Couillard persiste: à 75$, une épicerie, c’est possible

Les propos du chef libéral n’ont pas fait l’unanimité auprès des autres chefs, jeudi. Sur notre photo, des clients font leurs emplettes au marché Jean-Talon, à Montréal.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Les propos du chef libéral n’ont pas fait l’unanimité auprès des autres chefs, jeudi. Sur notre photo, des clients font leurs emplettes au marché Jean-Talon, à Montréal.

Le chef libéral, Philippe Couillard, a gagné le vote de l’homme d’affaires François Lambert jeudi en disant estimer qu’une épicerie pour un adulte et deux adolescents peut coûter 75 $ par semaine.

« [C’est] possible avec beaucoup de sacrifices et de choix pas idéaux en matière d’alimentation », a-t-il répété jeudi, quelques heures après avoir affirmé la même chose sur les ondes d’Énergie.

Au micro de la station de radio, Philippe Couillard a dit croire que les prétentions de l’homme d’affaires François Lambert étaient réalistes. Ce dernier a déclaré en mars que l’épicerie pour ses deux adolescents et lui coûtait « moins de 75 $ par semaine ».

L’entrepreneur millionnaire tentait de cette façon de faire la démonstration qu’il était possible de bien se nourrir avec un salaire de 11,25 $ l’heure.

« Ah ben là ! Couillard est d’accord avec moi. Il a mon vote », s’est réjoui François Lambert sur sa page Facebook, en fin de journée jeudi.

Philippe Couillard a refusé de dire qu’il avait fait une erreur en adhérant aux prétentions de l’ex-« dragon » — qui reviennent à dépenser 1,20 $ par repas, par personne.

« J’ai corrigé après, immédiatement, en disant : avec des choix limités », s’est-il néanmoins défendu, quelques heures après son entrevue radio. « On ne change pas beaucoup le menu, et on ne va pas dans les aliments coûteux », a-t-il ajouté, avant d’insister sur le fait que son gouvernement s’est doté d’un plan de lutte contre la pauvreté.

Le premier ministre a ajouté savoir « que ça coûte plusieurs centaines de dollars, pour la majorité des gens qui nous écoutent ». Selon lui, « on peut toujours baisser les budgets, comprimer et se serrer la ceinture dans les familles ».

Il est donc « possible », à son avis, qu’une famille dépense 75 $ par semaine pour son épicerie. Cela implique cependant « beaucoup de sacrifices et de choix pas idéaux en matière d’alimentation ». « Mais est-ce que c’est souhaitable ? Non », a-t-il tranché.

L’opposition vise mieux

Le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, s’est placé sur la défensive lorsque les journalistes lui ont demandé combien coûte une épicerie pour une famille de quatre personnes. Il a néanmoins évalué le coût hebdomadaire d’une épicerie à 50 $ par personne. « Des fois, j’achète pour six, c’est 300 $. Des fois, j’achète pour deux, c’est 100 $. Et des fois, je vais au restaurant. Alors, j’avoue, ma vie familiale n’est pas assez régulière », a-t-il lancé.

« Oh boy ! Je pense qu’il s’est trompé, M. Couillard… encore une fois », a lancé François Legault, non mécontent d’avoir répondu correctement à la question du jour. Le chef de la Coalition avenir Québec a évalué à 250 $ le coût d’une épicerie pour une famille comptant deux adolescents. « Moi, j’ai deux gars. Ils ont 24 [et] 25 [ans]. Ils mangent beaucoup. Donc, ça me coûte peut-être 250 $ quand j’y vais, à peu près », a-t-il dit dans une mêlée de presse.

La réponse de Philippe Couillard sur l’épicerie à 75 $ devrait, à elle seule, le disqualifier de la course, a fait valoir la porte-parole de Québec solidaire, Manon Massé. « Ben voyons donc. Comment peut-on aspirer à gouverner le Québec quand on est déconnecté de même de la vie des gens pour penser que 75 $ par semaine, c’est suffisant pour nourrir une famille ? », a-t-elle demandé sur Twitter.

« Affirmer qu’une famille peut se nourrir avec 75 $ par semaine, c’est une insulte à toutes les familles qui se sont serré la ceinture pour son équilibre budgétaire », a ajouté son parti dans un communiqué de presse.

Sur Facebook, François Lambert en a remis. Fort d’une liste d’épicerie de 54 $ contenant des légumes de saison, deux kilogrammes de boeuf et 10 $ d’agneau haché, il a dit pouvoir nourrir sa famille pendant au moins quatre jours. Il a cependant exclu de ses calculs le lait, les oeufs, le pain et le gruau. « Monsieur Couillard ! À 75 $ par semaine, des choix limités ? », a-t-il demandé, avant de détailler ses achats. « Alors oui, il est très possible et extrêmement facile », a-t-il poursuivi, sans achever sa phrase.

LE COURRIER DE LA COLLINE

Nouvelle infolettre

Chaque jeudi, l'équipe du Devoir à Québec résume l'essentiel de la semaine parlementaire. Retrouvez aussi la note de Michel David, notre chroniqueur politique. Inscrivez-vous, c'est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

Le coût du panier d’épicerie

Selon le plus récent Rapport canadien sur les prix alimentaires à la consommation (en version PDF), la famille moyenne dépensera 11 948$ en alimentation dans le courant de l’année 2018, ce qui comprend toutefois les sorties au restaurant. En nous basant sur les données du Dispensaire diététique de Montréal (en version PDF) de 2018, on obtient une facture d’épicerie minimale de 222,95$ par semaine pour une famille de deux adultes et deux enfants.

Entre 1998 et 2018, le prix d’une douzaine d’œufs est passé de 1,79$ à 3,08$ au Québec tandis que le prix du pain a doublé, passant de 1,30$ à 2,78$.

Dave Noël