Comment fonctionne Québec solidaire en interne?

Si elle était élue, c'est Manon Massé qui serait la candidate au poste de première ministre, Gabriel Nadeau-Dubois serait vice-premier-ministre.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Si elle était élue, c'est Manon Massé qui serait la candidate au poste de première ministre, Gabriel Nadeau-Dubois serait vice-premier-ministre.

Au coeur d’un questionnement insistant du chef péquiste, Jean-François Lisée, la structure interne de Québec solidaire (QS) s’est retrouvée sous les projecteurs. Comment fonctionne la formation politique de gauche, qui se targue de partager le pouvoir, mais qui, dans les faits, doit avoir un « chef » ?

Photo: Québec solidaire Gaétan Châteauneuf

Pour les décisions quotidiennes à l’Assemblée nationale, QS compte sur un caucus, comme tous les autres partis politiques. Mais les orientations et principes du parti sont déterminés par tous les membres de la formation lors du congrès, généralement tenu tous les deux ans. Et le Comité de coordination national — l’équivalent de la direction des partis politiques traditionnels — est l’instance dirigeante de QS. Il a l’autorité de prendre certaines décisions qui concernent l’administration interne du parti, par exemple la reconnaissance des associations locales, les orientations budgétaires, les grandes orientations nationales ou l’organisation des congrès.

Pour déterminer qui siégera au Comité, les membres doivent élire quatorze membres — sept hommes et sept femmes. Parmi ces quatorze personnes, on retrouve le président du parti, le secrétaire général et les deux co-porte-parole, un homme et une femme, actuellement Manon Massé et Gabriel Nadeau-Dubois. Depuis la fusion de QS avec Option nationale, en 2017, deux autres membres, toujours un homme et une femme, se sont ajoutés au comité jusqu’en 2019.

C’est ce comité qui en avril 2017 a renié la feuille de route d’accès à la souveraineté qui avait été signée par deux négociateurs de QS, dont le co-porte-parole de l’époque, Andrés Fontecilla. C’est à cet épisode que M. Lisée faisait référence lorsqu’il a questionné Mme Massé à savoir qui est « le chef » de QS, jeudi, lors du dernier débat.

Et le « chef » ?

Puisque les formulaires du Directeur général des élections du Québec ne prévoient pas de case « porte-parole », QS a toujours désigné son secrétaire général comme « chef » du parti. Depuis 2016, c’est Gaétan Châteauneuf qui occupe cette fonction. Il veille entre autres à signer les rapports financiers et à autoriser les déclarations de candidatures pour le parti.

Qui gouvernera ?

Avec ce modèle de partage de pouvoir, qui prendra les décisions en cas de formation d’un gouvernement solidaire ? Lors du dernier congrès, les membres ont déterminé que ce sera Manon Massé qui serait la candidate au poste de première ministre. Si elle est élue, elle exercera le pouvoir exécutif. Quant à Gabriel Nadeau-Dubois, il sera vice-premier ministre et sera responsable du travail législatif.