Vos voisins ont-ils voté?

Image: Capture d'écran

Explorez les données tirées des résultats de 2014 dans les différentes sections de vote du Québec.

Le Devoir a cartographié les données disponibles à l’échelle la plus précise possible, soit chaque section de vote, pour l’élection de 2014, à partir des données du Directeur général des élections du Québec. Chaque section de vote représente en moyenne 341,5 électeurs. En parcourant la carte, vous pourrez ainsi savoir le taux de participation dans votre quartier en inscrivant votre code postal dans la barre de recherche.

Les lignes noires forment les limites de chaque circonscription. Vous pouvez cliquer sur la carte pour connaître le taux de participation par section de vote en comparaison de la moyenne de la circonscription. Il y a en moyenne 145 sections de vote par circonscription. Leur nombre varie en fonction de la densité de la population et de l’étendue géographique de la circonscription. Environ 18 000 sections de vote parsèment le Québec le jour du vote. À noter que les zones grises dans la carte ne contiennent pas de section de vote, ce sont généralement de grands espaces verts.

Ces données ne tiennent pas compte du taux de participation lors du vote par anticipation.

 

Vous faites des trouvailles intéressantes en explorant la carte ? Partagez-les dans les commentaires à la fin de l’article.

 

 

Forte participation dans Taschereau

C’est dans la circonscription de Taschereau qu’on retrouve la section de vote où on a enregistré le plus haut taux de participation dans la province. Sur 335 inscrits, 309 personnes se sont présentées au bureau de vote, établissant le taux de participation à 92,24 %.

Faible participation dans le nord du Québec

En un coup d’oeil, on voit clairement que c’est dans le nord du Québec que les électeurs boudent l’urne. Dans Ungava, vaste circonscription électorale de 855 000 km2 s’étendant au nord du 49e parallèle, le taux de participation aux élections est le plus bas au Québec. Sur 26 786 inscrits, seulement 11 108 ont exercé leur droit de vote, établissant à 41,47 % le taux de participation dans cette circonscription.

Vote urbain vs vote rural

Les résidents des centres-villes sont moins portés à se rendre à l’urne que les Québécois qui habitent les régions rurales. À Montréal, par exemple, les sections de vote situées au centre-ville enregistrent des taux de participation allant de 25 % à 35 %.

Image: Capture d'écran

Lorsqu’on s’éloigne des centres urbains, le taux de participation le jour de l’élection dépasse souvent 60 %. C’est notamment le cas de plusieurs sections de vote en Estrie.

Image: Capture d'écran

Le Devoir a croisé une série d’indicateurs tirés du recensement de 2016 et du taux de participation de l’élection générale de 2014 afin d’obtenir les facteurs contribuant à une plus forte participation dans les circonscriptions.

Les chômeurs participent moins

Ce graphique montre qu’une circonscription ayant un plus grand nombre de chômeurs tend à avoir un taux de participation moins élevé. Par exemple, dans la circonscription de René-Lévesque, dans la région de la Côte-Nord, qui affichait un des plus hauts taux de chômage, le taux de participation a été d’environ 59 %. Dans la circonscription de Louis-Hébert, dans la Capitale-Nationale, qui affichait un des plus bas taux de chômage, le taux de participation a été 83,66 %.

Les diplômés aux urnes

Les données indiquent que plus la proportion de diplômés universitaires est élevée dans une circonscription, plus le taux de participation y est fort. Dans Montarville, sur la Rive-Sud de Montréal, où on retrouve un des taux de diplomation universitaire le plus élevés, le taux de participation se situait à environ 83 %. Dans Abitibi-Ouest, où la proportion d’universitaires est moins élevée, le taux de participation a atteint 63 %.

Le revenu influence la participation

Plus les électeurs ont un revenu élevé, plus ils ont tendance à voter en grand nombre, selon les chiffres. Dans Chutes-de-la-Chaudière, dans Lévis, où on retrouve une forte proportion de Québécois ayant un revenu médian d’environ 45 000 $, le taux de participation était de 81 %. Dans Westmount–Saint-Louis, à Montréal, où le revenu médian est d’environ 25 000 $, le taux de participation se situait 62 %.

Les familles participent plus

Les circonscriptions qui comptent un plus grand nombre de familles ayant trois enfants et plus voient davantage d’électeurs dans les bureaux de vote. Dans Nelligan, dans l’Ouest-de-l’Île de Montréal, la participation s’est élevée à près de 79 %, alors qu’on y retrouve un grand nombre de familles nombreuses. Dans Duplessis, dans la région de la Côte-Nord, où on retrouve moins de familles nombreuses, le taux de participation a été d’environ 59 %.