Le dossier du port de Québec, un argument pour l’indépendance, selon QS

 Le port de Québec
Photo: Alexandre Shields Achives Le Devoir  Le port de Québec

La meilleure manière de régler le problème de pollution en provenance du port de Québec est de réaliser l’indépendance du Québec, selon Sol Zanetti et Catherine Dorion, candidats de Québec solidaire dans la région de la capitale.

« Si on veut donner un sens au mouvement indépendantiste, il faut faire des démonstrations concrètes qui montrent que c’est nécessaire », a expliqué mercredi Sol Zanetti, candidat dans Jean-Lesage, en marge d’une annonce dans ce dossier.

L’Administration portuaire de Québec est une agence fédérale qui prétend ne pas être assujettie aux lois québécoises en matière d’environnement.

Dans l’opposition, les solidaires soumettraient au Parlement un projet de loi sur les émissions atmosphériques du port de Québec. Et, à défaut de faire l’indépendance ou de faire adopter son projet de loi, le parti compte faire grandir le « mouvement » d’opposition.

Sol Zanetti reproche aux autres partis de s’être écrasés dans ce dossier qui a fait les manchettes en 2012 en raison des épisodes de poussière rouge dans le quartier voisin de Limoilou.

L’année suivante, le ministère du Développement durable a confirmé que les concentrations hors-norme de nickel mesurées dans le quartier provenaient également des installations de la compagnie Arrimage Québec dans la zone portuaire.

Les gens de Limoilou n’ont toujours aucune assurance que les concentrations des autres métaux lourds dans l’air sont descendues sous la norme.

Le port et la compagnie poursuivent leurs activités de transbordement de minerais, alors que la Ville est en attente d’une étude de la Santé publique pour documenter la qualité de l’air dans le quartier.