-t-il néanmoins reconnu. « [Mais] politiquement, en pratique, c’est ça », a-t-il insisté. « Il y a même des endroits où il y a des référendums là-dessus, en Colombie-Britannique notamment. »

 

 

Au Québec, faute d’obtenir « l’assentiment des partis politiques » — et donc du sien, puisque les trois autres partis représentés à l’Assemblée nationale appuient formellement une réforme du mode de scrutin —, « il faut demander au peuple de se prononcer sur une chose aussi fondamentale », a insisté le chef libéral.

Si son parti devait former un gouvernement minoritaire au lendemain des élections du 1er octobre et si les oppositions manoeuvraient pour faire adopter une réforme, Philippe Couillard n’hésiterait pas à replonger le Québec dans une campagne électorale portant sur cet enjeu. « On verra bien si le peuple veut aller en élection sur une priorité semblable alors qu’il y a tant d’autres priorités dans la société », a-t-il lancé.

Un référendum… et encore ?

En point de presse, quelques heures après son passage au Devoir, Philippe Couillard a finalement déclaré qu’il allait « laisser les référendums aux péquistes ». Or, une victoire populaire du « Oui » ne rallierait pas de facto les libéraux autour de la nécessité d’une réforme du mode de scrutin. « C’est une question hypothétique, je n’y répondrai pas, parce que ça dépend de la question qui serait posée à la population », a déclaré le chef libéral. Il s’est dit inquiet de la représentativité des régions et de la mise en candidature de « gens parachutés », issus des listes de candidats que fourniraient les partis sous un nouveau système électoral.

Les chefs caquiste et péquiste ont fait valoir la légitimité d’une réforme et se sont offusqués de la prise de position de leur adversaire, qu’ils ont assimilée à un « droit de veto ». « Il n’a pas ce droit-là, le Parti libéral, sur le Québec », a pesté François Legault. Jean-François Lisée a quant à lui dit estimer que « l’élection d’une majorité [de députés] des trois partis [d’opposition] donne le signal » de mener à bien la réforme. « On est trois partis à l’Assemblée nationale qui disent « Nous, on va le faire » alors lui, il se sent coincé », a aussi réagi la solidaire Manon Massé.

La gestion de la santé à une société d’État

Toujours dans son entretien au Devoir, Philippe Couillard s’est engagé à confier la gestion quotidienne du réseau de la santé à une société d’État dès un second mandat, à condition que le « niveau de maturité du réseau » le permette.

Il s’agit là d’un vieux souhait de l’ex-neurologue, qui avait exprimé cette vision lors de la course à la chefferie libérale, en 2011. « La destination, pour moi, demeure la bonne », a-t-il confirmé. La maturité du réseau qu’il a évoquée s’exprimera selon lui par la « mise en place du nouveau mode de financement des établissements » et du « déploiement complet des systèmes informatiques ».

Attention, cependant : la gestion de la santé par une société d’État ne va pas « radicalement changer les choses en terme de politisation de la santé ou d’imputabilité », a averti le chef libéral. « Les grandes orientations, les grandes tâches en chantier doivent demeurer du domaine des élus. »

Philippe Couillard a en outre plaidé pour l’intervention d’une personne « d’un autre horizon sur le milieu de la santé », en reconnaissant du même souffle que le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, a une « personnalité insistante ».

L’environnement et la crainte d’une révolte

Philippe Couillard a également vanté les efforts de son équipe pour réduire les émissions des gaz à effet de serre, que Québec souhaite faire passer à 20 % en deçà du niveau de 1990. Or, son gouvernement affiche un retard : les plus récentes données publiques, qui remontent à 2014, indiquent que le taux de réduction atteint 8 %.

Selon le chef libéral — qui aime rappeler l’attachement de ses voisins de Roberval à leurs « pick-up » —, il n’y a pas de quoi faire de l’environnement une priorité absolue. « Je considère que le milieu environnemental fait une erreur en pensant qu’il peut passer par-dessus les conséquences locales — dans les communautés, dans les régions — de certaines politiques qu’il veut pousser très fortement », a-t-il affirmé.

À son avis, le virage vert doit évoluer avec « l’assentiment » de la population. « Si on pousse ça dans la gorge de la population, la population va se révolter. D’ailleurs, c’est ce qui arrive actuellement. Regardez tout le monde au Canada qui abandonne, regardez l’Ontario à côté de nous qui abandonne la tarification du carbone », a-t-il lancé.

Aux journalistes du Devoir qui lui ont fait remarquer que sa campagne portera sans doute la plus lourde empreinte écologique — puisque le PLQ a décidé d’effectuer trois voyages en avion —, Philippe Couillard a fait valoir la primauté d’un argument autre que celui de l’environnement. « Il faut bien aller voir le monde », a-t-il affirmé.

Avec Guillaume Bourgault-Côté, Marco Bélair-Cirino et Améli Pineda

13 commentaires
  • Jacques Morissette - Abonné 25 septembre 2018 05 h 40

    Quand on préfère la compétition entre tous et qu'on a la lubie des ententes entre potes.

    Il faut le comprendre. Je me demande combien d'élections le parti Libéral ont été gagnées majoritaires, sans avoir vraiment la majorité, dans le système électoral que nous avons? Quand on raisonne comme ça, le mot «partisanerie» prédomine et est omniprésent quelque part dans l'esprit. On préfère de beaucoup le complexe de la compétition, à celui de coalition dans un but commun. C'est le contraire de la sagesse, plus lent mais on peut voir le paysage...

    On peut se permettre de la haute voltige à l'Assemblée nationale «souveraine», si le parti au pouvoir est majoritaire. Ça permet d'être le big boss! Quand le parti au pouvoir est majoritaire, on peut plus aisément prendre des décisions seul, en s'imaginant que l'habit que l'on porte seul s'appelle «vérité». Par ailleurs, l'Occident évolue-t-il vers des murs infranchissables, qui dépasseront peut-être l'entendement de ces détenteurs de vérités minimalistes?

    • Raymond Labelle - Abonné 25 septembre 2018 22 h 59

      "Je me demande combien d'élections le parti Libéral ont été gagnées majoritaires, sans avoir vraiment la majorité, dans le système électoral que nous avons?"

      En fait jamais, en tout cas dans l'histoire récente. C'est plutôt le contraire qui est arrivé. En 1966 l'UN a pris le pouvoir, majoritaire à part de ça, avec moins de votes que le PLQ et en 1998 le PQ a pris le pouvoir, majoritaire aussi, avec moins de votes que le PLQ.

      Et il est très possible (on verra) que la CAQ prenne le pouvoir en 2018 avec moins de votes que le PLQ.

      Une des causes importantes de ce phénomène: la concentration du vote anglophone dans un petit nombre de comtés.

  • Samuel Prévert - Inscrit 25 septembre 2018 05 h 48

    Philippe Iᵉʳ

    Il revient au peuple de décider.

  • Yolande Chagnon - Inscrite 25 septembre 2018 05 h 54

    UNANIMITÉ DES PARTIS OU RÉFÉRENDUM -1 de 2-

    Le mode de scrutin appartient d'abord et avant tout aux électeurs et électrices.

    Un changement de nature du mode de scrutin, à moins qu'il ne résulte du consentement de l'unanimité des partis (mais pas nécessairement de l'unanimité des députés) doit être soumis à l'approbation pupulaire par voie référendaire.

    Bien sûr, une commission parlementaire élargie, du type des commissions itinérantes sur l'avenir du Québec doit déblayer le terrain, mais le choix final doit revenir à la population qui, à travers les consultations, aura eu le loisir de se familiariser avec les divers systèmes.

    Il est assez curieux, voire inquiétant, de constater qu'il y a 40 ans que nous avons une Loi sur la consultation populaire (RLRQ c.64.1) et qu'elle n'a été utilisée que 2 fois.

    La promière fois pour le référendum sur l'avenir du Québec du 20 mai 1980 et la seconde fois, pour le référendum du 30 octobre 1980.

    Et pourtant, cette loi édicte clairement à son article 7 que:

    «Le gouvernement peut ordonner que les électeurs soient consultés par référendum:

    a) sur une question approuvée par l’Assemblée nationale conformément aux articles 8 et 9, ou

    b) sur un projet de loi adopté par l’Assemblée nationale conformément à l’article 10.»

    L'article 10 spécifie les modalités d'applications:

    «10. Un projet de loi adopté par l’Assemblée nationale ne peut être soumis à la consultation populaire que si, lors de son dépôt, il contient une disposition à cet effet ainsi que le texte de la question soumise à la consultation.

    Ce projet ne peut être présenté pour sanction qu’après avoir été soumis aux électeurs par voie de référendum.»

    40 ans après l'entréa en vigueur de la loi, AUCUN projet de loi n'a été soumis à l'approbation populaire.

  • Yolande Chagnon - Inscrite 25 septembre 2018 05 h 54

    UNANIMITÉ DES PARTIS OU RÉFÉRENDUM -2 de 2-

    Je me demande si une réforme fondamentale du mode de scrutin ne justifie pas le recours à la Loi sur la consultation populaire, quelle autre loi pourra le justifier.

    Que des chefs de partis s'entendent pour proposer une réforme de scrutin à la population, soit !

    Qu'ils l'imposent par une simple majorité parlementaire, non !

    Ce serait gouverner à la Nicolás Maduro.

    http://legisquebec.gouv.qc.ca/fr/ShowDoc/cs/C-64.1

  • François Dumas - Abonné 25 septembre 2018 06 h 13

    Couillard a trouvé la question de l'urne !

    Avec son insistance à défendre le statut quo sur le mode de scrutin, Couillard aurait-il trouvé, finalement, cette fameuse question de l'urne ?